Voyage dans le temps RPG
Le temps est une invention de l'Homme, vous savez. Alors autant jouer avec puisque la vie n'a aucun sens... Mais plusieurs. Tenez, des centaines de personnes disparaissent chaque année sans donner d'explications. ça donne la chair de poule, non? Paris est une grande ville. Elle a des projets pour certains de ses habitants. Vous ne me croyez pas? A votre guise... Mais croyez vous vraiment que ce soit le hasard qui vous ait conduit jusqu'ici?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les archives de RP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Les archives de RP   Ven 24 Mai - 18:54

Voici ci dessous tous les précédents RP existant en 1920 du temps où le RPG n'était encore qu'un RPG skyrock.


Dernière édition par Tess le Mer 29 Mai - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Les archives de RP   Mer 19 Juin - 12:37





«3 francs de l'heure»

Légende couleurs: noir Lola (Sofia), bleu Tess (Zach)

RP entre Sofia et Zach au cabaret où mademoiselle travaille: Le début d'une histoire.

* Sofia portait une robe petite robe blanche très classique, elle était derrière le bar du Musical de sa grand mère ou elle travaillait et lavait doucement les verres, la tête totalement ailleurs. Elle était là depuis le tout début...mais le début de quoi ? de la soirée ou de sa vie ? A vrai dire, des deux...Elle qui devait partir vivre dans une petite maison à la campagne. La Guerre éclate et lui prend l'être le plus cher à ses yeux la laissant seule croupir dans cet endroit qu'elle aime mais qu'elle ne supporte plus. Le verre qu'elle essuyait lui échappa des mains et alla se briser sur le sol.* Merde !! * Elle soupira en ramassant les bouts de verre*

La journée il semblait y avoir autant de monde que le soir. La capitale était réellement un endroit de débauche comme le lui avaient dit si souvent ses parents... Mais curieusement ça emballait plus Zach que ça ne l'effrayait. Il venait de finir une longue journée à jouer du piano au moulin rouge. Malheureusement dans ce genre d'endroit très huppé ils n'embauchaient jamais un pianiste plus d'un jour. Voilà pourquoi Zach vagabondait dans les rues de Paris, son chapeau penché d'un côté, l'air rêveur. Il passa près d'un Musical où la porte était grande ouverte. Un bruit de verre cassé se fit entendre, ce qui sortit Zach de ses pensées. Une pancarte attira son regard: "cherche pianiste". Il resta quelques secondes sur le trottoir avant d'oser entrer. Il se dirigea vers une très belle femme accroupie. Venait elle de faire tomber son verre ou bien payait elle les pots cassés de clients trop saouls? Zach se pencha et ramassa un bout de verre. Il croisa le regard de Sofia et lui dit sur son ton calme et doux naturel: Vous recherchez un pianiste?

* Sofia qui venait de se couper, mis son doigt dans sa bouche pour que le sang ne coule pas. Elle croisa le regarda de ce jeune homme plus qu'attrayant et resta sans rien dire quelques temps après qu'il lui ait parler* Oh...*elle lui pris le bout de verre des mains et se releva doucement * Attend ici je vous pris. * Elle fit le tours du bar, mis dans la poubelle les morceaux de verre, se lava rapidement les mains et alla dans une pièce derrière. Après plusieurs minutes, elle revient accompagné d'une veille femme robuste*
La grand mère : Il était très bien l'autre pianiste j'en veux pas d'autre..
Sofia : Grand mère, s'il te plait... Jonathan n'était pas très....gentleman. Celui qui est là m'a l'air d'en être un pecfecto *dit-elle en italien*
La grand mère : Sofia ne parle pas Italien ! Ici on est en France et on parle Français !! *elle regarda le jeune homme* Mouais...ça pourrait le faire ! * Elle regarda Sofia* Tu t'en charges ! Si il est mauvais et que les clients ne sont pas content, ce sera de ta faute !!
* Sofia baissa doucement la tête et la hocha doucement quand sa grand mère fit demi -tours, puis elle s'approcha de Zach et lui tendit la main* Sofia Moretti et vous ? vous savez jouer ?

Zach se redressa pendant que Sofia arrangeait le désordre. Il examina le décor du Musical. C'était tout ce qu'il y avait de plus classique, poutre en bois, décors à dominante rouge et une belle scène où se trouvait un piano un peu usé. Il se demanda s'il y avait beaucoup de clients par ici. La concurrence était rude et après le soir qu'il avait passé au Moulin Rouge il avait l'impression que cet endroit était bien plus reposant. L'accent italien de la grand mère se fit entendre, il avait tendu sa main pour la saluer après avoir enlevé son chapeau par politesse mais la vieille femme l'avait presque snobé. Un coup d'oeil vers lui et elle s'était contenté de dire "Mouais ça pourrait le faire!". Ne jugeait on que sur le physique à Paris? Il esquissa un sourire puis regarda à nouveau Sofia: Elle n'a pas l'air commode la patronne. *sourit de plus belle et serra sa main* Zach Leroy enchanté. Je suis pianiste depuis que j'ai 15 ans, je ne suis bon qu'à ça. *il désigna le piano du doigt* Je peux?"
Après que Sofia eut hoché la tête, il grimpa d'un bond sur la scène. Personne ne fit attention à lui, c'était toujours comme ça à chaque début de morceau. Il devait faire ses preuves et il aimait les nouveaux challenges. Zach posa son chapeau sur le coin du piano et commença à jouer de mémoire un petit air de jazz appris il y a une semaine. Cette musique entrainante, il ne s'en lassait jamais. Il commença doucement puis joua de plus en plus rapidement, ce qui attira enfin l'attention de la salle. Un homme se mit même à rire et à frapper la mesure en rythme. Zach était tout entier dans sa musique, il sentait chaque note vibrer sous ses doigts, c'était son échappatoire, le seul moment où il ne repensait pas au champs de bataille si précipitamment quitté et à ses amis morts sous ses yeux.


* Sofia avait haussé les épaules en l'entend dire que sa grand-mère n'était pas commode. Après tout il avait plus ou moins raisons, Madame Moretti n'était gentille avec personne, même pas avec Sofia et lui répétait sans cesse qu'elle n'aurait jamais rien réussit sans elle. La jeune italienne fit un petit sourire et hocha la tête quand il demanda s'il pouvait* bien sur ! Montré moi de quoi vous êtes capables Monsieur Leroy ! * Elle l'écouta d'abord d'une oreille distraite en essuyant le reste des verres puis en lavant rapidement le bar. Quand la musique ce fit plus entraînante elle tourna le dos à la scène et ferma les yeux elle laissa musique entrer en elle et lui parler. Sofia ferma doucement sa cuisse d'une main délicate pour se donner le rythme à elle même. *

Deux couples se levèrent pour danser, cela était bon signe pour l'éventuel engagement de Zach. Il termina son morceau parfaitement et resta quelques instants, les mains au dessus des touches, encore imprégné de son morceau jazzy. Puis il chercha du regard Sofia en espérant entendre qu'il pourrait acheter de quoi manger ce soir. Il la repéra, pris son chapeau d'une main et alla d'un pas tranquille vers elle: Est ce que je fais l'affaire?

*Elle se retourna vers lui en cachant son immense sourire* Mouais...j'ai connu mieux mais comme tout les bons pianistes son tous pris je crois que vous allez pouvoir faire l'affaire. * Elle croisa les bras, et le regarda droit dans les yeux* 10 francs par soirée mais la maison vous offres le repas et un verre...

Zach ne s'offusqua pas du jugement modeste de Sofia, ce qui importait était qu'il avait de nouveau un petit boulot et qui sait peut être cela durerait il? Il sourit sincèrement heureux à Sofia et lui serra une nouvelle fois la main: Vous ne le regretterez pas, je suis très travailleur. Je commence quand?

*Elle regarda la salle qui était encore peu remplis* Dans 1 heure, prenez le temps de manger quelques choses avant de commencer ici vous allez nous claquer les doigts *Elle secoua un peu la tête* entre les doigts plutot ! *Elle mis une main sur sa hanche* C'est bon ? * elle le regarda doucement et lui montra le menu écrit à la craie au mur* à vous de choisir ! * Elle fit rapidement le tour du bar et alla dans la salle prendre des commandes* Bonsoirs Monsieur Nitch ! Comment allez vous ce soir ? * elle rit aux éclats* je vous apportes ça de suite ! *elle passa à la table d'à côté* Henri comment tu vas ?
Henri : Très bien depuis que ma petite Italienne est arrivée vers moi !! * il la pris par la taille et la fis savoir sur ses genoux* tu chantes ce soir j'espère ?!
Sofia : c'est à voir avec la patronne ça, et puis peut etre pas le premier soir du nouveau pianiste *dit-elle en montrant Zach du doigt* Bon je dois retourner travailler ! Une bière comme toujours ?
Henri : Comme toujours ma belle !
* Elle sourit doucement et s'arrêta comme ça à pratiquement toutes les tables, puis remplis les pintes de bières, les tasses de café et autres breuvages. Elle mis le tout sur un immense plateau et le mis sur sa main* Je suis à vous dans un instant Monsieur Leroy ! * Elle était une serveuse Hors paire et apporta toutes les commandes en un rien de temps puis retourna à sa place derrière le bar en remettant une mèche de cheveux en place* A vous !

Zach salivait d'avance en examinant les plats inscrits à la carte. Il n'avait pas mangé depuis la veille, le coût de la vie n'était pas le même qu' à Oran... Il écouta distraitement les conversations de Sofia. Elle était vraiment très chaleureuse et gentille. Il fit le lien avec ses origines italiennes, il avait connu quelques italiens dans sa compagnie et ils étaient tous d'une grande bonté. Il sourit et lu: Je prendrais bien un pot au feu si ça ne vous dérange pas... *alors qu'elle commençait à s'affairer* Alors comme ça vous êtes chanteuse en plus de serveuse? Vous savez ça ne me dérangerait pas du tout de vous accompagner si vous avez confiance en moi pour mettre en valeur votre voix. *Il sourit malicieusement* Le pianiste et la chanteuse doivent bien s'entendre musicalement alors bien sûr vu que vous ne m'avez pas trouvé terrible tout à l'heure je comprendrais que cela vous dérange... *il faisait faussement le modeste pour la taquiner. *

* La jeune femme le regarda en plissant les yeux, ouvrit la porte de la cuisine et dit d'un ton sec et autoritaire *Marco, mi preparato un piatto di Vaso al fuoco! Rapidamente ! *Elle referma la porte une fois sa phrase fini et se retourna vers Zach* che cosa dicevi ? *elle secoua la tête* Pardon, je t'ai coupé tu disais ? * elle l'écouta lui parler puis alla prendre l'assiette qui était prête et la lui posa sur le comptoir* Ecoute mon coco, je suis pas chanteuse compris ? Et puis faite déjà bonne impression aux clients après on parleras du faite que peut etre on pourrait faire quelques choses ensemble ! Capito ?*elle passa la main dans ses loins cheveux bruns et s'accouda au bar en face de lui* On a parlera à la fin de la soirée. *Elle détourna les yeux de lui et lui tourna rapidement le dos pour reprendre ses esprits* [Dios !! ce ragazzo me faire penser à amore mio...]

Zach se fit rabattre le caquet par la belle italienne. Elle avait également pris du fort caractère italien à ce qu'il voyait... Il se pinça les lèvres puis sourit : Bien mademoiselle. *fait un salut de l'armée avec sa main puis avala d'une traite son verre de vin avant de s'attaquer à son plat qui sentait divinement bon. Il mangea très vite son assiette, épongeant la sauce avec des morceaux de pain* Ah ça fait longtemps que je n'avais pas aussi bien mangé. *Il se tourna vers la salle qui se remplissait et reconnu un trompettiste qu'il avait connu au front* Alfred! Mais qu'est ce que tu fais là? *il lui tapa dans le dos en riant*
_ Zach? Nan mais dîtes moi que je rêve! Tu t'en es sorti! T'as la tête dure mon vieux! On aurait du se servir plus souvent de toi quand on nous tirait dessus *s'esclaffe*
Zach se passa une main dans ses cheveux d'un air gêné: Arrêtes tes conneries Alfred... J'ai de belles cicatrices comme tout le monde... Depuis quand t'es revenu à Paris?
_ Hier matin! Figure toi que les groupes de jazz ont vraiment la côte en ce moment.... Mais tu m'avais pas dit que tu jouais un peu au piano toi?
Zach sourit et hocha la tête: Si! C'est même pour ça que je suis là, t'auras qu'à rester et m'applaudir ce soir en gueulant que t'es mon plus grand fan, peut être qu'avec ça la belle serveuse me laissera jouer quand elle chante. *échange un regard avec Sofia*


* Sofia sourit tendrement sans même sans rendre compte en le regardant manger. Elle ne lui adressa pas un mot et s'empressa de débarrasser l'assiette du jeune homme quand il fini de manger. Elle écouta la conversation de son nouveau pianiste et que de Alfred ! * Elle les entendit soudain parler de front et se précipita dehors après avoir échanger un regarda avec Zach. Une fois dehors elle s'assit par terre en pleurant puis se releva rapidement en essuyant ses larmes du mieux qu'elle pouvait. Elle s'alluma une cigarette tira dessus en inspirant profondement. La jeune femme leva les yeux vers les étoiles et joignit ses mains en signe de prière * Dios, fait que amore mio soit bien à tes côtés qu'il ne s'en veuille pas de m'avoir laisser ! Dios pitié fais che tutto accade bene ! gracie mille dios ! *elle fit son signe de crois et rentra à nouveau dans le musical, sa cigarette toujours à la bouche. Henri la héla et elle alla savoir sur ses genoux* Hey !! Enrique comment tu trouves le pianiste ?
Henri : Oh tu sais ma p'tite Sofia, j'suis pas musiciens moi ! Mais j'trouve qu'il est le dernier.
* Elle lui déposa un bisou sur la joue en se relevant* bene...Gracie Henri !! *elle lui fit un petit clin d'oeil écrasa sa cigarette dans le cendrier du jeune homme et retourna à son service, se permettant de temps en temps de faire un petit pas de danse sur une musique qui lui plaisait .*

Alfred ria de bon coeur: Ah la belle Sofia! On m'en a parlé, il parait que bon nombre de cleints viennent exprès pour la voir!
Zach esquissa un sourire: Ah bon... *la regarde aller sur les genoux de Henri. Elle avait les yeux rouges. Il se dit que ce n'était pas une femme pour lui, comme la plupart des parisiennes... Il avait été élevé trop traditionnellement pour épouser le monde de la nuit. Il se tourna à nouveau vers Alfred* Tu me paies un verre vieux? Je ne voudrais pas dès le premier jour avoir mon ardoise ici.
Alfred rit de plus belle: Ah pas question, je suis aussi fauché que toi! Je ne suis venu que parce que le type là bas a promis de nous payer à boire et à manger à volonté tant qu'on joue du jazz. *il prit son étui et en sortit une trompette. Il commença à jouer quelques notes et improvisa un superbe morceau de jazz. Zach ne put s'empêcher de l'accompagner au piano, attirant toute l'attention. Un des gars de la troupe d'Alfred se mit à chanter. C'était pour ce genre d'ambiance que Zach était venu.*


* Sofia chantonna doucement en apportant les consommations des gens, elle sourit doucement en regardant Henri* Non Gattino je te sers plus ! tu as trop bu on arrête les frais pour ce soir !! *elle lui en lui apportant doucement un verre d'eau* tiens t'aura que de l'aqua maintenant ! *Sofia le laissa et rit aux éclats quand le vieux Monsieur Nitch se leva pour la faire danser un peu. Elle s'accorda une danse avec lui puis l'aida à se rasseoir et lança un petit regard en direction de Zach, il était vraiment doué. Elle se remit à chantonner doucement jusqu'au moment ou deux hommes qui avaient trop bu commencèrent à se battre* Messieurs !! Stop, Fermatevi !!!! * Elle vit qu'ils ne l'écoutaient absolument pas et alla derrière le bar. Elle revient avec une mine dur, siffla avec ses doigts pour que la musique s'arrête et pointa sa carabine sous le nez des deux hommes* Maintenant dehors ! Et si je revois vous deux tête de stupides ici je vous tue ! Capito ? * Les deux hommes hochèrent la tête, elle tendit la main et ils payèrent leurs consommations puis sortirent du bar la tête baissé. Elle sourit à nouveau et fit un signe aux musiciens* Musica ! *elle retourna derrière le bar comme si de rien n'était, les clients firent à peine attention, ça arrivaient souvent.*

Zach fit des yeux ronds et reprit en faisant quelques fausses notes après l'incident: ça se passe souvent comme ça ici?
Un client rit et lui répondit: Toujours! C'est ce qui fait le charme de l'endroit monsieur Va falloir vous y habituer!
Zach fut impressionné par la maîtrise de Sofia. Pour sûr elle avait de l'aplomb. Il ne put s'empêcher de la suivre longtemps du regard après ça. Il descendit de la scène, on l'applaudit un peu et il revint au comptoir.


*Sofia était affairée à s'occupé quelque peu de la caisse* Le Musical vont plait Monsieur Leroy ? * lui demanda t-elle sans releva la tête* Vous ne présentez pas non plus votre amis trompettiste qui à réchauffer mon coeur de sa mélodie ? *Elle referma la caisse d'un coup de fesse et se pencha dos à lui en cherchant quelques choses, elle tourna enfin la tête vers lui ses longs cheveux lui tombant un peu dans les yeux* Dios ! scuza, vous voulez peut être boire quelques choses non ?

Zach: Le Musical est très chaleureux, je pense que c'est pour ça que vous avez autant de clients qu'un soir de Moulin Rouge *sourit* Et peut être aussi un peu pour le service. *dit il l'air de rien* Vous voulez connaître Alfred? Il en serait ravi mais ne faîtes pas attention à ce qu'il dit, son humour est peu noir *sourit et fait signe à Alfred de venir les rejoindre* Alfred je te présente Sofia, elle voulait te complimenter sur ta musique.
Alfred tendit sa main: Vraiment? C'est le plus beau compliment de ce soir donné par une femme charmante....
Zach donna un coup de coude à Alfred et secoua la tête à Sofia: Non merci, je ne bois jamais plus d'un verre de vin par jour.
Alfred: Il est sérieux le petit hein? *dit il à Sofia* Je l'ai toujours connu comme ça!


* Sofia hocha la tête* Vous savez Monsieur Leroy, avec tout ceci nous semblons vouloir oublier qu'une guerre nous a arracher mari, enfant, père et amant mais si un homme comme votre ami se permet de faire un peu d'humour noir comme vous dites non sono cosi male! *dit-elle en se forçant à sourir, puis elle serra la main d'Alfred avec entrain et un peu de force * Enchanté Monsieur Alfred, votre Musica c'est un rayon de soleil un jour de pluie ici !! * Elle rit doucement aux compliments puis posa un verre d'eau devant Zach* Il faut boire un peu après avoir jouer sur scène...*le vit regarda de le verre* c'est que de l'aqua ! * elle passa la main dans ses cheveux et s'accouda au bar juste en face d'Alfred* C'est surement le premier à refuser quelques choses de ma part c'est pas si mal ! *elle pencha la tête en souriant* vous le connaissez depuis longtemps ? * elle sourit doucement*vous allez quand même pas dire non vous aussi à une petite pinte de bière n'est ce pas ? *elle lui fit un magnifique sourire*

Zach se gratta la tête d'un air gêné puis accepta avec plaisir le verre d'eau. Il remercia Sofia d'un sourire et étancha sa soif, jouer du piano avec autant de vigueur, c'était du sport. Il se demanda ce qu'allait sortir Alfred et le regarda d'un air intéressé.
Alfred rit une nouvelle fois: Ma foi ça ne sera pas de refus! J'assume le fait d'être un bon vivant contrairement à Zach! *Il reposa sa trompette dans son étui précautionneusement et une fois que la bière fut servi, il en englouti les trois quarts. Il leva les yeux vers la droite, semblant chercher dans ses souvenirs depuis combien de temps il connaissait Zach.
Le pianiste lui fit signe qu'il avait une belle moustache de mousse de bière sur sa lèvre supérieure. Alfred l'essuya d'un revers de manche très distingué et répondit à la question de Sofia: ça doit bien faire deux ans qu'on se connait tous les deux, hein Zach?
Celui ci hocha la tête: _ On a fait les derniers mois de guerre ensemble. Il était dans la tranchée d'à côté et faisait du business de cigarettes. Dit il avant de sourire en y repensant.
Alfred hocha la tête: _ C'est ça c'est ça! Je l'ai tout de suite repéré avec sa gueule d'ange et ses doigts fins! Quand il m'a dit qu'il était pianiste, je me suis pris d'affection pour lui. On s'est jurés de jouer un morceau ensemble si on se tirait de là... Et puis fin 1918 , on nous rappelés chez nous.
Zach finit le récit d'Alfred, expliquant à Sofia: _ On a pu jouer dans le train qui nous ramenait à Paris. Il y avait ce vieux piano dans le wagon des bagages, il était tout cabossé et désaccordé mais c'était le meilleur morceau que j'ai jamais joué." Dit il tout pensif. Il avait le sourire aux lèvres, se remémorant l'immense joie qui l'avait empli lorsqu'ils avaient joué dans le train ce morceau de la liberté: la guerre était finie!
Alfred sourit à son tour et finit sa bière. Il fit signe à Sofia de lui en resservir une autre:" Et puis on s'est perdus de vue vu que le petit rentrait en Algérie. Qu'est ce que tu fous là d'ailleurs?
Zach haussa les épaules avant de croiser le regard de Sofia: _ Je voulais mieux connaitre la capitale." Il voulait surtout en ce moment, éviter de repenser à ses parents qui avaient vécu son départ comme une trahison. Il se leva du tabouret et s'éclipsa un moment aux toilettes.
Alfred se tourna vers Sofia, finissant sa deuxième bière d'une traite: Et vous belle demoiselle? Vous êtes depuis longtemps à Paris?"
Zach revint au cours de la réponse de Sofia.


*Sofia écouta les deux hommes lui raconter leurs histoires avec un sourire tendre sur les lèvres. Elle hochait régulièrement la tête pour approuver et rit même un peu en voyant la complicité des deux hommes. La jeune italienne resservit Alfred en bière et s'accouda à nouveau contre le comptoir. Elle baissa cependant la tête quand ils parlèrent de leur retour au bercail. Porco Dios ! Por che amore mio n'est jamais rentrer lui ?, pensa t-elle si fort que les larmes lui montèrent aux yeux. Elle se redressa un peu et baissa la tête pour lavé quelques petites bricoles la tête baissé pour que Zach et Alfred n’aperçoivent pas ses pleurs. Elle suivit doucement Zach du regard quand qu'il alla aux toilettes et fini par se retourner vers Alfred * Oh euh...depuis 18 ans maintenant. *Elle fit un sourire pleins de charmes* Je suis née à Milan mais quand j'ai eu trois mois mes parents sont venu vivre ici pour être plus près de ma grand mère et tout...*soupira un peu* mais ils ont attrapés une de ces Miedas et ils morts peu de temps après notre arrivé...C'est donc ma grand mère qui m'a élevé ici !!

Alfred hocha sensiblement la tête tout en entamant son verre de nouveau rempli: C'est bien triste ça ma p'tite demoiselle... Je suis désolé...
Zach en revenant des toilettes avait entendu la fin de la phrase de Sofia. Il fit comme s'il n'avait pas entendu, ne sachant pas quoi dire pour de telles circonstances. Il n'avait jamais été très doué pour parler, les femmes le trouvaient tantôt mystérieux tantôt sombre. Il n'était ni l'un ni l'autre, Zach était plutôt manuel qu'intellectuel voilà tout. Il échangea quelques paroles avec Alfred qui fut rond comme une bouteille bien avant la fin de la soirée. Zach joua des morceaux de piano endiablés jusqu'au petit matin, Sofia n'oublia jamais de lui servir un verre d'eau quand bien même il ne se plaignait pas du rythme effréné du Musical. 5h du matin, l'endroit allait bientôt fermer. Zach manqua de s'arracher la mâchoire en baillant. Il jouait quelque chose de doux au piano, une musique qui séyait bien aux fins de soirées mouvementées. Sofia nettoyait les tables vides et s'activait toujours pleine d'énergie. Cela forçait l'admiration de Zach, une femme comme elle s'entendrait très bien avec sa famille se dit il. Alfred s'était endormi sur une des dernières tables occupées, et à présent ronflait assez fort. Zach fit signe à Sofia de s'approcher. Elle le rejoint sur scène munie de son plateau.
" Vous allez bientôt fermer? Prévenez moi juste, je sens que je vais devoir porter ce bon vieux Alfred... Ses compagnons de musique l'ont abandonné, il semblerait qu'il soit tout à moi ce ce soir." Dit il en ayant un regard pour Alfred qui ronflait de plus belle, la bouche grande ouverte. Zach finit par pouffer de rire avant de relever ses yeux vers la belle serveuse. Il jouait toujours d'une main tranquillement, et ne s'était pas aperçu que Sofia pianotait quelques notes avec lui. Zach baissa le regard sur ses touches et vit enfin la main de Sofia s'agiter: "Vous avez l'oreille... Vous jouez depuis longtemps? "


*Sofia fit un signe de main à Alfred en souriant tristement et repris de suite son entrain habituel* Bon Zach vous n'êtes pas payer à rien faire retourner donc au piano il vous attend sagement...*Elle rit doucement et retourna à ses occupations habituelles servir les client, bavarder avec les habitués et se faire draguer sans vraiment reposer violemment les hommes qui l'abordait. Elle était toujours en pleine forme et se surpris à sourire tendrement en voyant son nouveau Pianiste bailler. Sofia partit dans l'arrière cuisine pour discuter un peu avec sa grand mère puis bavarda quelques instants avec le cuisinier qui était entrain de partir et lui déposa un tendre bisou sur la joue quand il s'éclipsa par la porte de service. Voilà maintenant que 5h du matin arrivait. La jeune italienne nettoyait les tables avec entrain comme toujours. Elle s'approcha avec souplesse de zach quand il lui fit signe de venir.* Oui ne vous en faite pas, Georges et Henri finissent leurs verres et nous fermons... Effectivement !! Ne vous en faites donc pas je vais vous aider moi aussi ! *Elle explosa de rire en suivant son regard vers Alfred. Elle pianotait doucement sans même sans rendre compte quand il lui fit la remarque elle retira brusquement sa main du piano et leva les yeux vers lui* Oh...je ne sais pas vraiment jouer enfin si...mais pas très bien j'ai appris gamine avec un pianiste qui travaillait ici il y a plus de 10 ans !!

Zach fut agréablement surpris en apprenant cela. Il fit glisser un tabouret à côté de lui pour que Sofia s’asseye: Vraiment? Et si vous me faisiez une démonstration? *Il sourit tendrement* Si vous voulez je peux vous accompagner pour un quatre mains. *Il réfléchit* Hm voyons un air connu... *Il fouilla le tas de feuilles qui se trouvait sous le piano et en sortit une partition relativement connue de tous. Il la plaça sur le piano et fit la première note tout en regardant Sofia*

*Elle mis ses mains devant son visage Oh por che j'ai dis que je jouais un peu...*Sofia rit un peu et s'assit doucement* et vous vous moquez surtout pas capito ? *dit-elle en souriant malicieusement puis mis les mains sur le clavier et plissa les yeux vers la partition, elle connaissait les notes de tête mais elle se dit qu'elle ferait mieux de faire bonne figure en faisant semblant de lire les notes*

Zach avait hoché la tête et sourit en guise de promesse. Dès les premières notes il se demanda pourquoi Sofia avait si honte de jouer du piano puisqu'elle était plutôt douée. Quelques fois sa main se faisait hésitante comme si elle n'arrivait pas à lire ce qu'il y avait de noté sur la partition, mais Zach ne s'en formalisa pas. Il ferma les yeux le temps du morceau. A la dernière note, Zach les rouvrit et applaudit deux fois: C'était très joli." Dit il sérieusement " Vous avez encore un peu d'hésitation dans les mains... *Il mit ses mains sur celles de Sofia, elle eut un petit mouvement de recul mais il la rassura du regard. Quand celle ci se détendit enfin il remit ses mains sur les siennes et la guida pour jouer* " Vous voyez? C'est tout de suite moins saccadé. * Il retira ses mains respectueusement et finit par dire* Si vous voulez je peux vous apprendre quelques partitions de temps en temps après le service? Enfin si vous en avez envie bien sûr.

*Sofia le regarda doucement dans les yeux, se laissant faire enfin se laissant jouer avec l'aide de Zach. Quand le morceau toucha sa fin pour la deuxième fois elle baissa les yeux* Oh c'est très gentil mais je suis pas une bonne élève...*la jeune italienne perdait un peu de son assurance quand le service était fini et cela commençait à se voir. Comment lui dire qu'elle ne savait pas lire la musique ? elle avait tellement peur qu'il se moque d'elle...Elle pris donc une grande inspiration et dit très rapidement* je sais pas lire la musique donc ça va pas être possible de m'apprendre c'est tout.

Zach haussa les sourcils, très surpris: Vous ne savez pas... Lire ces partitions? *Il prit une feuille dans sa main* Mais comment vous avez joué tout à l'heure si ce n'est pas le cas?

*Elle haussa les épaules* Non je sais pas lire...je...fais de mémoire et voilà !

Zach laissa échapper en un murmure le mot "incroyable" puis il fut pensif pendant quelques secondes, une main sur le menton: Si vous savez faire de tête une partition, apprendre à lire sera le plus facile. *Répondit il très sérieusement* Il y a tellement de musiciens qui savent très bien lire et pourtant ... *Il grimaça puis rit*

*Elle grimaça un peu* Oh franchement Zach je penses pas être capable ni même avoir le temps de faire ce genre de chose....j'ai beaucoup de travail vous savez et puis je veux pas non plus vous faire perdre votre temps !!

Zach lâcha: "Tss... Si vous partez perdante vous n'irez pas loin. *Il esquissa un sourire craquant avant de dire* Moi? Mais je ne me suis pas proposé pour devenir votre professeur de solfège... Enfin si vous insistez, j'aime bien perdre mon temps comme j'en ai envie. Après le service si vous n'êtes pas fatiguée, on peut le faire quelques minutes.

*Sofia se leva* Hum...oh non senza modo ! C'est pas que...je veux pas que vous m’appreniez ou autre c'est juste que je suis trop...peu brillante et puis l'envie n'est pas vraiment là...*elle alla nettoyer les dernières tables, Henri la pris sur ses genoux pour discuter mais elle avait la tête ailleurs et lança un regard à zach*

Zach fut un peu déçu de la réponse de Sofia. Il haussa les épaules d'un air nonchalant tout en réfléchissant à pourquoi lui avait elle fait un tel refus. Croyait elle que c'était un plan foireux pour se retrouver seul avec elle après le travail? Il écarquilla les yeux à cette pensée. Quelle idiot! Sa proposition avait tout l'air d'être de la drague... Il fit une fausse note en s'en rendant compte. Il s’éclaircit la gorge avant de se lever et sortit de scène. Alfred ronflait toujours sur sa table. Zach le fit lever, passant un bras autour de lui. Il se retourna une dernière fois vers Sofia: Bon.. J'y vais. A demain.

*Elle venait de faire encaisser les derniers clients.* Oh mais attendez...j'ai dis que j'aillais vous aider avec Alfred...*Elle fit 5 avec sa main* cinque minuti, Je dois juste fini un truc !! *Elle courut vers la scène, ferma le piano avec douceur et mis le tabouret en place sous l'instruments. Puis elle donna un dernier coup de chiffon sur les tables, et le comptoir et tira rapidement son tablier* Je prend mon manteau et j'arrive !! *Elle alla dans l'arrière cuisine pris une petite veste, se détacha les cheveux et arriva devant Zach* Voilà je suis prête !

Zach soutenait le poids de son imposant compagnon sans effort. Il répondit: Oh mais ce n'était pas la peine... Bon merci. *Il sourit* Si vous pouviez nous ouvrir la porte..

*Elle hocha la tête, ouvrit la porte et la tint ouverte avec son pied pendant qu'elle éteignait les lumières. Une fois sortit elle referma la porte et tourna la clé dans la serrure pour vérifier.* On peux y aller !! *elle serra son petit gilet contre elle et regarda zach* besoin que je porte quelques choses ?

Zach répondit d'une voix distraite "oui" on lui montrant l'étui qui contenait la trompette d'Alfred. Celui ci commençait à marmonner d'étranges plaintes puis prit Zach et lui cria: "Tu m'aimes hein?"
Zach fit des yeux ronds et chercha un taxi au plus vite mais comme Alfred ne voulait pas cesser son cirque Zach maugréa: Mais oui mais oui...
Alfred se calma et prit Sofia à l'épaule: Donc ma trompette a mangé?
Zach était un peu gêné, il se dit que Sofia devait le prendre pour un individu louche avec un ivrogne pour ami et sa proposition de cours. Il lui dit d'un air penaud: Vous n'êtes pas obligée de rester vous savez, je vais essayer de le cuisiner un peu pour savoir où il est hébergé et je l’emmènerais à pied. J'aime bien marcher dans les rues de Paris.


*Sofia pouffa un peu de rire au début puis elle explosa vraiment d'un rire claire* Oh dios !! Oui oui ta trompette a bien mangé et elle a bien bu aussi comme toi !! *la jeune italienne sourit l'étui en main et leva les yeux vers Zach, elle ne savait pas vraiment pourquoi elle était là avec lui, ni même pourquoi elle se sentait en sécurité à ces côtés à vrai dire. Elle sourit doucement dans le vide et haussa les épaules en l'entendant parler* Pff stop, je vais quand même pas vous laissez dans cette galère alors que c'est moi qui l'est servit !!

Zach esquissa un sourire: Si les serveurs devaient endosser la responsabilité de ce que boivent les clients on s'en sortirait pas. *Il balaya du regard la rue déserte. Il n'y avait que deux lampadaires sur trois d'allumés. Quand soudain une voiture arriva tranquillement, heureusement c'était un taxi. Zach mit deux doigts devant sa bouche et produisit un magnifique sifflement qui fit arrêter le taxi devant eux. Sofia lui ouvrit la porte et Zach étendit son ami sur la banquette arrière. Il demanda au chauffeur* "Je peux monter devant?" Et une fois que celui ci ait hoché la tête d'un air endormi, Zach se retourna vers Sofia pour lui prendre la trompette* Bon et bien merci... Et bonne nuit. " Il échangea un doux regard avec la belle italienne et la voiture démarra rapidement*
[Fin du RP pour Zach]


*Sofia hocha doucement la tête et sourit en lui tendant l'étui* tiens....*elle pencha doucement la tête sur le côté * Oh prego e Buona Notte * Elle referma doucement la tête après avoir échangé un regard tendre et pleins de sens avec son nouveau pianiste. Quand le taxi partit, elle resta longuement dans la rue sans bouger jusqu'au moment ou la pluie se mit à tomber. Quand la jeune italienne se retrouva complètement tremper elle se décida à rentrer se coucher. Elle se demanda pourquoi ce jeune homme lui faisait autant d'effet, elle qui était si sur d'elle ce retrouvait à ne plus savoir dire devant lui. Oui il lui plaisait pour elle c'était une trahison à son fiancé tombé à la guerre que de le remplacer. Les larmes de Sofia se mélangèrent à la pluie et ce n'est que quand elle s'écroula par terre sur le sol du musical qu'elle se rendit compte de l'état dans lequel elle était. Elle se repris après une grosse quinzaine de minutes et se mit à chanter en finissant de ranger la salle.*
[ Rp de Sofia Fini ]


(c) Ségo Soyana

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Les archives de RP   Mer 19 Juin - 12:47



«Les parisiens sont vraiment tous des ...»


Légende de couleurs: Noir Amélie (Eleonore), Bleu Tess (Estelle puis Zach), Rouge foncé Lola (Sofia)

RP entre Estelle, Eleonore, Sofia et Zach au Moulin Rouge: Rencontres désobligeantes et espoirs déçus

*Eleonore alla dans les loges du moulin rouge, elle avait dû travailler sur un nouveau numéro toute la journée. Comme d'habitude c'était la magnifique Katie qui était la star du show. La princesse du patron, elle était. Eleonore et les autres devaient encore une fois jouer les figurantes à côté. Et quand est-ce que se sera à mon tour de briller ? Se disait sans arrêt la jolie blonde. Enfin, comme disait Shakespear : "il n'y a pas de petit rôle, il n'y a que des petits acteurs". Certes, mais au moulin rouge, ce n'est pas des pièces de Shakespear qu'on interprête mais plutôt un art qui procure un substitue de satisfaction à des pulsions masculines bien spécifiques. On courtise, on envoûte, on charme... Tout ça pour la modeste somme de quelques billets. Eleonore se maquilla et se prépara pour le show du soir des idées pleins la tête et surtout une perspective d'avenir bien plus grâcieuse.*
- A quoi penses-tu ?
*Eleonore sortit de sa rêverie et regarda son interlocuteur* Dis Janis, t'as jamais pensé à quitter le moulin rouge ?
- Quitter le moulin rouge ? Et pour aller où ?
*Eleonore, pensive* Je ne sais pas, autre part...
- Tu ne veux pas qu'on finisse comme nos mères quand même ?
Eleonore *fronça les sourcils* C'est ce que nous sommes Janis, de vulgaires catins... Et rien de plus. Tu penses vraiment que nous sommes différentes d'elles ?
- Nous sommes des danseuses...
- Mais les hommes nous voient exactement de la même façon, un désir sexuel. Le sexe, il ne s'agit que de ça... *Eleonore se leva voyant bien que son amie ne comprenait pas* Ecoute, laisse tomber. *elle partit par la porte de derrière pour prendre l'air un peu*
- Mais où tu vas ? Le spectacle va bientôt commencer...
*Mais Eleonore était déjà partis. Elle s'asseya sur le trottoir un instant.* Et pourquoi pas allez dans ces nouveaux bars branchés ? *elle se mit à parler toute seule dans la rue où quelques passants se retournaient parfois, se demandant ce qu'elle marmonnait ici toute seule* Il paraît qu'il y a pleins de gentleman, beau et riche, cherchant la femme qui serait les séduire... Je sais séduire, ça ne fait aucun doute.

Une femme ronde passa devant Eleonore, sans un regard pour elle. Elle était emmitouflée dans un épais manteau de fourrure qui avait du coûter une fortune. La tête haute elle faisait de minuscules pas qui semblaient l'épuiser à chaque seconde. Elle s'arrêta à moins d'un mètre d'Eleonore et regarda l'heure qu'affichait la grande horloge extérieure d'un bâtiment. Elle tapa du pied, attendant son chauffeur. Quand soudain un jeune homme apparut à toute vitesse et lui vola son sac à main. Il l'avait repéré depuis deux rues et n'avait pas l'intention de laisser échapper sa chance de plumer une si belle proie. Voilà qu'à présent il courait comme un dératé, zigzagant entre les passants de tout poil, tenant d'une main le précieux butin et de l'autre empêchant sa casquette de tomber par terre. La victime poussait des hurlements stridents ponctués de "au voleur! Mon sac... Oh mon dieu j'avais mon précieux bracelet de diamants à l'intérieur! Catastrophe!" Elle lançait des regard désespérés autour d'elle mais les gens dans la rue lorsqu'ils ne l'ignoraient pas royalement, se contentaient de lui lancer des regards étonnés ou désolés.
Quatre policiers patrouillaient dans le coin, le chef brigadier était en grande conversation avec une jeune femme blonde qui attirait les regards. Elle avait l'air de contrarier les policiers et notait de grandes phrases dans un petit carnet. Les policiers n'avaient pas bougé d'un pouce en voyant le vol à l'arraché. L'un des policiers haussa les épaules à la victime et dit une phrase bateau espérant la calmer: " Madame il est déjà loin. Cela arrive à tous les coins de rues ces temps ci"... Estelle rangea alors son carnet dans son sac, enleva ses escarpins à haut talons et les posa à côté d'Eléonore, lui lançant: "Vous me les gardez une minute ou deux? Le temps de montrer aux messieurs les agents comment faire leur travail." Aussitôt dit, elle s'élança dans la rue, pieds nus à une vitesse impressionnante. Son chignon s'était défait et ses cheveux blonds flottaient à présent au vent. Les policiers échangèrent des regards interloqués entre eux. Ce n'est que 20 minutes plus tard qu'Estelle revint, complètement ébouriffée, le sac volé complètement trempé avec elle. La victime s'élança pour reprendre son bien: "Mon dieu, mon sac à main! Merci madame mais... Pourquoi est il mouillé??
Estelle se recoiffa avec ses doigts: " Et bien j'avais réussi à suivre le voleur... J'ai improvisé et lui ai lancé mon carnet à la tête. Il s'est énervé et a lancé votre sac dans la Seine. J'ai voulu le récupérer avec un bâton sans succès, heureusement qu'il y avait un bateau mouche qui rentrait à quai. Le capitaine était fort aimable." Elle sourit et chercha ses chaussures du regard.


*Sofia s'était accorder une petite pause au Musical pour voir enfin à quoi ressemblait les danseuses du Moulin Rouge, elle qui voulait tant faire ses preuves sur la scène. La jeune Italienne portait une robe tout se qu'il y a de plus banal et se sentit un peu mal à l'aise quand elle vit la grosse femme emmitouflée dans son gros manteau de fourrure* Beurk...che Mierda * dit-elle en italien en passant juste à côté d'elle. Elle observa la jolie blonde courir comme une dératée puis revenir toute fière avec le sac de la riche. Sofia rit doucement sans même s'en rendre compte les Italiennes avaient bien raison les femmes sont plus fortes que les hommes et elle même en était la preuve tout les soirs quand le Musical ouvrait ses portes. Elle rêvassa doucement à revoir ce bel homme qui jouait du piano, il faudra attendre la prochaine nuit rien de plus mais c'était déjà trop pour elle. Mais pourquoi lui faisait t-il donc cet effet ? Elle se posait la même question sans arrêt depuis qu'elle l'avait embauché la veille au soir. Elle ne fit donc absolument pas attention à Eleonore et lui rentra dedans* OH scusa ! désolée !!

*Eleonore continua de parler tout haut quand elle vit une dame de la grande bourgeoisie impatiente en attendant son métro* Et voilà une baleine qui s'est échouée... *elle rit toute seule* Enfin il y a justice ! On ne peut pas être à la fois riche et belle. Hihi. *elle continua à rire lorsqu'un voleur piqua la bourse de la Dame. Elle regarda les policiers ne pas bouger d'un pouce et rit de plus belle* Et maintenant, même la police ne fait rien. Bon, faudrait peut-être que je rentre, ça va commencer le... *elle s'interrompa en voyant Estelle s'avancer vers elle en lui tendant ses escarpins* Que... Mais... ? *elle regarda la jeune blonde courir dans la rue* Ah mais ça c'est la meilleure ! *Elle garda les escarpins et hésita à partir avec... quand une deuxième jeune femme la heurta. Elle laissa tomber les escarpins* Hé, attention ! Scusa, scusa, ça va trente secondes. Je veux bien que je ne suis pas aussi visible que cette grosse Dame *montre la Dame attendant pour son sac volé* mais quand même ! *Estelle revient avec le sac trempé et elle passa totalement à autre chose, laissant tomber la jeune fille* Elle s'est jetée dans la Seine juste pour un sac à main ? *elle va vers Estelle, en laissant les escarpins sur le trottoir, en les oubliant totalement* Vous êtes qui ? Le nouveau super-héros de Panam ? *ricanne* C'est vraie, qu'on ne pouvait pas laisser passer ça, la pauvre Dame avait quand même un de ces 3 000 bracelets en diament dans ce sac... *ironique* Et quand à ce voleur, il est criminel d'avoir voler un sac à une PAUVRE Dame. En plus, il vit surement dans la rue, ben qu'il y reste ! *super ironique. Elle connaissait tellement la galère de vivre dans la rue. De n'avoir plus le choix que de voler pour pouvoir se nourrir...*

Estelle était contente d'elle, mais Eleonore la coupa totalement dans son élan de courage. Estelle écarquilla les yeux, se demandant pour qui se prenait cette demoiselle si légèrement vêtue pour lui faire la leçon. Elle lui répondit d'un ton tout aussi acerbe: Tout d'abord je ne me suis pas "jetée" dans la Seine, il y a des limites à l’héroïsme. Et ensuite si vous voulez me donner un petit surnom suite à cette affaire, libre à vous. J'ai une petite préférence pour "l'héroïne de Panam" mais je laisse les passants donner libre court à leur imagination. *Elle esquissa un sourire. Estelle voyait très bien où voulait en venir Eléonore, elle n'avait pas tout à fait tort d'ailleurs. Mais Estelle avait un trop grand sens des convenances pour tolérer le vol, quand bien même cette dame s'était enrichie injustement et que le voleur mourrait de faim.
Les policiers ne savaient pas où se mettre et le chef brigadier la réprimanda sévèrement, coupant les deux jeunes femmes dans leur échange musclé: Mais qu'est ce qui vous a pris mademoiselle Fitzerald? Et si vous vous étiez blessée ou que ce brigand vous ait kidnappé ou dieu sait quoi d'autre... Vous auriez du laisser les professionnels se charger de cette racaille.
Estelle pouffa de rire et croisa les bras: Je crois que nous n'avons pas la même définition du mot "professionnel" brigadier.
_ Chef." répliqua t il en rajustant sa casquette. "Brigadier chef."
Estelle leva un sourcil n'en croyant pas ses oreilles: _ Chef... *Elle marmonna* On doit gagner ses gallons en étant le plus inactif possible ma parole... *Puis continua plus haut, en regardant Eléonore* Depuis quand le vol est il justifié lorsque les riches ne méritent pas leur fortune? Qu'est ce que vous en savez, vous connaissez peut être cette personne? *désignant la grosse dame* Parce qu'elle a un gros manteau de fourrure, a l'air de manger plus qu'à sa faim *La dame s'offusqua d'un "oh!"* elle est forcément détestable et mérite qu'on lui déleste d'un bracelet en diamant? Et si c'était le seul bracelet qu'elle possède ou bien qu'elle donne régulièrement aux bonnes oeuvres? Je peux savoir qui vous êtes pour juger aussi facilement les personnes et donner des leçons à tout le monde? Vous devriez faire partie de la prochaine foire, avec un stand, en tant qu'extralucide vous feriez un malheur!"
Les policiers se regardèrent en chien de Faillence, ne sachant pas quoi dire pour calmer les jeunes femmes. Estelle avait le chic pour faire la morale à tout ceux qui l'énervaient. Il était vrai qu'elle n'avait jamais vécu dans la misère grâce à son père mais en tant que journaliste elle avait son avis sur tout. Elle tourna le dos à Eleonore pour enfiler ses escarpins abandonnés sur le trottoir et échangea un regard avec Sofia.


*Sofia ne préféra pas dire un mot, hors du Musical elle n'avait aucune autorité et se sentait encore perdu, après 18ans de vie dans Paris elle ne connaissait que la rue ou elle vivait et se rendait compte que la ville était bien plus grand, elle regarda Estelle sans trop savoir quoi dire. *

*Eléonore n'aimait décidément pas le ton de son interlocutrice. D'un regard noir et fougueux, elle ricana* Les riches sont tous pareille, ils voient tous la vie en rose ! Pour vous le monde est peuplé d'heureuses personnes qui dansent tous ensemble en se tenant la main. Comme c'est mignon. *elle soupire* Mais regardez mieux autour de vous *fait tourner Estelle et dirige son regard sur un SDF dormant sur un banc entrain de faire la manche avec plusieurs personnes, sac à main de marque et hauts talons passé devant sans même le remarquer* Si tout le monde lui donnait un petit quelque chose, il aurait peut-être la prétentieux de se trouver un endroit où passer la nuit... *elle se remit face à Estelle* Je parle de solidarité Mademoiselle L'héroïne de Panam. Je suis peut-être un petit peu trop optimiste mais comme on dit l'espoir fait vivre ! N'empêche qui volerait un petit sac à main juste pour le plaisir ? C'est la nécessité de vivre qui pousse parfois les gens à agir de cette façon... *elle ignora totalement les policiers qu'elle n'aimait pas du tout. Dans son passé, elle avait déjà eu à faire avec des policiers...* Et vous parlez de moi pour ce qui est de donner des leçons ? Mais je pense que vous ne vous êtes pas entendu à avoir un avis sur tout ! Vous êtes quoi ? Journaliste ? *rit puis se tourne vers Sofia qui était toujours là* Et vous qu'est-ce que vous en dites ? Vous écoutez la conversation depuis le début alors je vous en pris, exprimez-vous ? *elle n'avait pas dit son dernier mot, la petite Eleonore n'aimait pas être contredis et défendait toujours ses convictions. Au moulin, on l'avait surnommé la Justicière. Elle prenait toujours la défense des plus démunis et sa franchise sans pareille la faisait aussi appelé "Grande-gueule". Malgré tout, elle avait du mal à se faire prendre au sérieux au Moulin Rouge...*

Estelle écarquilla les yeux face à la répartie d'Eléonore. "Mais c'est qu'elle ne démord pas cette fille!" Se dit elle. Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était lancée dans un débat aussi mouvementé, et bien que ce que lui disait son interlocutrice l'agaçait au plus haut point, en son fort intérieur elle aimait la confrontation. Elle mit les mains sur ses hanches d'un air outré: " Non mais vous croyez vraiment que je suis naïve? Vous m'accusez de ne pas voir les miséreux sous le pont 9 parce que je suis riche? Quel beau discours mademoiselle... Ce n'est pas en agressant verbalement les gens dans la rue que vous ferez apparaitre des francs dans la main de ce pauvre clochard. Il y a bien assez de misère à Paris comme cela pour ajouter à la liste des vices le vol. Et toutes les peines du monde ne justifient pas la commission d'un larcin. 1920 est déjà une année assez folle comme ça où tout le monde se permet n'importe quoi... A commencer par votre tenue. D'où vous sortez exactement? *Elle croisa les bras en fronçant les sourcils à la question d'Eléonore* Et bien oui je suis journaliste au Parisien, cela vous étonne tant que cela? Vous accusez les riches de vivre dans leur bulle mais vous faites des amalgames de pas mal de choses on dirait... Une femme ne peut elle pas être journaliste et empêcher un crime par hasard? *Estelle ferma les yeux un bref instant, essayant de calmer son rythme cardiaque. Elle marmonna à elle même* Les gens n'ont plus de morale c'est dingue...
Le chef de la police esquissa un pas en arrière: Nous ferions bien de vous laisser...
Estelle brandit son doigt sous le nez du brigadier: Ah non vous restez là! Je ne vais pas vous laisser filer après n'avoir répondu à aucune de mes questions sur cette affaire de corruption!
Le policier pâlit et s'esquiva maladroitement: Vous voyez bien que j'ai des choses à faire mademoiselle... Laissez moi faire mon travail.. Nous allons récupérer ce voleur ... *Il s'en alla rapidement avec ses subordonnés, laissant Estelle figée dans son mouvement*
_ Et laissez moi faire mon travail monsieur l'officier! La prochaine fois... *Il était déjà parti, Estelle se retourna violemment vers Eléonore* Merci bien, à cause de vous il a pu filer! *se tourne, en colère vers Sofia* C'est vrai ça vous qui êtes témoin de toute la scène, au lieu de rester plantée là dîtes quelque chose! *Elle détestait perdre les gens qu'elle interrogeait pour ses articles et défoulait sa colère sur les deux jeunes femmes qui se trouvaient là. Cette affaire de corruption de policier aurait fait le papier du siècle si elle l'avait sorti demain...*


*Sofia regarda Estelle et se renforgea un peu* Hey, Blondie tu vas te calme un peu ok ! Moi j'ai vu ta scène de Mierda mais c'est pas pour autant que j'ai un avis sur l'affaire ! J'comprend les gens qui vole pour vivre et j'comprend aussi les gens qui crie "au voleur" quand on les vole ! mais après tout avec une carabine pour dissuader les méchants c'est rapido pas beaucoup d'une..je sais pas quoi dé chez pas où ! *Elle regarda les policiers* Porco Dio ! che sono stupidi questi sbirri...

*Eleonore Sortit une pièce de 10 francs de ses chaussures* Je n'ai peut-être pas grand chose, mais ce que j'ai, je le partage volontié... *elle alla près du SDF et lui donna la seule pièce qu'elle avait en sa possession.* Tenez, allez vite vous chercher un chocolat chaud bien au chaud dans un café *elle lui sourit*
Le SDF *qui semblait la connaître* Oh non, mademoiselle Eleonore, je ne peux pas encore accepté ça de vous...
Eleonore : J'insiste, tu sais comment je suis Arnold, tétu comme une mule *elle rit avec le clochard le salua et revint près d'Estelle et Sofia. A Sofia* Qu'est-ce qu'elle nous chante l'espagnol ? *elle se retourna vers Estelle* Quand à vous, je me fiche que vous soyez journaliste ou non... *soupire un peu lacée de cette conversation* Et encore plus de votre fichu article... *Elle n'avait pas répondu à sa question concernant sa tenue quand la porte de derrière du moulin rouge non loin des trois filles s'ouvrit*
Janis : Qu'est-ce que tu foues El', le spectacle va bientôt commencer et Katie a encore fait une scène au patron, t'aurais dû voir ça, c'était énorme ! *elle rit quand elle vit la présence des deux jeunes filles* Vous venez voir le spectacle ?
Eleonore *A Janis* Je crois pas que ce soit le genre de ces demoiselles. *elle sourit et alla en direction de Janis, elle se retourna et fit un signe de tête à Estelle et Sofia* Bon, ben je suppose qu'on ne se reverra plus jamais donc adieu ! *elle sourit et ferma la porte derrière elle*
[fin du RP de Eleonore]

*Sofia souffla entre ses dents* Italiana...stronza ! *elle secoua doucement la tête*

Estelle avait froncé les sourcils en voyant Eléonore faire son show: Quel cirque, et dire qu'elle n'aurait certainement pas donné cette pièce si c'était pour me donner tort... *Elle mit les mains sur ses hanches, souhaitant ne plus jamais revoir cette femme horripilante* C'est ça bon vent! ... Et c'est de l'italien, ignorante... *Elle avait parlé en même temps que Sofia. Estelle tourna lentement la tête vers Sofia, ne sachant plus que dire. Elle finit par baisser la tête un peu gênée d'avoir perdu aussi facilement son sang froid* Je suis désolée de m'être emportée ainsi, je le sais bien au fond que ce n'est pas de votre faute si j'ai perdu ces policiers pour mon article... Mais cette femme m'a vraiment énervé... *Elle jeta un coup d'oeil vers la porte du Moulin rouge qui se refermait en espérant ne plus jamais croiser Eléonore.* Je vous paie un verre pour me faire pardonner? *Elle sourit gentimment* Après tout je vous ai agressé verbalement sans raison. *Estelle porta sa main dans ses cheveux*

Zach était un peu plus loin dans la rue. Il sortait d'un bar avec un ami qui l'entrainait à l'intérieur du Moulin rouge. Zach hésita un peu et s'arrêta devant l'entrée: Je suis pas sûr... Je ne suis jamais entré au Moulin rouge en tant que client...
Son jeune et riche ami éclata de rire très bruyamment et lui tapa dans le dos: Allons mon vieux, tu ne seras jamais un homme tant que tu n'auras pas payé pour contempler les belles femmes de Montmartre! Tu verras elles sont du tonnerre dans leur petite tenue sans haut... *Il vit que Zach allait trouver une excuse pour se défiler alors il le coupa avant qu'il ne réplique* J'entends un oui? Très bien... Après tout j'ai payé pour la location de ton smoking hors de prix alors tu peux bien me faire cette faveur... *Il le poussa à l'intérieur*


*Sofia regarda doucement Estelle et fini par sourire* Oh bah d'accord ! Vous en faites pas de toute façon ils auraient rien dit de bien intéressant vos policiers...*Elle la détailla rapidement, tenir un Musical lui avait appris à savoir facilement à quel genre de gens elle avait affaire ici : Femme bien éduquer, riche, intellectuelle mais surement un peu imbu de sa popularité et d'elle même. La jeune italienne haussa les épaules* Por che no ! * Elle tourna doucement la tête en entendant des rires d'hommes. Elle cru reconnaître Zach mais non pas possible...cela semblait tellement peu être son genre...*

Estelle sourit, au moins elle ne se sera fait qu'une ennemie dans la capitale et pas deux. Elle remarqua que le regard de Sofia était perdue vers la porte d'entrée du moulin rouge: Hm.. Vous voulez y entrer? Avec un peu de chance on ne croisera pas cette femme vu qu'elle fait le spectacle.
Zach prenait place à l'intérieur, c'était déjà bondé et les serveuses en petite tenue vinrent le voir pour prendre sa commande. Il avait trois serveuses après lui car dans ce beau smoking de location il avait l'air d'un riche héritier, ce qui rajoutait à son charme naturel. Lui, était tout gêné et ne savait plus où donner de la tête, ce qui fit rire son ami.
_ Allez deux scotchs pour mon ami et moi, mesdemoiselles... Pour l'instant *Il leur fit un clin d'oeil qui les fit glousser. L'une d'elle se pencha vers Zach*
_ Il est timide votre bel ami? On lui fait peur?
Zach releva ses yeux bleus-verts et esquissa un sourire: Mais non voyons...


*Sofia sursauta un peu* Hum..? oh oui ça me dis bien !! *elle remit doucement ces cheveux en place et donna un petit coup sur sa robe pour la remettre bien comme il fallait. Elle voulait faire bonne impression vis à vis de son pianiste. Elle releva la tête vers Estelle et sourit. c'était la première fois que la jeune italienne rencontrait une personne qui était étrangère au Musical et elle en était très heureuse*

Estelle hocha la tête et précéda Sofia pour entrer dans le célèbre Moulin rouge. Dès qu'on eut ouvert le porte, les rires, la musique et l'odeur d'alcool vous faisait tourner la tête. Estelle avait l'habitude de ce genre d'ambiance, elle reconnut même quelques hommes politiques, amis de son père à qui elle fit un bref salut à la limite de la politesse. Elle se dit que ces hommes politiques étaient tous les mêmes... Mais avant que son esprit ne divague vers des pensées sur son père, elle s'assit à la seule table de libre, pas très loin de celle de Zach et de son ami: ça vous va comme table? C'est toujours ultra bondé ici... *Elle agita sa main pour héler une serveuse* Qu'est ce que je vous offre à boire?
Zach éclata de rire en entendant son ami dire une blague, on ne distinguait pas ce qui se disait de la table d'Estelle et Sofia à cause du bruit ambiant. Il prit son verre sur le plateau de la serveuse qui se pencha vers lui d'un air provocateur. Zach détourna les yeux et plongea son nez dans son verre de scotch avant de remarquer la présence de Sofia! Qu'allait elle penser de lui si elle le voyait dans un endroit pareil? Il s'agitait sur sa banquette et son ami remarqua son trouble.*
_ Tu as remarqué un spécimen qui te ferait envie? *Il vu Sofia et Estelle et siffla* T'as l'oeil mon vieux! Je sais pourquoi on est ami maintenant. *Rit et se lève* Attends je vais les inviter...
Zach le prit par la manche: _ Non non.. Surtout pas! Qu'est ce...
Son ami le coupa: _ Je t'en prie *lève les yeux au ciel et se défait de son emprise* Sans moi tu serais toujours célibataire ma parole. *Il fonça droit sur elle et s'inclina comme un digne gentleman de bonne famille* Mesdemoiselles... Puis je vous offrir un verre à ma table? *Il indiqua Zach qui avait plongé sa tête dans ses mains, au comble de la honte*


*Sofia sourit doucement en entrant dans le Moulin Rouge, c'était ça son rêve venir danser et chanter ici ! Elle s'assit docuement à la table indiqué par Estelle et hocha la tête* perfecto ! *la jeune italienne lui fit clin d'oeil et remarqua soudain qu'elle était non loin de Zach et son ami, et rougit* Oh...je prendrais..un...*elle allait pour dire ce qu'elle souhaitait boire quand l'ami de Zach fit son apparition près d'elles. La jeune femme rougit doucement ne sachant pas vraiment quoi dire, elle était habituée à ce genre de scène mais comme témoin pas comme actrice elle sourit doucement doucement levant les yeux vers le jeune homme et souffla* martini...

Estelle leva lentement ses beaux yeux bleus vers le jeune homme, habituée à être ainsi draguée ouvertement. Elle sortit une cigarette de son sac et la tendit à l'ami de Zach d'un air nonchalant: Ma foi, pourquoi pas? Si ça ne dérange pas mon amie. *Elle sourit à Sofia d'un air interrogateur. Elle aimait bien la compagnie de plusieurs personnes. Sofia n'avait pas l'air contre et semblait lancer des regards gênés et insistants vers la table de Zach. Estelle repéra leur petit manège et se leva pour s'assoeir à côté de Zach* Enchantée, Estelle Fitzerald. *Elle battit des cils (dédicace pour toi:p) d'un air séducteur et tendit sa main libre vers Zach qu'elle trouvait tout à fait à son goût. Mais l'ami de Zach, une fois qu'il ait écarté la chaise de Sofia avant qu'elle ne s'assoit, tapota l'épaule d'Estelle et lui tendit un briquet pour sa cigarette. Il préférait les blondes Estelle sourit et une fois sa cigarette allumée, tira une bouffée*
Zach échangea un regard avec Sofia.
"_ Je suis enchanté de faire votre connaissance mesdemoiselles. Je m'appelle Louis et lui c'est Zach. Pouvez vous me dire que font d'aussi ravissantes créatures au Moulin Rouge? Ce n'est pas une place pour des femmes respectables...
Zach le coupa: _ Louis! Excusez le, il ne réfléchit jamais avant de parler. *Estelle éclata de rire. Zach se tourna vers Sofia* C'est la première fois que je viens ici...
Estelle haussa un sourcil: Vous vous connaissez?


*Sofia s'assit doucement et regarda d'un regard noir Estelle quand celle-ci s'approcha de Zach. Mais pourquoi était-elle comme ça, s'était complètement ridicule, il devrait ce contre faire de la jeune italienne et n'avoir d'yeux que pour la blonde...Comme tout les hommes à vrai dire. La jeune femme détourna donc le regard vers la scène et dit un peu distraitement à Louis* Oui oui je sais que c'est Zach lui ! Et puis je viens pour le spectacle bien sur. Pour ce que tu es de savoir si je suis une ragazza respectable ou non je crois que moi même je suis bien loin de le savoir ! *elle sourit a demi et tourna la tête vers son pianiste quand il lui adressa la parole* Vous n'avez pas à vous excuser..Vous êtes un homme après tout...come tutto gli altri. *elle regarda Estelle et arqua un sourcil * Oui pourquoi ?! *elle vit soudain la serveuse qui arrivait derrière Louis un petit peu en difficulté, voir en grande difficulté car celle-ci, si Sofia ne s'était pas levé brusquement pour rattraper le plateau sans rien renverser d'une main habille, aurait tout renverser sur les genoux des deux jeunes hommes* Attenzione !

Estelle haussa un sourcil face au ton acerbe de la belle italienne. Elle avait remarqué le changement d'attitude de Sofia en à peine quelques minutes. Etait ce du au fait qu'elle ait adressé un regard plein de sous entendus à ce Zach? ll y avait anguille sous roche entre ces deux là, mais elle sentait qu'il n'y avait encore eu rien de sérieux. Zach avait beau être plus charmant que son copain, Estelle se mit inconsciemment en repli pour observer la situation. Elle avait retiré sa main de l'accoudoir de Zach après que Sofia ait aidé la serveuse en détresse. Zach n'avait même pas remarqué le manège de la journaliste, il n'avait jamais été très doué pour ces choses là. Tout au plus avait il ce un premier flirt en Algérie, alors qu'il allait encore au lycée. Elle était belle et d'une nature légère, il était jeune et amoureux de cette fille au tempérament bien trempé. Elle avait été sa première fois, pour elle ce n'avait été qu'une fois de plus. Elle était enceinte depuis trois mois d'un autre lycéen et Zach l'apprit en même temps que tout le monde. Cela avait fait jaser. Il ne la revu jamais, ses parents l'ayant placée loin du monde, chez une tante à la campagne pour accoucher du bâtard non désiré.

Louis avait sursauté, et s'était levé par réflexe de sa chaise pour ne recevoir aucun débris de verre ou de résidu de nourriture. Il resta figé quelques secondes puis, voyant que Sofia avait la situation bien en main fit un beau sourire et pouffa de rire: Bien joué la miss. *s'adressant à Sofia* Vous étiez serveuse dans une autre vie?
Zach tiqua et agita nerveusement son noeud papillon de l'index. Etait ce seulement une impression ou bien ce noeud pap l'étranglait plus de minutes en minutes?: Dans cette vie là même... Elle est très appréciée par les clients à ce que j'ai pu voir.
_ Mais ça ne m'étonne pas. Répondit Louis en se rasseyant. Il déshabillait du regard Sofia, la remarquant davantage.
Zach était un peu déçu de se voir catégorisé "comme tous les hommes". C'était bien sa veine de tomber sur Sofia dans un endroit pareil en compagnie de son ami le plus macho... Il s 'interrogea un moment sur les raisons de son malaise. Après tout il avait bien le droit de visiter Paris sans être jugé par une femme... Il gardait les sourcils légèrement froncé et son expression empreinte de sévérité lui donnait un air sérieux et froid. Il ne parlait pas beaucoup, n'ayant pas le goût des longues discussions. Il laissa donc tout le loisir à Estelle de prendre la parole.
" Ah bon... Alors comme ça vous travaillez ensemble peut être?*Elle sourit au hochement de tête de Zach, elle adorait viser juste. Elle marmonna "intéressant" avant de relever les yeux vers Louis* Je vous ferais dire que vous manquez de savoir vivre Louis... C'est bien ça Louis? *celui arqua un sourcil, il semblait apprécier qu'on lui parle de façon espiègle* Si vous jugez cet endroit infréquentable, cela en dit long sur l'estime que vous vous portez à vous et à votre ami. *Elle expira une fumée blanche, en digne droguée de la nicotine* Quand bien même certains de ces messieurs jugent le Moulin Rouge comme le parfait endroit pour mater des paires de seins, je qualifierais plutôt cet endroit de revue, où il y a plus que des striptiseuses, c'est tout un art la danse et le chant vous savez? Un art que je vais faire découvrir à mes lecteurs. *Elle sortit une carte de visite et la plaça sur la table pour que chacun l'examine* Je suis journaliste au Parisien."
Louis et Estelle s'affrontèrent dans une joute verbale assez mouvementée, se défiant l'un l'autre à coup de jeu de mots et de culture générale, comme s'il n'y avait personne autour d'eux. Zach se contentait de regarder le visage fin de Sofia, n'écoutant qu'à moitié la conversation qui se déroulait à sa table. C'était la technique de Louis d'envouter ces dames avec ses connaissances et ses bons mots... Alors que Louis s’apprêtait à critiquer l'avis d'Estelle sur les peintures de Picasso, Zach se leva et tendit sa main à Sofia* "Vous dansez?"


*Sofia sourit fièrement de son exploit et rendit son plateau à la jeune serveuse lui conseillant de faire un peu plus attention la prochaine fois, puis se rassit doucement. Elle regarda Louis en riant un peu* Oh et bien dans une autre vie je n'en sais rien mais dans celle-ci je tiens un Musical et donc je travailles comme serveuse aussi, d'ailleurs votre..ami *dit-elle en montrant Zach d'un geste de main* travaille pour moi ces temps-ci ! *elle sursauta ne s'attendant pas à ce qu'il prenne la parole et rougit en attendant ces propos.* Oh racconti non importi che cosa, euh pardon ne raconte pas n'importe quoi !! *la jeune italienne arqua un sourcil suite à la remarque de Louis, elle ne comprenait pas vraiment où il voulait en venir et allait pour le lui demander, ne se rendant absolument pas compte de son charme quand Estelle pris la parole. Elle leva doucement les yeux au ciel et décrocha complètement de la conversation admirant plutôt les merveilles qui l'entourait. c'était dans un endroit comme celui-ci qu'elle rêvait de travailler mais suite à la mort de son fiancé qui allait reprendre le Musical de sa grand-mère elle s'était retrouvé obligée de subvenir aux besoins de celle-ci et comme elle refusait de vendre elle avait du reprendre l'affaire. Elle fût donc surprise d'entendre la voix de Zach qui la sortit de sa rêverie* Avec grand plaisir...*elle se leva délicatement en prenant la main du jeune algérien. *

Zach sourit à la réponse affirmative de Sofia, c'était le prétexte rêvé pour fuir la table et la conversation trop complexe à suivre pour Zach. Il frissonna involontairement au contact de la main de Sofia, c'était un frisson léger qui avait parcouru sa nuque comme s'il y avait une parfaite alchimie entre eux deux. Zach entraina doucement Sofia sur la piste de danse et positionna une main sur la taille de Sofia et l'autre enlacée dans celle de Sofia: Je dois vous faire une confidence, je ne sais pas vraiment danser. Je voulais surtout m'éclipser. *Il esquissa un sourire malicieux* Louis et votre amie Estelle semblent être du même milieu, ces gens là s'échauffent vite pour des broutilles de politique...
Estelle haussa un sourcil et suivit du regard les deux jeunes gens aller sur la piste de danse: _ Charmant... Je crois que je les ai ennuyé.
Louis éclata de rire: _ C'est pas trop son truc les longues discussion... Mais si vous voulez un confident sur l'oreiller je suis votre homme.
Estelle leva les yeux au ciel: Hm hm c'est donc un homme d'action...
Louis soupira, son charme ne faisait jamais effet lorsqu'il était en compagnie de Zach.


*Sofia rit doucement en baissant la tête un peu gênée * Oh ne vous en faites pas je peux vous guidez sans que cela ne se remarque de trop...*elle sentit sa tête légèrement lui tourner quand il glissa sa main dans le creu des reins de la jeune femme. L'italienne posa doucement sa main sur l'épaule de Zach et serra son autre toute petite main dans celle du jeune homme.* Estelle n'est pas vraiment mon amie à vrai dire je l'a connais depuis quelques instant seulement avant mon entré ici ! *elle se laissa doucement porté par la musique* mais effectivement ils semblent assez bien cultivé pour pouvoir bavarder inlassablement...*elle se mit sur la pointe des pieds et lui chuchota doucement* veuillez juste ne pas m'écraser les pieds sinon je crains que votre poste ne soit menacé ! *elle rit un peu pour lui montrer la plaisanterie et lança un coup d'oeil par dessus l'épaule de Zach à leur table* Mais dites moi d'où connaissez vous Louis ?

Zach haussa les sourcils un peu gêné puis sourit et hocha la tête: Très bien je vous suis... *Il se sentit un peu ridicule. La dernière fois qu'il avait dansé remontait à bien longtemps, il avait 7 ans et sa mère l'avait trainé sur la piste de danse lors du mariage d'un oncle. Déjà à l'époque il n'était pas très doué. Il jetait quelques coups d'oeil rapides et fréquents vers ses pieds pour ne pas faire souffrir les petits pieds de sa cavalières. Il pouffa de rire à sa blague* Je vais faire de mon mieux mais je ne vous promets rien... *Son regard vert se releva vers le visage de Sofia* Louis? Oh depuis que je suis installé à Paris, il s'est pris de passion pour les pianistes de jazz au cours d'une soirée et s'est mis à me parler ainsi qu'aux autres musiciens dans un club très chic. Et voilà qu'il s'est mis en tête de me faire connaitre le monde, il me traine un peu partout et profite de ma gentillesse. *Il rit un peu* Enfin ça me fait connaitre la ville... Nous ne sommes pas vraiment sur la même longueur d'ondes mais il est gentil au fond. Et vous ça vous arrive souvent de suivre les inconnues au Moulin Rouge?

* La jeune Italienne rit doucement, elle savait danser car à force de se faire entraîné de force par certain client un peu ivre elle avait appris à danser et à diriger la danse en plus. Elle plongea son regarda dans celui de Zach n'arrivant pas vraiment à s'en détacher* c'est pas grave...pour les pieds ! *La brunette hocha la tête en l'écoutant doucement* Il n'est donc pas si Idiot que je le pensais si il apprécie votre...*elle allait dire compagnie mais se repris* musica ! *Sofia leva la tête vers lui, inconsciemment elle s'était approché de lui* Je...non absolument pas ! d'habitude je ne vais pas vraiment dans ce genre d'endroit enfin j'avais l'intention de venir danser ici...euh...no...no aujourd'hui mas il y a longtemps avant que mon...*elle ferma un peu les yeux, en pensant à son ex-fiancé mais se repris rapidement* associer ne périsse...

Zach n'avait pu s'empêcher d'afficher un sourire amusé en écoutant la belle italienne. Il sentait qu'elle était moins sur ses gardes qu'au cours des derniers jours, ce qui la rendait encore plus séduisante que d'habitude. Puis ses paupières se baissèrent légèrement, dévoilant ses longs cils dans une expression affreusement mélancolique. Zach ouvrit la bouche, essayant de trouver n'importe quoi de réconfortant à dire, mais ce qui lui vint ne fut pas aussi convaincant que ce qu'il voulait donner comme impression: "Vous avez du beaucoup souffrir..." Leurs regards se croisèrent. Sofia eut l'air d'être touchée par sa sollicitude. Pour une fois que le peu de mots qui sortaient de la bouche du pianiste étaient compris... Il n'y avait aucune fausseté dans le timbre de sa voix, juste un constat triste. Pendant un court instant qui lui parut durer une éternité ses lèvres étaient si proches des siennes qu'il crut qu'ils allaient s'embrasser. Le regard de Zach resta en suspend, il frôla Sofia.

* Sofia se sentait ridicule, elle parlait parlait parlait et n'arrivait pas à s'arrêter à vrai dire... Le fait de ne pas être derrière son comptoir lui donnait l'impression d'être vulnérable. Elle releva les yeux vers lui quand il prononça ses quelques mots. Elle sentit tout son sarcasme la quitter, elle ne pouvait même plus vraiment dire où elle se trouvait. ses yeux....mon dieu mais c'était exactement le même regard...Elle retint sa respiration quand leurs deux lèvres se frôlèrent, elle ne savait vraiment pas quoi faire et était incapable de faire le moindre geste.*

Estelle regardait le couple danser d'un air distrait, sa cigarette se consumait déjà trop vite et des cendres encore brûlantes tombèrent sur la moquette, laissant un beau trou. Estelle ne s'en rendit pas compte, elle souffla: "Ils ont l'air proches tous les deux... ou sur le point de l'être. *Elle soupira d'un air blasé* C'est mignon.
L'ami de Zach gloussa, écrasant de son pied les cendres de cigarette, de peur que la moquette ne s'enflamme sous la table: _ Et bien ça ne vous inspire pas grand chose on dirait. Ou bien espériez vous être à la place de votre amie?
Et bam une pique. Estelle tourna légèrement la tête vers son interlocuteur sans soulever sa remarque qu'elle trouvait déplacée et désobligeante. Elle ne les connaissait à peine. Ce qu'elle avait voulu dire c'est qu'elle aurait bien aimé vivre ça, mais que ça ne lui était plus arrivé depuis longtemps: _ Malheureusement pour moi je tombe toujours sur des types plutôt dans votre genre. *Elle sourit*

Le cœur de Zach s’accéléra, la chanson allait se terminer d'une seconde à l'autre et cela l'agaçait au plus au point. S'il connaissait seulement un des musiciens, il pourrait lui faire signe de faire durer le plaisir ou bien... Ses pensées se floutèrent et par instinct, ses lèvres se rapprochèrent de Sofia pour ne faire plus qu'un avec la bouche de la serveuse. Il l'embrassa furieusement, mais cela ne dura qu'un instant. Il ne savait pas qui d'elle (refusant ses avances)ou de lui (de peur qu'elle le repousse violemment une fois la chanson terminée) s'était écarté en premier.


* La petite Italienne sentit les lèvres du jeune homme contre les siennes. Elle ne comprenait plus rien, son cerveau refusait de marcher correctement et elle se maudit au plus au point quand son instinct lui fit reculer d'un pas au même instant que la musique s'arrêtait. Elle refusait de revivre la même histoire qu'avec son ancien fiancé, tomber folle amoureuse et risquer de le perdre d'une minute à l'autre. Elle souffrirait trop d'un deuxième échec amoureux. Elle eu soudain la tête qui lui tourna, elle ne savait même plus où elle se trouvait et les seuls mots qu'elle réussit à prononcer fut * Porco Dio...* Elle ferma les yeux puis les rouvrit et leva la tête vers Zach* Scuza....scuza...*elle fit un pas en arrière et fonça dans un couple de danseurs, elle paniquait totalement à vrai dire et ne savait plus quoi faire.*

Le regard de Zach s'emplit de tristesse et de gêne. Il n'aurait pas du. Cette fille était trop compliquée pour lui il le sentait... Et faire le premier pas devant tous ces gens... Il tendit sa main vers Sofia quand elle se cogna contre les autres danseurs mais l' abaissa immédiatement, sa voix semblait plus grave qu'à l'ordinaire: "Non excusez MOI, je n'aurais pas du. " Baissant la tête il regagna d'un pas rapide sa table, son ami leva les yeux vers lui d'un sourire fier. Estelle écrasait sa cigarette dans le cendrier en verre rouge.
" Si vous voulez bien m'excuser, je rentre chez moi. Souffla le pianiste avant de sortir sans donner le temps à son ami réfléchir.
_ Quoi? Mais attends... Zach, la soirée n'a même pas commencé! Laisse moi prendre mon manteau au moins... *Il se tourna vers Estelle* Cela ne devait pas être notre soirée.
Estelle fit non de la tête: _ Je peux vous assurez que quoiqu'il soit arrivé ça ne l'aurait jamais été. Bonne nuit. *Elle se releva et rejoignit une Sofia tremblotante sur la piste de danse qui commençait à se faire remarquer. Estelle passa son bras sous le sien et l’amena aux toilettes des dames comme toute bonne amie aurait fait. Une fois devant le miroir, Estelle attendit qu'une danseuse sorte des cabinet pour fermer à clés les commodités: " Vous allez bien? *silence* Il est parti vous savez."


* Sofia leva les yeux vers Estelle, elle remarqua tout juste qu'elle était dans les toilettes* Je sais qu'il est parti...il m'avait promis de revenir pour que je puisse danser et chanter comme bon me semblait que j'allais quitte ce foutu musical miteux et que je pourrais enfin vivre comme bon me semblait, qu'on vivrait heureux...Mais il a menti !! Il est jamais revenu ! * Elle passa les mains sur ses yeux, ce qu'elle disait n'avait aucuns rapports avec Zach mais elle ne le remarquait même pas...elle souffla doucement* Santa Marie, aiutami in questo momento con solitudine e di tristezza... * Elle répéta cette phrase plusieurs fois d'affilé*

Estelle regardait Sofia s'énerver devant le miroir sans bien comprendre. Avaient ils une relation si compliquée ce Zach et cette Sofia? C'était curieux il n'avait pas l'air aussi moche... L'abandonner comme cela... Estelle posa une main sur l'épaule de Sofia et dit d'un ton doux: " Vous voulez partager un taxi avec moi pour rentrer? Je ne me sentais plus à l'aise avec le lourdaud à notre table de tout manière." Elle esquissa un sourire lorsque la jeune italienne hocha la tête, encore toute secouée par son aventure. Le portier leur remit leurs manteaux sur les épaules et Estelle héla un taxi tout de suite, laissant Sofia monter en premier. Elles habitaient à deux quartiers opposés mais cela lui importait peu, elle voulait surtout que Sofia rentre sans encombre chez elle. A défaut d'être amies, les deux femmes se seraient au moins soutenues ce soir, Sofia face à Éléonore et Estelle face à Zach.
Refermant la porte de son beau studio parisien, Estelle soupira d'être rentrée si tôt. Après avoir lancé son manteau de fourrure sur son lit, elle se posta à son bureau et entreprit de continuer son roman. Ce qu'elle avait vu ce soir lui donnait matière à rêvasser. Sofia avait beau l'air d'avoir souffert à cause du jeune homme, Estelle l'enviait d'avoir une vie amoureuse si compliquée. Comme au cinéma muet, l'amour plein de rebondissements...
[Fin du RP]


(c) Ségo Soyana

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Les archives de RP   Mer 19 Juin - 13:03



«Les cabarets sont des carrefours»

Légende des couleurs: noir Marie (Suzanne) et bleu Lola (Marc)
RP entre Suzanne et Marc dans un cabaret: rencontre nocturne

Suzanne était installé au bar avec un grand sourire aux lèvres, elle aimait bien ces moments de détente qu'elle pouvait trouvé au bar, pour le moment, elle travaillait ici en tant que danseuse et chanteuse, et elle en profitait à fond, elle regrettait d'ailleurs que son meilleur-ami Jospeh n'est pas pu venir, la soirée aurait été tellement amusante.
Mais bon, elle allait tout de même en profitait, ici elle connaissait tout le monde, et les nouvelles têtes, elle allait vite à leurs rencontres sans apriori et sans gêne.
La partonne passa par là :
_ Suzanne, c'est à toi.
*Elle se leva, excitée pour aller sur la scène et en même temps que les musiciens démarrait, elle commença à chanter*

* Marc entra doucement un peu perdu, un ami à lui lui avait recommander ce lui mais il semblait un peu mal à l'aise. Il s'installa donc silencieusement et discrètement à une table dans le fond de la salle et commanda une bière*

Suzanne avait repéré le nouveau venue et elle décida dès la fin de son chant qu'elle allait le voir pour lui parler, mais en attendant, en étirant son sourire encore plus, elle continua à chanter.

*Il posa un petit calepin sur la tête et commença à écrire sans vraiment faire attention à ce qui se passait autours de lui*

Suzanne finit son show et descendit vers le bar, elle prit deux verres d'alcool avant de se diriger vers la table de Marc et de s'y asseoir sans gêne :
_ Je peux m'asseoir avec vous? *Elle n'attendit pas la réponse avant de s'asseoir avec un jolie sourire*

*Marc leva la tête vers la jolie blonde un peu déconcerter* euh..oui allez y !! * il rebaissa les yeux vers son calepin et écrit quelques phrases puis le referma*

Suzanne lui fit un grand sourire : Alors, que fais-tu ici, seul et sans profiter de la magnifique ambiance? *le regarde intensément, il l'intriguait*

*Il haussa les épaules* On m'a dit que je devais absolument venir voir cet endroit et voilà je suis là. * Marc pris une gorgée de sa bière* et je préfères être seul que mal accompagné

Suzanne sourit doucement à Marc, touillant d'un air distrait sa paille dans son verre : Et bien, je ne pensais pas que la réputation de Chez Jazzy pourrait être aussi grande. *Sourit encore plus* Mais bon, si vous êtes là, c'est que j'ai du m'être trompé, j'ai l'habitude de me tromper sur quelques trucs, mais généralement jamais sur les êtres humains, heureusement sinon, je ne sais pas comment serait la vie... *Parle beaucoup comme à son habitude, elle se reprit, un instant gêné, elle savait que ses actions pouvaient en gêner plus d'un* Enfin, je parle, je parle et j'espère ne pas vous déranger avec ça, mais je suis une vrai pipelette comme le dit mon meilleur ami, et je peux pas m'en empêcher. *Elle dit tout cela en gardant son sourire lumineux* Alors, dans quels catégories suis-je? Celle où tu préférerais être seule que me supporter ou celle supportable?

*Marc avait regardé sa bière tout le temps ou Suzanne avait parler. A vrai dire il se fichait pertinemment de ce que lui racontait la jeune femme, il n'arrivait pas à rester concentré sur son bavardage incompréhensible. Il hocha un peu la tête pour faire comme si il l'avait écouté* Oui oui...

Suzanne en resta interloqué, ne comprenant pas vraiment la réaction de Marc avant de regarder Marc et de faire un sourire un peu forcé : Apparemment, dans celle insupportable. *Soupire avant de se lever pour aller chercher d'autres boissons, elle prit la boisson la plus forte qu'elle pouvait trouver Chez Jazzy avant de retourner s'asseoir en silence à côté de Marc, pas parce qu'elle était vexé, même si elle l'était, mais bien parce qu'elle ne tenait pas à se faire mal voir, elle ne regardait plus Marc, ne sachant pas comment elle pourrait réagir.*

*Marc secoua doucement la tête* Non du tout c'est juste que je pensais que ce...cet endroit allait me donner inspiration pour écrire et que je suis incroyablement déçut car non. *Il bu à nouveau dans sa bière et la fini, il en recommanda de suite une autre*

Suzanne le regarda longuement dans les yeux avant de sourire : Peut-être n'est-ce tout simplement pas le bon jour pour écrire? Que diriez vous de profiter de l'ambiance, de mettre de côté cette déception et de tout simplement s'amuser? Je suis sûre que cette inspiration viendra quand ça sera l'heure, en attendant amusez-vous. *Sourire gentil et sincère, elle pensait tout ce qu'elle disait et même plus, elle n'aimait pas voir les gens malheureux, ça lui rappelait quelque chose dont elle ne voulait pas se souvenir en plus. Alors, elle avait décidé que cette nuit, Marc allait s'amuser et vivre tout simplement.* Vous savez danser? *a les yeux qui pétillent comme toujours quand elle parle de sa passion*

*Il fit non de la tête* oui enfin non je suis vraiment un très mauvais danseur et je ne préfères pas risquer de faire de mal à n'importe qui...*il baissa la tête en buvant à nouveau dans sa bière*

Suzanne tapa dans ses mains : Alors, ce n'est pas grave, je vais vous apprendre, comme ça, vous n'aurez plus ce problème dans le futur. *sourire malicieux, elle était sur qu'elle allait beaucoup aimé la suite des événements, elle ne savait pas trop comment traiter avec Marc, mais elle l'aimait bien, alors elle avait décidé qu'elle allait le faire sourire, elle était curieuse de voir à quoi ressemblait son sourire* On remonte la tête, on regarde les autres en face en parlant et surtout on a pas honte, c'est ma maxime, je vous la prête si vous voulez. *Malicieuse, rieuse et pétillante comme à son habitude*

*Marc leva les yeux vers elle, son regard était dur et tourmenté* Ce n'est pas la honte qui couvre mon visage mais la lassitude...la fatigue des évènements passés m'ont laissé une marque au fer rouge et les brûlures sont bien plus dur à guérir que les écorchures...*Il soupira doucement fini sa boisson* Bon...très bien, qui ne tente pas n'apprend pas...

Suzanne resta un instant surprise devant le début de la prise de parole de Marc, avant de se reprendre rapidement, esquissant un petit sourire : Eh bien, je ne peux pas vraiment vous donner de conseils la-dessus, si ce n'est de profiter de la vie, essayer de vous dépasser pour voir le bon côté des choses. *sourire un peu enfantin et malicieux* je vous y aiderez, promis. *Elle se leva ensuite avec joie et prit la main de Marc avec spontanéité* En attendant, allons danser, je suis sûre que vous n'êtes pas un aussi mauvais danseur que vous ne le prétendez, et au pire, j'ai tout mon temps pour vous apprendre à danser, et j'adore ça. *Le retour de son petit sourire rieur et plein de joie de vivre.*

* Marc sourit un peu en secoua la tête* je n'ai pas dansé depuis...longtemps et faite quand même attention à vos pieds très chère !! * Il plaça sa main dans le creux des reins de la blondinette et lui pris l'autre main* c'est bien comme ça ?

Suzanne eu un petit rire : Faire attention, faire attention, je ne le ferais pas, disons que j'aime vivre dans le danger. *garda un sourire rayonnant aux lèvres* Oui, c'est comme ça, mon cher gentilhomme. *elle plaça sa main sur l'épaule de Marc et le guida doucement, commençant à danser avec lui* Vous verrez, ce n'est pas si dur. *amusée et taquine, elle était sur qu'elle allait finalement passé une très bonne soirée.*

*Le jeune homme leva doucement les yeux au ciel et dansa avec la jeune femme. En faite Marc était vraiment un bon danseur mais il n'aimait absolument pas danser, il trouvait cela futile, et chiant à mourir. L'écrivain de trois sous, hocha la tête* oui oui...

Suzanne sourit, ravie de la découverte des talents de danseur de son cavalier : Vous dansez très bien, vous m'avez caché ce talent mon cher gentilhomme. *sourit malicieusement, mais toujours aussi heureuse de pouvoir danser* Est-ce que vous n'aimez pas... danser? *a du mal à l'imaginer, elle ne pouvait pas vivre sans la danse, alors elle avait du mal à imaginer que des personnes pouvaient ne pas aimer danser.*

*Il grimaça un peu* Oui a vrai dire c'est cela....je n'aime pas la danse c'est frivole et inutile...*dit-elle en soupirant un peu*

Suzanne eu une expression incrédule : Vous pensez vraiment cela de la danse? Mais la danse, c'est la meilleure des choses au monde, avec la musique. *prend une expression déterminé* J'arriverai à vous faire aimer la danse.

*Marc sourit un peu* Oh vous pouvez toujours essayer ce sera sans succès je vous l'assure !! *dit-il tout en dansant*

Suzanne lui fit un grand sourire chaleureux et pétillant de joie de vivre : Rien ne vaut d'essayer, et puis, on dit souvent que je suis capable de miracle, je ne pense pas que vous faire aimer la danse aille jusqu'au miracle, donc je suis sûre de réussir. *sourire taquin et surtout joyeux*

*Il fit non de la tête et s'arrêta de danser quand la musique pris fin* malheureusement pour vous aucun miracle ne se produira sur moi.

Suzanne lui fit un grand sourire malicieux : Peut-être pas ce soir, mais je sais que j'arriverai à faire en sorte qu'il arrive, et je ne considère pas cela comme un miracle *embrasse doucement sa joue* En tout cas, merci d'avoir été mon cavalier pour cette danse, et un très bon cavalier je dois dire. *le regarde avec gentillesse et un grand sourire aux lèvres.*

*Marc sourit à demi* et bien le plaisir était pour moi plutôt je penses...merci beaucoup de cette danse peut-être à une prochaine fois...*dit-elle en retournant vers sa table et son verre.*

Suzanne le regarda partir mais le suivit après quelques instants : Tenez, buvez à ma santé, je ne finirai pas ce verre *sourire malicieux* J'espère vous revoir à bientôt alors. *prends les affaires qu'elle avait laissé sur la table et part reprendre son travail avec un grand sourire*

[Fin du rp Suzanne :)]

*Marc sourit doucement* et bien merci...*il fini son verre complètement absorbé par ses pensées et partit une heure plus tard*

[fin du Rp Marc ]


(c) Ségo Soyana

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les archives de RP   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les archives de RP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noblesse du Poitou (Archives)
» Peines Alternatives : Procédures et déroulement (Archives)
» [archives] Scénario I : L'oiseau de feu
» Archives judiciaires
» Archives Plume Sagace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyage dans le temps RPG :: Les années folles (1920) :: Montmartre-
Sauter vers: