Voyage dans le temps RPG
Le temps est une invention de l'Homme, vous savez. Alors autant jouer avec puisque la vie n'a aucun sens... Mais plusieurs. Tenez, des centaines de personnes disparaissent chaque année sans donner d'explications. ça donne la chair de poule, non? Paris est une grande ville. Elle a des projets pour certains de ses habitants. Vous ne me croyez pas? A votre guise... Mais croyez vous vraiment que ce soit le hasard qui vous ait conduit jusqu'ici?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]   Mar 11 Juin - 14:02



Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel

Voici le début du RP en cours entre Nathan et Cora du temps où le RPG était encore sur skyrock.  Merci de le continuer ici.
Légende couleurs: Amélie (Coralie et Margot) en noir et Tess en bleu (Nathan)

*Cora était allongée dans une ruelle près de la gare d'Orléans avec son équipement d'équitation. Elle ouvrit peu à peu les yeux, la tête lui tournait encore.* Mais qu'est-ce que je fais là... *elle se redressa doucement et regarda autour d'elle. Peu à peu, sa mémoire lui revint* Ah oui, j'ai dû tomber de mon cheval... Et Charline ? Il faut que je rentre au château immédiatement, tout le monde doit être à ma recherche à l'heure qu'il est. Se serait vraiment mal vu que la femme de Monsieur traîne toute seule dehors. *Même après un grand choc, elle gardait le sens des priorités. Elle était avant tout la femme de frère du Roi avant d'être un être humain et même une mère. Elle se releva toujours avec précaution pour ne pas s'évanouir encore une fois. Elle regarda autour d'elle après son cheval.* Il a dû s'enfuir ce sale traître. *Ce que Cora ne supportait pas c'est qu'on ne l'obéisse pas, surtout quand il s'agissait d'être inférieur comme son cheval ou ses domestiques. Cora marcha alors un peu désorienté pour retrouver son chemin. Mais rien autour d'elle lui rappelait quelque chose, de plus, plus elle avançait plus elle trouvait cette rue étrange. Bientôt elle vit plus de monde habillé d'une drôle de façon avec d'étrange objet accroché à leur oreille dans lesquels ils parlaient. Cora se demanda si elle délirait. Elle vit un jeune garçon tout seul qui avait l'air d'attendre, elle hésita un moment puisse décida à lui demander de l'aide. De toute façon elle n'avait plus le choix.* Veuillez m'excusez mon garçon, savez-vous comment pourrais-je rejoindre le château de Monsieur ? *elle essaya de paraître le plus naturelle possible, il valait mieux qu'elle ne se fasse pas remarquer pour ne pas qu'on pense que la femme de Monsieur a fuguer.*

Nous étions en fin d'après midi et Nathan venait de finir son service au café rue Rivoli. Aujourd'hui commençait son week end de congés où il pourrait zoner et squatter les bars pour jouer de la guitare et qui sait peut être se faire repérer par un agent? Paris était la ville de tous les contacts et Nathan se faisait vite remarquer. Une grande silhouette filiforme dans des vêtements décolorés grunge et de beaux yeux bridés gris, digne d'un héros de drama coréen. Il avait pris le bus pour rentrer chez lui histoire de se faire réchauffer une part de pizza douteuse qui était dans le frigo depuis un certain temps. Ni lui ni ses colocataires n'avaient pris le temps de faire les courses... Ils étaient l'opposé de fées du logis. Quand il repensa à l'état de leur petit studio il secoua la tête d'un air exaspéré, jamais il n'oserait ramener une de ses conquêtes d'un soir dans une telle porcherie. Il avait beau être fauché, Nathan avait sa dignité et voulait faire honneur à sa réputation d'homme qui traitait toutes les femmes comme des reines. Du moins pour un temps.
Il agrippa la rampe près du chauffeur et descendit du bus d'un bond, sautant par dessus la marche et attérissant sur le trottoir. Le temps de décider s'il rentrait directement chez lui ou s'il avait le temps de flâner dans le magasin de vinyle du quartier, il s'était adossé à un mur, les mains dans les poches d'un air rêveur. Il repéra de loin une blonde dans une tenue assez atypique pour le centre ville. Il la suivit du regard, un sourire au coin des lèvres en voyant son air perdu. Il fit mine de ne pas l'avoir remarqué quand elle avança vers lui, tournant la tête très rapidement comme s'il attendait quelqu'un.
"Veuillez m'excusez mon garçon, savez-vous comment pourrais-je rejoindre le château de Monsieur ? "
Nathan tourna lentement la tête vers Cora et fit un sourire amusé. La question de la dame flotta quelques secondes dans l'air, Nathan ne répondit pas tout de suite, il attendait que son interlocutrice donne un nom après "Monsieur"... Mais elle n'en fit rien. Il se redressa un peu et lui répondit: " Monsieur qui, il n'a pas de nom de famille? Vous savez j'ai beau l'air sympathique je ne fais pas office de GPS pour autant. *Il esquissa à nouveau un sourire et l'inspecta des pieds à la tête l'air intrigué et plaisanta* Vous devez être tombée de votre monture pour vous présenter dans une tenue pareille milady? *Il croisa les bras affichant toujours son sourire carnassier puis fut désarçonné par la réaction de Cora. Elle hochait la tête légèrement confuse. Comment se faisait il qu'elle n'ait pas compris la blague? Elle semblait sortir tout droit d'un.... Il pointa son index sur Cora* Ah je sais! C'est une caméra cachée ou un truc du genre? Vous êtes peut être actrice et vous vous entrainer pour un film historique? J'ai déjà vu une télé réalité déguiser leurs candidats et leurs donner des défis aussi... *Il était en plein monologue puis se rendit compte que la belle blonde restait impassible Avait elle pâlit à l'instant?* Ah excusez moi je pars dans mon trip *Il passa sa main baguée d'anneaux rock en tout genre* Vous voulez peut être passer un appel pour prévenir vos amis que votre défi n'a pas marché? *Il fouilla ses poches et fit une moue* Évidemment j'ai oublié mon portable je sais pas où... Vous pouvez venir chez moi, j'ai un fixe. J'habite tout près. *Il pencha sa tête sur le côté ne comprenant pas pourquoi elle ne bougeait pas* Vous ne voulez pas prévenir quelqu'un pour qu'il vienne vous chercher? *Il regarda l'heure à sa montre et avant que Cora n'ait le temps de trop lui répondre, il lui pris la main et se mit à courir* Si on arrive d'ici cinq minutes on devrait pas louper les gérards de la télévision!


*Cora examina de plus près son interlocuteur. Mais où avait-elle bien pu arriver. La mode des passants était bien différente de celle de la cour. Et les rues... Soudain un bruit effrayant se fut entendre "viouuuuuuu". Et un tas de féraille sur deux roues roula à toute vitesse dans la rue. Cora poussa un petit crie effrayée. Elle qui n'avait pas beaucoup voyagé dans sa vie, elle se dit que le monde était vraiment pleins de surprises loin de se douter qu'elle avait attérit 4 siècles plus tard. Elle attendit une réponse de son interlocuteur qui semblait attendre quelque chose de sa part. Cora ne comprenait pas ce que lui demandait son interlocuteur. Un GPS ? Que diable était-ce ?*
Nathan : Vous devez être tombée de votre monture pour vous présenter dans une tenue pareille milady?
*Cora fut soulagé qu'il comprenne enfin dans quel embarras elle se trouvait. Elle hocha la tête bien qu'un peu confuse* Voilà pourquoi il faut impérativement que je rentre chez m... Chez mon maître *mentit-elle pour ne pas se faire reconnaître. Après tout jouer les domestiques ne devait pas bien être très compliqué, essaya-t-elle de se convaincre mettant sa fierté de côté pour le bien de la réputation de Monsieur. Son interlocuteur semblait se moquer d'elle ce qu'elle n'aimait guerre. Caméra caché ? Film ? Télé-réalité ? Une fois rentrée au château, elle le fera arrêter pour s'être amusé de la femme de Monsieur. Arf si seulement elle pouvait lui dire qui elle était pour le remettre bien à sa place. Et cette tenue ridicule, comment pouvait-il se présenter ainsi devant Madame. Sans parler de ces drôles d'anneaux sur ses doigts. Elle ne comprenait pas un mot de ce qu'il lui disait. Un portable ? Un fixe ? Tout ce qu'elle voulait c'était rentrer chez elle. Mais avant qu'elle ne puisse dire quelque chose il l'emmena en courant jusqu'à son appartement.
Cora, le souffle coupé, était indignée qu'on la traîte de cette façon. Elle n'avait jamais été autant secouée. Elle entra dans l'appartement le temps de reprendre son souffle* Mais enfin ça suffit ! Je ne suis pas une de ces paysannes que l'on peut traîter de cette manière. Je suis la femme de Monsieur voyons, ayez un peu plus de manière voulez-vous ? *Voyant que Nathan ne réagissait pas comme elle se l'attendait elle reprit* Vous m'avez entendu ? Monsieur, le frère de votre Roi, ça ne vous dit rien peut-être ? *elle était excédée. Elle pensa alors à sa petite Charline seule dans les bois avec cette espèce de gigolo... En y réfléchissant bien, c'était bel et bien la dernière personne qu'elle avait vu ce Oscar. Peut-être était-il assez espiègle pour lui jouer un tour pareille.* Ah j'ai compris. C'est ce Mignon de pacotille, Oscar qui a organiser toute cette mascarade n'est-il pas ? *S'en était trop. Cette mauvaise blague terminée, elle exigera la démission d'Oscar, elle n'avait que faire de ses bétises. Quitte à tenir tête à Monsieur.*

Nathan avait précédé Cora de quelques pas pour ouvrir la porte de son studio. Visiblement aucun de ses colocataires n'était encore rentré, ce qui était bon signe pour Nathan. Au moins personne ne mettra mal à l'aise son invitée de fortune. Il s'était raidi en constatant que la pile de vêtements sales et autres canettes de bières avait doublé depuis ce matin: "Mais c'est pas vrai... " souffla t il d'un air agacé tandis que Cora reprenait son souffle, le rouge aux joues. Il s'était tourné rapidement vers elle, l'index tendu en l'air pour lui faire signe d'attendre un instant: " Si vous voulez bien m'excuser... *Ainsi Nathan s'élança à toute vitesse, courbé les mains en avant, faisant rouler la pile de détritus et de linge sale dans la chambre la plus proche. Il ressortit de la pièce légèrement fatigué et referma la porte de la chambre. Il avait fait un joli sourire à Cora espérant qu'elle ne soit pas trop mortifiée devant l'état de l'appart. A peine avait il montré du doigt le fixe et allumé la télé de son autre main que la belle péta un câble.
"Mais enfin ça suffit ! Je ne suis pas une de ces paysannes que l'on peut traîter de cette manière. Je suis la femme de Monsieur voyons, ayez un peu plus de manière voulez-vous ? *Nathan écarquilla les yeux, ne sachant que répondre. "Elle prend vraiment son métier à cœur celle là..." pensa t il*
_ Okay... Vous n'avez plus de public ici vous pouvez arrêter votre cinéma vous savez?
Cora prit un air encore plus indigné: _ Vous m'avez entendu ? Monsieur, le frère de votre Roi, ça ne vous dit rien peut-être ? *Nathan plissa les yeux, s’apprêtant à répondre mais Cora ne lui en laissa pas le temps, sa voix furieuse couvrait le bruit de la télé qui était allumée depuis quelques minutes. Elle ne semblait pas avoir remarqué ce détail.* Ah j'ai compris. C'est ce Mignon de pacotille, Oscar qui a organiser toute cette mascarade n'est-il pas ?
Un blanc suivi la tirade théâtrale de Cora. Nathan finit par pouffer de rire, mettant sa main devant sa bouche pour retenir ses soubresauts de plus en plus importants: "Madame, je n'appartiens et n'appartiendrai jamais à aucun roi. *Il sourit à nouveau, reprenant son souffle et essuyant une larme de rire du revers de la main. Nathan pencha la tête légèrement et s'approcha de Cora* Si vous ne savez même pas que le dernier roi en date a été guillotiné il y a bien des siècles c'est que vous devez avoir été moins à l'école que moi... Et j'avoue que c'est un exploit. *Il ne releva pas le nom d'Oscar, ça ne lui disait absolument rien et il ne voulait pas plus l'encourager dans son délire. Il soupira d'un air doux, jetant un coup d'oeil à la télévision.* Voilà que je ramène des cinglées chez moi maintenant... Je suis trop gentil. "
L'écran plasma affichait en grand "les gérards de la télévision 2012", les présentateurs enchainaient des sketchs puis l'un d'entre eux entama son discours d'ouverture: "En cette année 2012..."
Nathan remarqua que Cora semblait défaillir. Il la rattrapa avant qu'elle ne bascule en arrière: Vous allez bien?"


*Cora qui trouvait la situation de plus en plus absurde et sans aucun sens, pensa alors qu'elle devait être entrain de rêver. Oui, une femme se doit de penser de façon raisonnable et sensée. Et la seule explication sensée était qu'elle rêvait. Enfin, c'était plus un cauchemar qu'un rêve. Elle qui avait toujours suivit l'étiquette à la règle et avait toujours penser de façon rationnel, se trouvait bien mal à l'aise de rêver de façon aussi extravagante. Surtout qu'il y avait la présence d'un jeune homme, habillé de façon très étrange certes, mais plutôt séduisant. Elle se dit alors que ce devait être cliché de rêver de jeune homme et d'évasion en tant qu'épouse délaissé de la noblesse. Mais elle sentait tout de même coupable de penser cela et dès qu'elle se réveillera, elle irait se repentir dans la chapelle privée du château et ensuite se conduire de manière admirable auprès de Monsieur malgré le mépris qu'elle pouvait éprouver au sujet de son Mignon. Il fallait qu'elle sauve les apparences. Elle sortit de ses pensées pour observer plus précisément la scène, ou devrais-je dire son rêve. C'est vrai que la situation n'avait ni queue ni tête, que son interlocuteur employait des mots comme "cinéma" qui n'avait aucun sens mais néanmoins, le cadre avait l'air bien réel. Elle pouvait sentir l'odeur de cette cabane de paysan qui sentait le renfermé et la transpiration. Elle pouvait toucher le canapé en sentant chaque détail très précisément, la texture même du cuire lui était étrangère. Et elle entendait avec précision le brouhaha en fond sonore d'une espèce de machine futuriste qui arrivait à reproduire des images et un son simultanément dans une grande boîte ainsi que le rire sans réserve de Nathan dont elle ne comprit pas un mot.* Vous n'avez pas de Roi ? Bah voyons ! Ce manque de respect vous apporterait beaucoup d'ennuie dans la vraie vie. Je ne savais pas que mon "moi" intérieur était aussi rebelle vis-à-vis de la hiérarchie. Ce n'est pourtant pas mon genre. Surtout allez jusqu'à le faire guillotiner, c'est tout de même assez grotesque. *Cora parlait surtout à elle-même, puisqu'elle était persuader que c'était un rêve mais elle fut quand même offusquée qu'on la traite de cinglé. Elle se consola en sachant qu'à son réveille, tout ceci aura été oublié. D'ailleurs elle n'avait pas envie de rester une seconde de plus dans ce rêve des plus grotesque et tenta de se pincer la peau pour se réveiller* Aïe ! *elle sentait la douleur comme dans la vraie vie.* Mais enfin, ça n'a pas de sens... *elle regarda autour d'elle et s'arrêta sur la boîte noir où émanait un son et des images : "les gérards de la télévision 2012". Elle s'approcha plus près et tendit l'oreille* "En cette année 2012..." *Cora se sentit soudain mal à l'aise, elle n'arrivait plus à respirer et se sentit tomber. Lorsque Nathan la rattrapa, elle s'efforça de reprendre ses esprits. D'une voix faible elle interrogea* On est en... 2012 ? Mais où suis-je exactement ? *beaucoup trop de questions se mélangeait dans son esprit. Et pourquoi ne se réveillait-elle pas*

Nathan avait rattrapé Cora par la taille. Son regard plongé dans le sien, il gardait une attitude détendue et naturelle comme si prendre les femmes dans ses bras était une seconde nature pour lui. Il esquissa un sourire, la folie l'avait toujours bizarrement attiré. Il se disait qu'au moins les fous avaient une vie intérieure palpitante et leurs discours, bien qu'incohérent avaient le don de fasciner les foules. Après tout qui nous disait que ce n'était pas eux les gens sains d'esprit dans ce monde de dégénérés? Nathan avait trop connu de peines et de souffrance pour être coincé dans un carcan de pensées bien propres et lisses comme ses contemporains. Il aimait les artistes, les orignaux et se plaisait à regarder Cora délirer. Il lui répondit donc, le visage penché au dessus du sien: " Nous sommes dans le Paris du 21eme siècle, mais ne vous en faîtes pas ça choque même ceux qui le savent depuis longtemps. Les machines terrestres et volantes qui ont remplacé les chevaux, les gens qui se shootent au nucléaire et qui achètent des produits bios pour se donner bonne conscience, on a marché sur la lune, les guerres, les supermarchés remplis de choix, Meetic,... *Il pouffa, s'attardant un peu sur les hanches de la demoiselle avant de la redresser et d'enlever ses mains. Il resta près d'elle, mieux valait rester aux aguets si un autre vertige lui prenait. Il remarqua qu'elle était plus petite que lui d'au moins une tête et demi, mais ses yeux d'un bleu profond lançaient un regard hautain qui vous remettait à sa place le plus arrogant des hommes. Malgré la situation très désavantageuse pour Cora qui donnait pour image qu'elle était complètement folle, elle gardait une certaine contenance. Ce petit brin de femme dégageait vraiment quelque chose de noble et de classe. ça changeait Nathan de ses habituelles fréquentations qui mélangeaient groupies de guitaristes, femmes sans aucune estime de soi et droguées du quartier latin. Il porta sa main pleine d'anneaux argentés à sa tempe dans un geste théâtral de lassitude:
"Vous croyez sincèrement venir d'un siècle où il y avait un roi? Quelle année exactement?" Demanda t il intrigué. " C'est un drôle de choix que de devenir voyageuse dans le temprs mais pourquoi pas... Il y a bien eu doctor who. *Il se pencha en avant et sorti un ordinateur portable noir de sous un coussin du canapé. Le dessus était recouvert de poussière comme chaque jour, Nathan souffla un bon coup pour le nettoyer. ll n'était qu'en veille et se ralluma dès que Nathan pressa la barre d'espace plusieurs fois de suite d'un geste nerveux et impatient. "Nous allons voir si c'est vrai..." Dis il avait un air malicieux en s'asseyant dans un coin du divan, positionnant l'ordinateur sur ses genoux. Il avait bien envie de tester jusqu'où allait le délire de Cora. "Si vous me dîtes précieusement qui vous êtes, des détails sur votre vie et votre siècle et que tout cela s'avère exact d'après les archives (vive wikipédia), je vous croirais... D'accord? *Il releva les yeux de son écran, il avait atteint la page de son moteur de recherche* Alors quelle reine vous êtes au juste? *Demanda t il sans faire de grande distinction entre Monsieur et le roi de France. Il n'avait pigé que le strict minimum, l'histoire n'avait jamais été son fort.*


*Cora reprit peu à peu ses esprits essayant de suivre les explications de Nathan sans réellement comprendre de quoi il parlait. Elle le fixa plus en détails laissant tomber son essaie à comprendre le moindre mot de ce qu'il racontait. Il avait l'air de savoir parler au femme ce qu'elle appréciait malgré le fait qu'il ait si peu de manière et qu'il soit si sûr de lui. De plus, ses mains étaient beaucoup plus délicate et son touché plus tendre que celui de Monsieur. Ce qui n'était pas très difficile, s'avoua la jeune femme. Néanmoins, elle ne devait pas se laisser aller tant que ce mystère de "saut dans le temps" n'était pas résolut. Rien que d'admettre qu'il y avait un possible changement d'époque donna à Cora cette impression d'être effectivement cinglé, comme l'avait préconisé son interlocuteur dont elle ignora toujours le prénom d'ailleurs. Coralie le regarda prendre un objet noir avec un carrée lumineux au milieu comme sur la boîte noir qui était toujours en animation. Cora commença d'ailleurs à avoir vraiment mal à la tête et s'autorisa sans demander la permission de s'asseoir sur le canapé. De toute façon, tout ceci était déjà insensé, donc une petite enfreinte à l'étiquette n'était pas la mer à boire. D'ailleurs, elle l'avait déjà enfreinte cette étiquette en parlant avec un total inconnu sans avoir été présenté. Mais les circonstances étaient telles qu'elle n'avait pas le choix, elle était perdu. Essaya-t-elle de se réconforter. Elle regarda faire Nathan et fut légèrement offusquée qu'il ne la croit toujours pas* C'est plutôt moi qui est du mal à croire tout ce cirque. *se renfrogna-t-elle. Mais elle comprit bien assez vite que c'était sa seule chance de comprendre plus la situation et de prouver qu'elle n'était pas folle, à elle-même et à Nathan. Elle pouffa légèrement en entendant Nathan parler d'ellle en tant que Reine* Une... Reine ? Quelle drôle d'idée. On est en 1690 et j'étais fille du Duc de Germanie, j'étais connue sous le nom de Coralie Du Chatelet... *elle observa en même temps qu'elle parlait avec son petit accent allemand, la réaction de Nathan. C'était bien la première fois qu'elle parlait d'elle de cette façon. D'habitude quand on lui posait des questions sur elle, elle répondait toujours en fonction de Monsieur mais jamais vraiment d'elle ni même de son passé. Elle continua* Ma main fut offerte lors de mes 16 ans au frère du Roi en gage de conciliation franco-allemande. *elle se sentit soudain mal à l'aise. Que devait-elle dire maintenant, qu'elle a toujours vécu dans l'intention d'accomplir son devoir ? Et après ? Qu'elle avait une vie belle et épanouie. Qu'elle aimait son mari et la France. Ce pays qui a fait d'elle une femme obéissante subissant jour après jour la honte d'être marié à un mari qui ne la regarde même pas et ne la touche que pour lui faire faire un héritier. Elle se leva sentant la chaleur lui monter aux joues* J'ai besoins d'air... *elle qui pourtant savait retenir sa respiration pendant des heures durant pendant les bals avec son corset qui lui serrait toujours beaucoup trop la poitrine. Mais là ça ne venait pas du corset, vu sa tenue peu appropriée d'ailleurs. Et si finalement toute cette histoire de 21ème siècle était réel ? Alors aurait-elle la chance d'avoir une vie plus heureuse ? Cora ferma les yeux quelques secondes, essayant de se reprendre. "Mais qu'est-ce que tu racontes Cora... Tu es Madame. Ton pays est la France désormais. Et tout ceci n'est qu'un rêve, un stupide rêve. Et d'un moment ou un autre, tu retrouveras ta vie et tu l'aimeras telle qu'elle est, parce que c'est ton devoir". Cora était sortit de l'appartement sans s'en rendre compte et était désormais dans la rue devant l'appartement de Nathan. Elle regarda autour d'elle avança en pleins milieux de la route sans se douter que les routes étaient dangereuses en 2012, il qu'il y avait beaucoup de voiture roulant à des vitesses qu'on ne pouvait même pas imaginer atteindre en 1690...*

Nathan affichait une expression espiègle tout en tapant les informations que lui donnait la jeune femme. Il ne s'était pas rendu compte qu'elle avait subitement arrêté de parler, son esprit étant occupé par sa lecture. Les yeux du jeune coréen allaient de gauche à droite rapidement, découvrant avec étonnement que tout ce que lui disait Cora s'avérait être exact. Il chuchotait sans s'en rendre compte les mots clés de l'article wikipédia entre ses dents: " Princesse Palatine... Monsieur... Homosexuel. *Une pensée courte lui traversa l'esprit à propos de ce détail mais il n'en dit mot à haute voix. Après tout et si c'était vrai? Qu'elle soit la réincarnation de Coralie du Chatelet ou une barjot qui ait pris soin de bien se documenter, ce n'était pas très délicat de souligner les préférences sexuelles du présumé mari.* Alliance ...* Nathan resta quelques minutes pensif devant son écran d'ordinateur, faisant défiler la longue page riche de détails sur l'année 1690, sa main de libre se tenant le menton d'un air dubitatif. Il finit par tourner la tête à sa droite où se trouvait Cora il y a quelques minutes à peine* Bon vous devez avoir un ordinateur chez vous, ce n'est pas extraordinaire mais je vous tire mon chapeau pour avoir tout appris par co... *Le coussin était vide, Nathan se redressa et tourna rapidement la tête pour sonder l'appartement. Aucune trace de la belle.* Mais où est elle passée? *Il s'éclaircit la gorge pour essayer d'avoir le ton le plus neutre et le moins impoli possible pour poser la question indélicate suivante:* Vous êtes aux toilettes? *Pas de réponse* Cora... *Son regard se porta en désespoir de cause à nouveau sur le site encyclopédique qui s'était arrêté sur un portrait d'époque de Madame. Les sourcils du jeune homme se froncèrent et il fit un zoom sur l'image jpg.
On entendit des coups de klaxon répétés en bas. Dans la minute qui suivit, Nathan dévalait déjà les escaliers à la poursuite de la princesse palatine. Il avait tout laissé comme ça, son ordinateur abandonné sur la table basse, la porte ouverte et la télé en marche. Il poussa violemment la porte d'entrée en ferraille noire de son vieil immeuble parisien, de nombreuses questions se bousculant dans sa tête en un flot ininterrompu. Tout ce qui importait pour lui en ce moment c'était de la retrouver. Qu'est ce qu'il pourrait lui arriver s'il ne la protégeait pas? C'est vrai... C'était stupide de penser ça alors qu'ils ne se connaissaient même pas bien. Tout au plus s'étaient ils parlés trente minutes. Mais Nathan avait l'habitude de côtoyer des gens perdus et loin d'être épanouis. Ces ratés délaissés par tout le monde y compris leur famille, ces gens malheureux forcés de travailler tous les jours dans un milieu qui leur faisait horreur,...il les repérait à cent mètres à la ronde. Et ce qu'il savait depuis le temps c'était que ce genre de personne pouvait faire n'importe quoi, même mettre leur vie en danger. Après tout si Cora ou quelque soit son vrai nom, avait fait l'effort d'apprendre comme il fallait sa leçon d'histoire, c'est qu'elle devait ressentir un besoin dévorant d'être remarquée. C'était compréhensible, qui ne le veut pas? "Entre paumés on se soutient", c'était ce qu'avait l'habitude de répéter Nathan à ses amis. Alors il veillerait sur Cora au moins jusqu'au dîner, voilà ce qu'il s'était promis sur un coup de tête. La recherche ne fut pas longue puisque l'origine des klaxons se trouvait tout près. Une voiture s'était arrêtée en plein virage, le conducteur était sorti et constatait d'un air mécontent que son feu avant avait heurté les poubelles. Nathan courra jusqu'à lui pour lui demander ce qui s'était passé.
" J'étais tranquillement sorti du boulot quand une blondinette sort de nulle part et traverse sans même me regarder. J'ai freiner et mes pneus se sont coincés. Une chance que ces poubelles aient été là pour me stopper. Le pire c'est qu'elle s'est contentée de faire de grands yeux comme si elle pigeait rien et elle s'est enfuie en courant." Le petit homme fit un geste de la main dans la direction où Cora était partie, Nathan ne demanda pas son reste et partit tout aussi rapidement, laissant le conducteur râler.
"Mais qu'est ce qu'ils ont tous aujourd'hui?"
Nathan retrouva enfin Coralie, elle semblait paniquée et regardait de tous côtés sans savoir où aller. Le pire c'est qu'elle s'était stoppée en plein rond point, une voiture fonçant vers elle, suivie de plusieurs taxis tout aussi pressés. Nathan se mit à courir le plus rapidement possible et cria. Cela alerta la femme du 17eme siècle qui se tourna vers lui mais il était trop tard. Nathan s'était élancé vers elle et avait réussi à la pousser avec lui sur le bas côté de justesse. Ils heurtèrent durement le bitume, un crissement de pneus se faisait entendre tout près. La première voiture s'était arrêtée pour voir s'il y avait un mort, créant un petit carambolage. Nathan plissa les yeux et distingua difficilement ce qui se trouvait devant lui. Les longs cheveux de Cora qui s'étaient dénoués prenaient toute la place. L'arcade sourcilière de Nathan s'était ouverte, mais mis à part cette blessure sanguinolente, il semblait s'en être sorti sans plaie plus grave que des hématomes. Cora, qui avait attéri sur Nathan semblait en meilleur état vu que le jeune homme avait servi de matelas.
Le chauffeur paniqué se pencha vers eux: "VOUS ALLEZ BIEN DITES? VOUS M ENTENDEZ? J'ai appelé une ambulance!"


*Des bruits de klaxons, de pneu et de moteur résonnait dans la tête de Cora prise d'une crise de panique qu'elle n'avait jamais eu auparavant. La vision de la voiture arrivant droit sur elle la fit courir sans savoir vraiment où elle allait et ce qu'il se passait autour d'elle. Il y avait beaucoup trop de bruits inconnus. Elle était complètement désorienté lorsque Nathan l'attrapa avant qu'un de ces gros engins lui foncent droit devant. Elle se retrouva en un centième de seconde dans une position des plus gênante. Elle resta un moment sur lui paralisée. Son esprit pensait à vive allure. Elle murmura* Et si ce n'était pas un rêve.. *Un homme vint leur demander s'il y avait des blessés ce qui fit prendre conscience à Cora qu'elle devait écraser ce pauvre garçon. Elle roula sur le côté et se redressa du bitume mais elle remarqua sur ses mains du sang. Ne sachant d'où il provenait, elle poussa un petit crie* Oh mon dieu ! *elle regardait ses mains tremblante. Puis tourna la tête vers Nathan qui avait l'arcade sourcillière ouverte* Oh non ! Mais vous saignez ! *elle ignora totalement l'autre homme avec son ambulance, encore quelque chose lumineux et noir ? Se dit-elle.* Il faut stopper le saignement ! *elle se releva doucement de peur d'avoir un vertige et alla près d'un arbre non loin. Elle ramassa un branche qui était par terre et grimpa dans l'arbre. A l'aide du bâton elle prit une toile d'araignée accrochée à l'arbre. Elle redescendit avec grâce et revint vers Nathan. Elle se mit à genou près de lui* Tenez, ceci va stopper l'hémoragie. *Nathan fit la grimace en voyant la vieille toile d'araignée* Enfin, ne faites pas l'enfant, ce n'est qu'une toile d'araignée. Vous avez de la chance qu'il y en avait une dans le coins. *elle avait l'impression de déjà-vu. En effet, sa fille Charline avait été blessée une fois en jouant trop imprudemment dans le château. Elle s'était blessée au genou et avait beaucoup pleuré. Cora avait vite trouvé une toile d'araignée dans ce grand château - elle avait d'ailleurs disputé ses domestiques que se soit aussi sale - mais la petite avait peur des araignées et refusait qu'on la touche avec la toile. Cora l'avait bien disputé elle aussi lui rappelant qu'au moins la prochaine fois elle cesserait de jouer aussi imprudemment et qu'elle se tiendrait avec plus de retenue comme une vraie dame digne de son rang. C'est vrai que Cora était dur avec sa fille mais c'était une façon de lui montrer qu'elle tenait à elle. La petite avait fini par céder. De toute façon que pouvait-elle faire contre l'autorité de sa mère à part appeler son père au secours.
Cora appliqua donc la toile d'araignée sur la plaie de Nathan avec douceur* Voilà, le saignement s'est arrêtée. *l'homme qui regardait faire avec admiration fut impressionné quand le sang se stoppa à la seconde où la toile fut posée. Cora aimait être admiré et elle souria à l'homme* Cette technique vient de l'antiquité romaine, c'est pas tout jeune ! *elle ria pour la première fois depuis son arrivée en 2012. Elle pensa qu'à l'époque où elle était, l'antiquité était encore plus vieille que pour elle. Elle regarda Nathan avec douceur* Merci de m'avoir sauvé ma vie. *elle l'aida à se redresser* Comment allez-vous ? *mais son visage qui s'était pourtant adoucis se tendit lorsqu'elle entendit les sirènes de l'ambulance qui arriva sur les lieux de l'accident* Qu'est-ce que c'est ?

La vision trouble de Nathan se rétablit en quelques minutes. La chevelure d'or de Cora avait disparue et elle agitait à présent devant lui une vieille toile d'araignée. Il fronça le nez dans une expression de dégout: " Je peux savoir ce que vous allez faire avec ça? C'est pas vraiment le moment de faire le ménage, sans vouloir vous vexer. *Il essaya de se relever pour s'éloigner du bâton plein de poussière que lui tendait la princesse, sans succès. Sa tentative de mouvement le fit grimacer et il reposa doucement sa tête contre le bitume chaud et inconfortable. Cora semblait vouloir lui appliquer la toile d'araignée sur sa blessure. Il soupira et échangea un regard convenu avec le conducteur affolé qui se demandait tout comme lui si elle avait définitivement perdu la raison avec cet accident.
"Enfin, ne faites pas l'enfant, ce n'est qu'une toile d'araignée. Vous avez de la chance qu'il y en avait une dans le coin." Elle avait réprimandé gentimment Nathan comme une mère le ferait à un gosse capricieux. Cela fit un drôle d'effet à Nathan vu qu'il n'avait pratiquement pas connu sa mère, cela faisait longtemps que quelqu'un ne lui avait pas jeté un regard aussi bienveillant. Il se laissa donc faire en fermant son oeil pour qu'elle lui applique ce drôle de remède. Ce fut moins désagréable que ce qu'il eut cru, comme si on lui appliquait une sorte de coton fin sur sa plaie. Il se dit que cela devait être une autre lubie de sa nouvelle amie déjantée et que de toute façon l'ambulance arriverait bientôt et recouserait sa plaie pour qu'il retrouve sa belle gueule. C'était loin d'être la première fois qu'il s'ouvrait l'arcade sourcilière et ce ne serait sûrement pas la dernière. En effet, Nathan avait le don de se fourrer dans les pires situations possibles et se battait très régulièrement, ce qui expliquait que sa plaie se soit ouverte aussi facilement. D'ailleurs il ressentait bien que sa chute n'avait pas arrangé les bleus qu'il avait aux jambes. Les gouttes de sang qui perlaient sur son sourcil droit cessèrent de le chatouiller. Il écarquilla les yeux face à la mine satisfaite de Coralie. Le conducteur s'écria non sans surprise: "Mais ça marche! Vous ne saignez plus! Je suis soulagé... *Il vint l'aider à sa relever ainsi que Cora, la tête de Nathan ne lui tourna pas longtemps une fois debout. Il jeta u coup d'oeil admiratif et interrogateur à la fois à Cora qui semblait lire dans ses pensées et lui expliqua que c'était un remède de l'antiquité. Il resta un certain moment à la fixer de ses beaux yeux gris, la trainée de sang séchée sur sa tempe droite contrastait avec son teint. Puis il finit par sourire: "J'ai vraiment sauvé une dame du 17eme siècle... Mais de rien, je me sentait un peu fautif de vous avoir laissé sortir de chez moi.
_ Comment allez vous? Lui demanda d'un air doux Cora. Nathan ne put se retenir de penser qu'elle était vraiment craquante en ce moment. Il écarta ses doigts fins et les examina des deux côtés. Il n'avait heureusement qu'une petite égratignure. Il souffla, soulagé:
_Si mes mains sont intactes c'est le principal..." Il n'était rien s'il ne pouvait pas assouvir sa passion pour la musique. Cora ne sembla pas comprendre cette remarque. Elle fut interpellée tout comme lui par le bruit lancinant et insupportable de la sirène des urgences. Les lumières bleues apparurent rapidement et devant le regard paniqué de Cora Nathan ne réfléchit pas. Elle avait eut le même regard lorsqu'elle s'était jetée à corps perdu sur la route. Il n'était pas question que cela se reproduise, alors Nathan posa un bras dans le dos de Cora et l'attira contre lui. Elle fut surprise puis essaya de s'éloigner de lui mais il ne desserra pas son emprise et l'enlaça de ses deux bras pour la calmer, ce qui au bout de quelques temps fit son effet. Il lui murmura:" Pas question que tu t'enfuis une fois de plus. Tout va bien, je suis là."
Les urgentistes arrivèrent en catastrophe et interrogèrent les automobilistes qui étaient quasiment tous sortis de leurs véhicules pour voir ce qui bloquait le passage. Le conducteur qui avait manqué de tuer les deux jeunes gens avait remarqué que tout le monde allait bien, alors il commença à se plaindre et à mettre toute la faute sur Cora et Nathan. Il n'avait d'ailleurs pas tort. Il s'agitait en accusant Cora de s'être jetée sous ses roues puis raconta comment Nathan s'était précipité et l'avait sauvé. Un docteur s'approcha de Nathan et de Cora et demanda à les examiner. Nathan se pencha vers Cora et lui demanda: "Ce sont des docteurs. Vous vouez bien qu'ils vérifient que tout va bien? " Elle hocha la tête et Nathan s'assit à l'arrière d'une ambulance. Il accepta qu'on lui nettoie sa plaie sur place mais ne voulut pas partir à l'hôpital. Les docteurs insistèrent, c'était plus prudent de faire une radio s'il ressentait des vertiges, Nathan capitula. Il demanda à parler à Cora avant de partir.
Il fit quelques pas vers elle, un policier était en train de l'interroger pour déterminer ce qui l'avait poussé à agir comme ça. Il semblait la rudoyer quelque peu.
"Alors vous vous êtes bien jetée en travers de la route sans regarder où vous alliez?
_ Oui mais je...
_ C'était donc une tentative de suicide?
_ Je ne savais pas que..
_ Que quoi? Qu'il y avait des voitures? Vous venez du fin fond de la cambrousse ou quoi? Vous avez mis en danger de nombreuses vies, estimez vous heureuse que ce jeune homme ait surgi de nulle part!
Nathan pris la main de Cora et se plaça à ses côtés:_ On ne vous a jamais appris dans la flicaille à bien traiter une suicidaire? *Cora allait répliquer mais il lui fit un signe imperceptible de la tête qui lui fit comprendre que ce n'était pas le moment de parler du voyage dans le temps.* Et la cellule psychologique c'est pour les chiens? Je vais l’amener à l'hôpital avec moi, les ambulanciers sont d'accord, alors si vous voulez bien nous excusez.
Le policier fronça les sourcils: _ Vous avez de la chance d'être le héros du jour vous...
Nathan était déjà de dos, emmenant Cora par la main: _ Ouais ouais sinon vous m'auriez déjà embarqué, je sais c'est pas nouveau que mes yeux bridés m'attirent les faveurs de la police!" Dit il en riant, il agita son bras pour dire au revoir au policier, le provoquant. Il n'avait jamais eu de bons rapports avec les forces de l'ordre et ne perdait jamais une occasion de faire le malin. Il grimpa dans l'ambulance et tendit sa main à Cora pour l'aider. Elle n'avait pas l'air rassurée alors il sourit d'un air doux: "Vous ne me faîtes pas confiance? Vous préférez rester là?"


*Cora avait un peu peur en voyant tout le monde autour d'elle, les policiers, les ambulanciers, les passants beaucoup trop curieux... Elle ne savait pas quoi dire ou comment réagir. De plus, elle devait éclaircir cette histoire de saut dans le temps. Trop d'idées se bousculaient dans sa tête. L'interrogatoire du flic la désarçonna et elle remercia interrieurement l'intervention de Nathan. Comment faisait-il pour être toujours là au bon moment, à intervenir comme il fallait... Plus elle réfléchissait plus tout ceci n'avait aucun sens. Elle pensa même un des choses surnaturelles comme un ange gardien ou un envoyé de Dieu, venue pour la protéger. Elle le regarda alors attendrit comme si elle savait, elle était même exente du moindre doute. Elle prit alors la main de Nathan pour l'aider à monter dans l'ambulance. L'ambulancier démarra pendant que deux autres ambulanciers montaient à l'arrière du véhicule avec Nathan et Cora. Une ambulancière regarda la blessure de Nathan à l'arcade sourcilière pendant que le deuxième posa quelques questions à Cora*
l'ambulancier : Qu'est-ce qui vous a pris de surgir comme ça sur la route ?
Cora *essaya de reprendre son calme et son sang froid* Je vous prie de m'excuser d'avoir causé autant d'ennuies... *Elle regarda Nathan comme si ces mots étaient adressés surtout à lui. Elle était consciente qu'elle avait agit bizarrement et que Nathan c'était blessé par sa faute, elle savait également que si elle voulait causer moins d'ennuie elle devait se tenir à carreau*
l'ambulancière : C'est le moins qu'on puisse dire car ce n'est pas seulement votre vie que vous avez mis en danger mais aussi celle de votre ami *elle désigna Nathan. Cora rougit légèrement. Elle n'avait jamais eu d'ami et ne connaissait Nathan que depuis quelques heures maintenant* Et puis aussi la vie des automobilistes.
*Cora prit une expression des plus sincère* Je n'ai pas voulu causer tout ce tord, je suis sincèrement désolée... Pour tout. *elle avait prononcé ces derniers mots en direction de Nathan. Encore une fois, elle s'adressait à lui de manière voilée* Je ne suis pas d'ici, je viens d'Allemagne *elle repensa à ce que lui avait fait comme remarque le policier* Dans la campagne. *son accent allemand était très crédible quant à son histoire qu'elle inventait en même temps qu'elle parlait. Elle a toujours été bonne menteuse. Prétendre être ce qu'elle n'est pas était facile pour elle. Et sa plus grande prouesse était de refouler ses émotions. Faire croire qu'elle allait bien alors que tout allait mal. A cet instant, elle prétendait être totalement détendue alors qu'elle était morte de peur. Elle avait été élevée en mettant toujours en avant les apparance avant les sentiments.* Je viens d'arriver à Paris... Je ne faisais pas attention aux... Voitures. et j'ai fait tombé mon mouchoir sur le chemin... Je voulais juste le ramasser. *elle sortit de sa poche un mouchoir en tissu qu'elle avait toujours sur elle quand elle sortait se promener* Heureusement, j'ai réussi à le rattraper *elle rit doucement. C'était l'enveloppe, ce que l'ambulancier devait voir.*
L'ambulancière : Bien, vous devriez faire plus attention à l'avenir. *l'ambulancière aussi faisait semblant de la croire. Elle lança un regard inquiet à son collègue. Elle avait entendu parler Nathan à propos de l'état mentale de la jeune fille.*

Nathan s'était contenté d'adresser un sourire rassurant à Cora dans l'ambulance. Il se demandait pourtant dans quel pétrin il s'était fourré, lui qui d'habitude cherchait plutôt comment sauver sa peau plutôt que celle des autres. Une fois arrivés à l'hôpital on les ausculta rapidement aux urgences. Le médecin qui examinait Nathan laissa sa main errer sur sa blessure: "Cette toile d'araignée... Vous avez suivi des études d'histoire de médecine?
Nathan sourit d'un air de dire "je ressemble à un étudiant en médecine?" et préférera ne pas s'attarder sur les détails de l'accident: Je vais pouvoir partir quand?
Le médecin ne s'offusqua pas et répondit de son air professionnel et serein après avoir jeté un coup d'oeil à sa fiche médicale: _ Oh une fois que l'on vous aura fait des points de suture pour refermer cette blessure. Vous avez de la chance, si vous ne vous étiez pas fait soigné avec cette toile, vous auriez pu avoir une infection.
Nathan haussa les épaules d'un air satisfait puis chercha du regard Cora: _ Et la jeune femme qui est venue avec moi, vous l'avez mis dans quel service?
_ Celle qui a causé l'accident vous voulez dire? *Il fronça les sourcils* Elle n'avait aucune blessure physique grave, on doit sûrement l'avoir conduit au département psychiatrique pour un entretien.
Nathan se releva brusquement du lit d'hôpital pour aller la chercher mais le docteur le retint par le bras: Attendez ici qu'on vous ait refermé votre blessure. Vous ne voulez pas avoir une cicatrice pour le reste de votre vie si?'
Nathan ouvrit la bouche pour répliquer quelque chose d'ironique puis il eut la vision de son visage balafré et finit par faire une moue boudeuse avant de se rasseoir.
***
Nathan attendait à présent dans le couloir de l'hôpital, le regard perdu. Il n'avait pas d'argent sur lui et son appartement était à une petite trotte d'ici.
" Highway to hell... This a hiiiighwa..." Nathan sortit à vitesse grand V son portable de sa poche, il avait totalement oublié qu'il l'avait emmené!
" All...
_ Putain Nathan t'es où?? Hurla la voix familière de Jun, l'un de ses colocataires et ami.
_ A l'hôpital mais ça va...
_ qu'est ce qu'il dit? renchérit une autre voix de l'autre côté du combiné.
_ Qu'il est à l'hôpital mais que ça va.
_ S'il va bien qu'est ce qu'il fout là bas alors?
_ Mais qu'est ce que j'en sais moi!
_ Mais demande lui pauvre crétin.
_ Je mets le haut parleur... Attends, qui tu traites de crétin Charlie?
_ Vous êtes lourds les gars vous croyez que c'est le moment de vous engueulez? Passez moi Nathan... Allo Nat'? Tu veux qu'on te ramène à la maison?
Nathan hocha la tête sans réfléchir, son téléphone collé à l'oreille pour arriver à distinguer la voix de Jun, son ami d'enfance et troisième colloc: _ Je veux bien, j'ai rien sur moi, même pas une veste... J'suis à l'hôpital nord.
_ Quel clodo tu fais... Bon ok j'arrive.
Nathan sourit soulagé: ... Ah attends! Jun? T'es toujours là?
_ Oui quoi?
_ Tu viens avec ta moto?
_ Non avec sa limousine... Aïe! ça va pas de me frapper?
_ Tais toi Sam je suis au téléphone. *Jun soupira* Je prends la voiture de Sam si tu es accompagné. Allez à tout à l'heure." Bip.
Nathan referma son portable coulissant. Il hésita un instant à aller chercher Cora. Après tout il ne la connaissait même pas, toutes les apparences semblaient prouver qu'elle était dérangée et il l'avait suffisamment aidé pour aujourd'hui. Il hocha la tête, las de cette longue et éprouvante journée: "J'ai perdu assez de temps comme ça, je peux pas la sauver tout le temps cette fille, elle a pas 4 ans, elle saura se débrouiller..." Il sentit une main sur son épaule.
"Excusez moi. Vous êtes bien le héros du jour?
Nathan arqua un sourcil puis sourit en voyant que c'était une belle jeune fille qui lui parlait: _ Qui le demande?
_ C'est pour un journal... J'ai entendu dire que la femme que vous aviez sauvé se comportait bizarrement... Comme si elle était d'une autre... Epoque."
Le sourire de Nathan s'effaça.


*Cora fut directement emmenée par un médecin au service psychatrique de l'hôpital. Elle était à bout de force et ne comprenait plus rien à ce qui lui arrivait si bien qu'à peine assise sur une chaise dans la salle d'attente, elle s'endormie. Le choc de l'accident, le fait qu'elle se retrouve coincé dans un rêve ou en tout cas dans un monde irréel, tout ça la fit tomber de fatigue. *

*Margot s'impatientait dans les bouchons de Paris. Quand elle s'énervait au volant, elle insultait tout le monde derrière son parebrise. Cela ne manqua pas. * Bordel ! Vous allez avancer, merde ! Et c'est quoi cette blondasse pétasse qui traverse la route sans regarder ! *elle sortit encore quelques jurons bien vulgaire dans la bouche d'une si jolie fille. Des claxons retentissaient dans tous les sens à présent et Margot, trop impatiente, sortit de sa voiture pour voir de plus près ce qui se passait. Elle vit la blonde affolée au milieu d'un carrefour tandis qu'une voiture fonçait droit sur elle* ATTENTION !! *Margot ferma les yeux ne voulant pas voir ça. Elle finit par les rouvrir et la fille n'était plus là. Des voitures s'étaient arrêtées. Elle sillona le paysage et vit la jeune femme étendu sur le trottoir un peu sonné, sauvé de justesse par un jeune gars. Margot ne perdit pas un instant pour se rendre sur les lieux de l'accident. Elle avai déjà entendu parlé de ces personnages sans identité, dont on ne sait pas d'où ils viennent, complètement désorienté. Curieuse par ce fait divers lu dans Le Parisien qui traînait sur la terrasse d'un café, Margot avait découpé l'article et l'avait ramené chez elle. Ensuite elle avait fait une recherche internet. Ce qui l'avait frappé dans cet article pourtant banale était ce qu'avait relevé le journaliste : lorsqu'on demande à ces personnes d'où elle vienne, elles nous répondent qu'elles viennent d'une autre époque. D'une autre époque ? Et effectivement, sur internet, elle recoupa plusieurs témoignages de ces personnes dites à trouble psychologique et plusieurs années étaient cités : 1934, 1782 et même une personne prétendait venir d'avant Jésus-Christ. Un autre point commun qu'elle avait remarqué était le lieu où elles étaient. Toutes se trouvaient dans le même secteur à Paris pas loin de la gare d'Orléans. Margot en plus d'adorer ce genre de faits divers, elle était passionnée d'histoire. Elle aimait toutes les périodes, de la Grèce Antique à la Renaissance en passant par le Nouveau Monde. C'est pourquoi elle fut curieuse de savoir d'où venait la jeune femme qui avait faillit se faire renverser. Tout coïncidait : elle était complètement désorientée et son intervention pour stopper le saignement du jeune homme avec une toile d'araignée semblait être un remède d'une autre époque où ils ne connaissaient pas encore les compresses. Cependant, elle avait un doute quant au lieu où elle se trouvait. On était quand même assez loin du secteur habituel et elle n'était pas seule. Margot reprit sa voiture et suivit l'ambulance qui venait de repartir avec les deux inconnus en oubliant son cours de théâtre où elle se rendait avant l'accident. Arrivée à l'hôpital elle se rendit à l'acceuil pour savoir comment elle pouvait retrouver les personnes*
- Bonjour, je cherche un ami qui vient d'avoir un petit accident, j'ai suivi l'ambulance, il vient sûrement juste d'arriver...
- Vous devriez attendre dans la salle d'attente et me donner son nom, dès que j'aurais des nouvelles je vous appellerai.
- Oh oui.. Euh...
*bien sure elle ne connaissait ni le prénom de la fille ni celui de la femme*
- C'est-à-dire qu'il était avec une jeune femme blonde dont je ne connais pas le prénom euh...
*la secrétaire fronça les sourcils quand un jeune interne arriva*
- Ah, oui, le gars qui a sauvé la fille un peu bizarre au Carrefour St-Martin ?
- Oui c'est ça ! *Margot sourit, sauvée par un jeune médecin plutôt canon*
- Le jeune mec est entrain de se faire soigner au bout du couloir à droite si vous voulez je peux...
*il n'avait pas eu le temps de finir sa phrase que Margot fonça vers l'endroit que lui avait indiqué le gars. Elle reconnut immédiatement le jeune homme aux traits fins qui était au téléphone. Elle attendit qu'il eut finit pour lui adresser la parole sans plus attendre et sans même réfléchir à ce qu'elle allait lui dire. Elle prit néanmoins un ton qui se voulait être le plus naturel possible* Excusez moi. Vous êtes bien le héros du jour? *bien joué, Margot, pensa-t-elle, maintenant fait ton plus beau sourire et bats des cils*
- Qui le demande ?
*merde ! Elle n'avait pas penser à ça. Elle avait pourtant vu assez de série policière pour savoir qu'il lui fallait une identité pour toute enquête* C'est pour un journal... J'ai entendu dire que la femme que vous aviez sauvé se comportait bizarrement... Comme si elle était d'une autre... Epoque. *elle mettait les pieds dans le plat, insistant bien sur le mot "époque". Un gros bluff. Ca passe ou ça casse. Elle examina attentivement la réaction de son interlocuteur : règle numéro 2 de la bonne enquêtrice. Bingo ! La réaction de Nathan montrait qu'elle avait bien raison, cette fille faisait bien partie des personnes qu'elles appelaient les Voyageurs du Temps.* Elle n'est pas la seule dans ce cas. D'autres personnes ont témoigné venir d'année antérieur. Je suis spécialiste dans les troubles psychologiques et je me demandais si vous pouviez m'accorder quelques minutes pour répondre à mes questions... *Doucement Margot, ne va pas trop vite, souviens-toi dans les Expert Miami, toujours être prudent. Elle attendit alors une réaction de la part de son interlocuteur*

Alors quoi maintenant des journalistes arrivaient rien que pour une jeune allemande désorientée? Nathan resta un long moment à fixer le visage de son interlocutrice, à bout de nerfs puis finit par pouffer de rire, de plus en plus fort, ne pouvant plus s'arrêter. Alors que quelques internes s'étaient arrêtés un court instant pour les dévisager, Nathan riait à présent à gorge déployée, laissant Margot pantoise. Nathan essuya une larme de crocodile qui venait de perler à son oeil droit: " C'est vraiment pas mon jour putain... *Il jeta un coup d'oeil rapide autour puis se focalisa sur la prétendue journaliste en croisant les bras d'un air qui se voulait léger. Tout était fait dans son attitude pour la décourager, il était passé maitre dans l'art d'exaspérer les gens avec son comportement "je m'en foutiste", si ça avait marché avec ses anciens profs ça marcherait sûrement maintenant * Alors quoi vous faîtes partie de la brigade du temps et vous venez m'interroger? *sourire moqueur* Si vous voulez tant parler à des déséquilibrés *il posa ses mains sur chaque épaule de Margot et la poussa gentimment vers l’ascenseur* ... Il y a tout un étage psy, enjoy! Moi en attendant je vais rentrer chez moi, boire une... ou plusieurs bières et oublier cette atroce journée où je fus gravement blessé *il souligna sa phrase en indiquant son arcade sourcilière avec son index. * Vous avez trop regardé doctor who mon chat." *Il lui tapota le bras en souriant ironiquement puis la regarda en attendant qu'elle s'en aille.*

*Margot sentait la réticence de son interlocuteur. Mais elle ne se laissa pas démontée, trop d'enjeu. De plus elle était vexée qu'il ne la prenne pas en considération* Gravement blessé ? Faut pas déconner. Moi, j'appelle ça une petite égratignure. *et elle parlait en spécialiste des émataumes de 15 cm de diamètre, des jambes cassés et des épaules déboîtées. Quand aux points de sutures, elle en avait eu plus que le nombre de fois où elle avait mangé un mcdo. Oui, on pouvait parlé de Margot comme d'une casse-coup. Elle avait toujours voulu faire toutes les scènes de cascades dans les films amateurs qu'elle tournait. Et elle y allait franco* Bon, maintenant, si vous avez fini de vous plaindre, j'aimerais avoir des réponses. Parce que ça fait des mois que je suis sur cette... Enquête et que moi aussi je suis fatiguée, j'aimerais rentrer chez moi et boire quelques bières devant la télé. *elle resta plantée devant lui sans bouger d'un pouce* Alors, vous êtes prêt à répondre à mes questions ? Et après promis, je vous foue la paix.



code by Ségo Soyana


Dernière édition par Tess le Mer 19 Juin - 19:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]   Mar 11 Juin - 14:06


Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel


Nathan écarquilla ses yeux gris en voyant le panache de Margot. Elle n'était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds on dirait... Elle passait de 0 à 2 dans l'échelle d'estime de Nathan: "Une petite égratignure? Sur un beau visage c'est une plaie très grave, vous devriez le savoir." *Il fit une petite moue malicieuse avant de regarder vers la sortie. Ses potes n'étaient pas encore arrivés et vu l'heure ils devaient être empêtrés dans les bouchons de 18 heures-sortie-du-boulot. Nathan glissa les mains dans ses poches et haussa les épaules: " Ce serait impoli de refuser une si gentille invitation. *Il passa devant elle, direction la cafétéria, et voyant qu'elle ne le suivait pas il se retourna* Je ne révèle jamais de secret sur le sens de la vie l'estomac vide. Vous venez? *Elle sembla quelque peu satisfaite de pouvoir poser ses questions, Nathan prit 3 parts de gâteaux et les déposa sur son plateau en plastique gris, à côté d'une canette de coca. Arrivés devant la caissière il lui fit signe de demander l'addition à Margot. La caissière arqua un sourcil et Nathan susurra* 21eme siècle bonjour, les femmes peuvent payer aussi... *regard vers Margot* Je n'ai pas d'argent sur moi." *et il s'assit à une table ronde, commençant à manger de façon décontractée*.

- Une petite égratignure? Sur un beau visage c'est une plaie très grave, vous devriez le savoir.
*Margot ne put s'empêcher de sourire. C'est vrai qu'il avait un beau visage mais ce n'était décidément pas son style de mec. D'ailleurs, Margot n'avait pas réellement de "style de mec". Elle était même plutôt exigeante envers le sexe opposé. Aucun homme ne lui convenait. Il avait beau être beau, intelligent et drôle, elle avait toujours quelque chose à lui reprocher. On l'avait surnommé "l'inchoppable" et pourtant ce n'était pas faute d'essayer. Bon nombre de ces messieurs avaient essayé de la séduire mais elle restait de marbre face à ces avances.*
- Ce serait impoli de refuser une si gentille invitation.
*Margot fière d'avoir réussi à le convaincre, sourit à pleine dent et commença à chercher dans son sac un stylo et son carnet. Quand elle releva les yeux, il était déjà partit à quelques mètres d'elle en direction de la cafétaria. Elle fronça les sourcils se demandant à quoi il jouait*
- Je ne révèle jamais de secret sur le sens de la vie l'estomac vide. Vous venez?
*Margot soupira en levant les yeux au ciel. Elle n'était pas tombée sur le plus facile des témoins. Malgré ça, elle le suivit. Si près du but elle ne pouvait pas renoncer. Margot le trouva très culoté de la laisser lui payer son encas. Mais elle comprenait très bien qu'il profite ainsi de la situation, elle aurait sans doute fait pareille. Elle passa devant le self sans rien prendre pour elle à part un café bien serré. Elle paya sans broncher et s'installa à la table qu'il avait choisis. Mit devant elle son carnet écrit dessus "Voyage dans le temps" et fixa Nathan et commenta d'un ton sarcastique* Bien, maintenant que Monsieur à tout ce qu'il faut et qu'il est bien installé, peut-être pouvons-nous enfin passé aux choses sérieuses ? *elle but une gorgée de son café et ouvrit son carnet. On pouvait distingué dedans pas mal d'information écrite à la main ainsi qu'un tas d'articles de journal découpés maladroitement, parfois même déchirés. Elle ouvrit son ouvrage sur une page vierge. On pouvait remarqué le manque de modernité dont elle faisait preuve. Elle préférait tout faire à la main, et coller dans un carnet les articles de presses, prendre des notes etc. Elle avait trop peu confiance en la technologie. Elle craignait toujours une panne d'ordinateur ou un virus. De plus, elle ne s'y connaissait pas du tout en tout ça, et pouvait souvent s'énerver lors d'un traitement de texte dans lequel elle n'arrivait pas à insérer tel ou tel outil bien plus facile à faire à la main. Elle croisa les jambes, mit une mèche de cheveux derrière et commença à penser tout haut* Bon, par où commencer... Ah je sais, déjà je pourrais me présenter non ? Ca se fait comme ça normalement ? *elle hocha la tête comme si elle se répondait à elle-même* Margot Despré. Et je comprendrais si vous préféré garder l'anonymat *elle préférait éviter ce genre de réflexion, le voyant venir, voilà pourquoi elle prenait les devant de la sorte* De toute façon se n'est pas vous qui m'intéresse mais la jeune femme qui vous avez sauvé. Vous la connaissiez ?
*pendant ce temps, Cora c'était réveillée et passait elle aussi un interrogatoire. Elle préféra être discrète et répondit aux questions le plus souvent par un "je ne sais pas" suivis d'un soupire. Elle était agacée par la situation dans laquelle elle se trouvait et commençait à devenir inquiète, très inquiète même. Perdue au milieu d'homme en blanc qui la fixait telle une criminelle. Elle qui avait l'habitude qu'on baisse les yeux sur son passage. Elle se sentait désormais observée, épiée même. Une sensation peu agréable. Elle se demanda aussi où se trouvait le garçon pourtant très étrange dans sa façon de s'habiller et de parler aussi mais qui lui inspirait confiance bien plus qu'à ces dits médecins*

Margot avait ouvert un carnet assez épais, environ la moitié des feuilles étaient noircies d'écriture et gondolées par la colle qu'elle avait mis pour coller des articles de journaux. Nathan s'était légèrement penché vers le carnet pour voir de plus près ce qu'elle avait trouvé sur le sujet mais Margot marqua une page vierge d'un geste expert. Nathan se rassit un peu déçu, et prit son gâteau dans une main. Peut être qu'il en apprendrait plus lui aussi au cours de cet entretien, maintenant qu'il était jusqu'au cou dans cette affaire, autant en apprendre plus. "Bien, maintenant que Monsieur à tout ce qu'il faut et qu'il est bien installé, peut-être pouvons-nous enfin passer aux choses sérieuses ?"
Nathan sourit et hocha la tête. Il mordit dans sa part de gâteau au chocolat, l'écoutant se présenter. Elle semblait penser à haute voix, sans se soucier de lui. Les yeux de Nathan détaillèrent le visage fin de l'enquêtrice en herbe, elle était très jolie et le savait visiblement. Une lueur brillait dangereusement dans ses yeux, cela révélait son envie avide de connaitre toujours plus de détails sur le voyage dans le temps. Nathan se demanda comment une jeune femme pouvait se passionner d'un sujet aussi curieux, il y avait tellement de choses à faire dans la vie... D'ailleurs s'il n'était pas tombé nez à nez avec Cora il n'aurait jamais su que des apparitions étranges se tramaient, et ça ne l'aurait pas gêné outre mesure. A l'heure qu'il est il serait en train de finir sa répet dans son pub habituel et s'arracherait sûrement les cheveux devant une feuille blanche, à la recherche de paroles poétiques et rock pour une nouvelle chanson. Sa petite amie du moment devait s'inquiéter de ne pas le voir arriver. Nathan laissa échapper un soupir rien qu'à cette pensée. Sa copine ne l'amusait plus, il faudrait penser à la larguer bientôt. Toujours une corvée d'autant plus que c'était une de ces groupies de musicien et qu'il détestait faire pleurer une femme. En parlant de femme... Est ce que Cora allait bien au moins? Il avait failli la laisser totalement en plan il y a un quart d'heure et voilà qu'il s'inquiétait à nouveau pour elle... ça l'agaçait de voir qu'elle prenait de la place dans ses pensées. S'était il entiché si vite? Cela ne lui apporterait que des problèmes...
"De toute façon se n'est pas vous qui m'intéressez mais la jeune femme qui vous avez sauvé. Vous la connaissiez ? " Nathan releva la tête d'un air distrait, il avait décroché quelques secondes: "Hm? Nathan... Même si ça ne vous intéresse pas de connaitre mon nom. *Il posa ses mains sur la table et les joignit, ce qui fit tinter deux de ses anneaux argentés* Je l'ai croisé cet après midi à vrai dire. J'attendais mon bus et voilà que sort de nulle part une grande blonde en tenue de cavalière. *Il sourit en y repensant* Je pensais qu'elle tournait dans un film ou pour une émission de caméra cachée parce qu'elle s'exprimait vraiment bizarrement. Elle avait l'air assez paumée. *Margot l'interrompit pour lui demander où ils étaient exactement. Pourquoi cela avait il de l'importance pour elle?* Ben à l'arrêt Quai d'Orsay.
_ C'était bien juste à côté de la rue gare d'orléans?
_ Il n'y a pas 36 000 Quai d'Orsay à Paris à ce que je sache. *répondit il du tac au tac.* Comme elle cherchait "Monsieur" je l'ai emmené chez moi pour qu'elle téléphone. *Il échangea un regard avec Margot et crut percevoir une pointe de jugement dans ses yeux* Oui bon je n'avais pas mon portable sur moi, je suis un peu tête en l'air, je ne l'ai pas attiré dans mon "antre de célibataire" de force... Bref la télé lui a fait peur, elle ne voulait pas me dire qui était ce "monsieur" sans nom qui était son mari. *Il hésita à continuer et à faire part de l'identité véritable de Cora. Et si elle répétait tout aux médecins et qu'ils l'internaient définitivement à cause de lui? Il ouvrit sa canette pour marquer une pause le temps de réfléchir aux mots qu'il emploieraient. Il but une gorgée puis tapota nerveusement un rythme sur le dessus de sa canette * Vous avez déjà parlé à quelqu'un qui se dit venir du temps de Louis XIV? Elle... m'a pratiquement insulté quand je l'ai taquiné sur la révolution française. *Il soutint son regard franchement, sans faire de détours* Vous n'êtes pas vraiment journaliste. Pourquoi cette histoire vous intéresse?


*Margot buvait ses paroles avec attention, chaque mot qu'il disait, même sa tonalité, elle enregistrait tout dans sa tête griffonnant seulement quelques mots sur son carnet.* Louïs XIV ? *elle ouvrit grand les yeux comme si elle venait d'apprendre qu'elle avait gagné au loto* Quelle époque fabuleuse, riche en histoire. Versailles, la cour des Miracles... Fantastique ! Une de mes époques préférées. *elle disait ça pour toutes les périodes de l'histoire mais elle se rappelait son cour sur les monarchies en France, elle s'était régalé. Elle se leva d'un bond ignorant sa dernière question. En se marrant toute seule* Parler de la révolution française.. Haha *elle pouffa de rire. Se fichant qu'il la prenne pour une folle ou non, de toute façon, ça faisait bien longtemps qu'elle était cataloguée comme telle par les personnes qu'elle rencontrait que se soit à la fac ou au boulot le soir* Il me tarde d'aller la rencontrée ! Vous venez ? *elle n'attendit même pas sa réponse qu'elle le tira par le bras, l'enlevant à sa dégustation de gâteau, il eut juste le temps de prendre une dernière cuillerée* Vous croyez qu'ils l'ont emmené à l'étage psychatrie ? Franchement, ces médecins sont tous des cons, ils ne comprennent rien à rien. *elle qui était persuadé qu'elle venait réellement du passé, pensait que tous les autres étaient insensé de croire que cela ne pouvait être vraie. Et ce n'était la seule chose à laquelle elle croyait. Elle croyait aussi aux fantômes mais pas la façon dont les gens décrivent les fantôme sous un voile blanc... Non, elle pensait plutôt à des esprits errant. Ses croyances, l'aidaient à voir le monde autrement et à appréhender les choses différemment. Ca l'aidait à comprendre l'inexplicable, ce que même la science ne pouvait pas expliquer. Elle traversait désormais les couloirs sans se retourner pour voir si Nathan la suivait ou non. Elle arriva très vite devant l'ascenseur qu'elle appela. En attendant qu'il arrive, elle repensa à ce que Nathan lui avait dit* Elle devait être une noble à mon avis. Monsieur était le nom qu'on donnait aux frères du Roi. Une marque de respect de son sang royal. Enfin, si je me souviens bien, c'était le frère du Roi Louïs XIV ou Louïs XVI qui était connu pour son homosexualité. *elle se retourna enfin pour voir si Nathan était près d'elle et l'écoutait ?*

"Hé!" laissa échapper un Nathan surpris par l'élan de la jeune femme. Se faisant tracter par elle qui avait plus de force dans les bras qu'il n'y paraissait, le musicien n'avait même pas pu finir son goûter intelligemment gagné. Une dernière cuillerée pour la route et dans le couloir Nathan se rendit compte qu'il avait gardé son couvert dans la main. Il regarda autour de lui pour voir si on l'observait, haussa les épaules et lança la petite cuillère dans un chariot où se mélangeaient scalpels et autres instruments chirurgicaux. Margot semblait être partie très loin dans ses pensées et n'entendit pas le "ting" qu'avait produit atterrissage de la cuillère. Son regard semblait fiévreux, elle étalait ses connaissances en histoire qui dépassaient de loin celles du coréen. Nathan n'avait pas eu le temps de réfléchir à ce qu'il faisait,. Il était totalement aspiré dans la bonne humeur de Margot qui le traitait comme s'il faisait partie des rares personnes censées en ce monde, de ceux qui SAVAIENT. La perspective que ses potes l'attendent désespérément sur le parking de l'hôpital ne l'alarmait pas plus que ça, ils le connaissaient à force, toujours à se fourrer dans des situations inextricables. Margot lança un regard insistant à son interlocuteur, zut il n'avait pas écouté, son discours ressemblait trop à celui de sa prof de 3eme. Il se contenta de répondre en se donnant un air bien attentif: " Oui oui c'est la femme de Monsieur." Margot sembla un peu déçue de voir qu'il ne partageait pas sa passion pour l'histoire, lui tout ce qu'il voulait c'était éviter l'internement à Cora.
Entrant dans l'ascenseur vide, Nathan regarda en coin l'étudiante, se fourrant les mains dans les poches de son jean: "On va se rendre coupables d'évasion? J'espère que vous êtes bonne comédienne parce qu'il est hors de question que je sois celui qui fasse diversion."
Vous êtes arrivés au 4eme étage, psychiatrie. informa la voix féminine qu'on entendait dans tous les transports en commun. Nathan haussa un sourcil en se demandant si la femme qui faisait les annonces avait un contrat d'exclusivité pour toute la France. C'est curieux quand même qu'elle fasse la SNCF, le métro, les ascenseurs, les messages d'attente téléphoniques,...
Si l'accueil de l'étage numéro 4 était chaleureux et de couleur vive, dès qu'on s'aventurait un peu plus loin le temps s'était comme ralenti. Nathan et Margot passèrent devant une salle de repos où les patients en robes de chambre mal fermées se tenaient debout, le regard vide et la bouche ouverte, figés dans un brouillard de calmants. Le silence pesant qui régnait à l'étage fut brisé par une quadragénaire prise d'une crise de démence, elle s'était mise à hurler, agrippant une chaise pour se défendre contre l'armée d'infirmiers qui venaient l'immobiliser. Diversion parfaite pour que leur arrivée passe inaperçue, Nathan reconnut à travers la porte en verre du secrétariat, la chevelure d'or de la princesse palatine. Il tira la manche de Margot pour lui faire part de sa découverte. Cora, plus blanche qu'à son arrivée, semblait parler à une femme, ou plutôt l'écoutait nerveusement sans lui répondre. On pouvait entendre très légèrement la voix autoritaire de la psychologue d'ici. Margot prit les devant et fit part à Nathan de son plan. Puisqu'il ne se sentait pas d'humeur courageuse elle occuperait la psy pendant qu'il emmènerait Cora à l'extérieur du bâtiment. L'entretien ne se finirait jamais, comme cela le dossier médical de l'incident serait incomplet pour l'éternité et serait bientôt jeté aux ordures. Nathan acquiesça de son regard le plus sérieux et se mit quelques pas plus loin pendant que Margot frappait à la porte.


*Margot sortit de l'ascenseur et avança dans les couloirs de l'hôpital d'un pas assurée. Elle avait l'air d'être habituée à ce genre d'endroit et ne semblait pas surprise de la dureté du lieu ni de l'ambiance. De toute façon, elle n'avait qu'une idée en tête, voir Cora, l'interroger, comprendre ce qui lui ait arrivé. Elle écouta attentivement le plan de Nathan et acquiesça. Elle avait eut raison de l'emmener finalement.* Pas de problème pour jouer la comédie, je fais du théâtre ! *elle sourit fière d'elle et elle frappa à la porte et entra après avoir reçut la permission d'entrer. Tout de suite ses yeux se braquèrent sur Cora. Elle était magnifique. Elle avait l'allure d'une Dame du 17ème, ça ne faisait aucun doute.* Bonjour, exscusez-moi de vous déranger, je suis Mlle Despré, la fille du Docteur Despré *son interlocutrice resta perplexe alors que Cora était soulagée d'avoir quelques moments de répit. Elle regarda autour d'elle alors que Margot continuait son manège* Enfin, vous ne connaissez pas le célèbre Docteur Despré ? Mais vous avez eut votre diplôme de médecin, dans une pochette surprise ? *Cora n'écoutait pas du tout ce que voulait cette demoiselle, elle tourna alors la tête et vit derrière la fenêtre Nathan qui lui faisait des signes. Cora sourit sans s'en rendre compte. Elle se sentait soudain en sécurité, maintenant qu'il était là. Elle regarda la jeune Margot puis la psy sans savoir comment elle allait pouvoir s'éclipser*
*Margot se mit alors devant Cora essayant de la cacher à la vue de la psy* Peu importe, il m'a souvent parlé de ce fabuleux métier qu'est le votre, et comme j'aimerais moi aussi devenir médecin des fous, je me demandais si vous pourriez me donner quelques conseilles ? *Margot était cru dans ses paroles comme à son habitude ce qui choqua quelque peu la psy frigide*
- Excusez-moi, mais je suis en plein entretient avec une patiente mademoiselle Despré.
*Margot se retourna vers Cora comme si elle ne l'avait pas encore vu* Oh excusez-moi, je ne l'avait pas remarqué ^^ *elle se pencha vers la psy et chuchotta comme si elle ne voulait pas que Cora l'entende alors qu'elle entendait très bien ce qu'elle disait* Je comprends votre embarras, j'ai entendu que les cinglés n'aimaient pas la présence d'étranger, je risque de lui faire peur.
*Cora regarda Margot d'un air offensé. De 1, elle l'avait traité de cinglé et de 2, elle parlait d'elle comme d'une demeurée*
*Margot continua son délire* Nous devrions allez parlé dehors, qu'en dites vous ? *elle ne lui laissa pas le temps de répondre et la tira par le bras comme elle l'avait fait pour Nathan. Mais elel se défit brusquement de son emprise*
- Non mais ça ne va pas, vous ne pouvez pas faire ce genre de chose dans un cabinet de psy en la présente d'une patiente.
*Cora se leva brusquement énervée* D'abord, qu'importe ce que signifie le mot patiente, je ne suis pas une personne que l'on peut traité de la sorte. Et je ne suis pas folle !
*Margot comprit que le plan coulait à l'eau et fit de grands yeux à Nathan derrière la vitre du genre " help, ça tourne au désastre*
Core : De quel droit osez-vous me traité de la sorte, j'ai été calme et patiente pendant ce temps mais désormais j'aimerais que l'on me traîte avec un peu plus de respect et de considération. *Cora n'avait jamais parlé de cette façon à qui que se soit. Elle n'aurait jamais osé d'ailleurs. Mais soudain, elle se sentit libéré d'un poids ne réalisant pas ce qu'il se passait autour d'elle, elle marcha vers la sortit du cabinet pour rejoindre Nathan* Nathan, vou sêtes là ! *elle avait l'air ravis de le revoir mais la psy courut après elle* Attendez un peu, qu'est-ce qu'il se passe ici ? *elle regarda à tour de rôle Margot, Cora et Nathan* Quelqu'un pourrait m'expliquer à quoi rîme cette mascarade ?

Il se frappa la tête quand il vit que Margot s'en sortait minablement: "Mais c'est pas vrai qu'elle est nulle... *pesta t il entre ses dents. A son plus grand malheur Cora prit la parole et le rejoignit. Se trouvant nez à nez avec tout le monde, après un temps de silence où chacun se regardait en chien de faïence, Nathan improvisa.* Ma chérie! *Il prit Cora par la taille, priant pour qu'elle comprenne son manège. Il échangea un long regard plein de sous entendus avec elle et sentit qu'elle ne se débattait plus.* Je t'ai cherché partout, tu m'as fait une de ces peurs...
_ Je peux savoir ce que vous faites là monsieur? Demanda la doctoresse d'un ton autoritaire.
_ Ce que je fais là? *Nathan prit un air outré, glissant discrètement derrière son dos un de ses anneaux à son annulaire gauche* Mais c'est ma femme que vous interroger depuis tout à l'heure!
Cela perturba un peu la psychologue: _ Ah... bon? Mais elle ne nous a pas donné le numéro de ses proches à l'arrivée alors nous avons pensé que...
_ Que quoi? Que c'était une maboule et qu'il fallait l'interner au plus vite? On est plutôt expéditif dans cet hôpital! Je suis venu la ramener chez nous, vous y voyez un inconvénient?
_ Et bien nous n'avions pas fini...
_ C'est une prison ou quoi? *ironisa t il* Elle n'a pas pris ses médicaments depuis quelques semaines, mais je vous promets d'arranger ça avec NOTRE docteur. En attendant elle a besoin de repos, voyez ça avec notre assurance, le docteur Despré nous connait." Et sans attendre il sortit d'un pas rapide vers l'escalier. Une fois hors de portée de la psy qui s'était réveillée et avait crié "attendez", Nathan libéra Cora et commença à trotter dans l'escalier: "Dépêche toi, on décampe!" Il finit par grimper sur la rampe et glisser jusqu'en bas, il le faisait tout le temps pour s'amuser. La sortie donnait tout droit sur le parking où il aperçut Jun en train de fumer, adossé à sa voiture. Il leva la tête vers Nathan et Cora qui couraient vers la voiture et lança son mégot encore fumant sur le bitume.
" Qu'est ce que t'as encore fait?
_ J'aide cette charmante blonde à s'enfuir, un problème avec ça?
Jun soupira et grimpa au volant, prêt à démarrer. Nathan fit monter la princesse dans la vieille renaut, bien que ça ne lui inspire pas confiance. Ses deux autres colocataires attendaient à l'intérieur. Cora se retrouva au milieu de ces messieurs, un peu oppressée.
Le moteur se mit à tourner.
_ Attends...
Jun jeta un regard dans le rétro: _ Quoi? Tu attends quelqu'un d'autre encore?
Nathan eut un regard vers l'hôpital pour voir si Margot était sortie. Il la vit au loin qui les cherchait. Le jeune homme finit par dire: _ Non vas y démarre, de toute façon on n'a plus de place dans la bagnole. " Il se sentit légèrement coupable, mais il pensait que cela valait mieux comme ça. Margot ne lui inspirait vraiment pas confiance et elle pourrait entrainer Cora dans des trucs craignos. Elle avait déjà eu son interview, ça devrait la calmer pendant un moment.
Jun haussa les épaules et sortit à toute vitesse un parking, sa conduite était brusque et les passagers se cognaient un peu à chaque tournant, personne n'était attaché. Le passager avant et le voisin de gauche de Cora la fixaient avec de grands yeux. Nathan râla:
" Mais regarder vos pompes les gars! Vous la mettez mal à l'aise!
La passager avant, Ed sourit et tendit sa main à Cora pour la serrer: _ Je m'appelle Edouard, mais appelle moi Ed. Le conducteur taciturne c'est Jun et l'autre gamin là c'est Sam.
_ Hey!
_ Comment t'as connu Nathan? Il ne traine pas avec de belles femmes d'habitude.
Nathan souffla: _ Tu n'es pas obligée de leur répondre si tu ne veux pas. Ils habitent tous dans mon appartement. Tu sais là où tu as été tout à l'heure?
Sam siffla d'un air de dire " vous avez déjà conclu?" mais Nathan l'arrêta d'un regard noir. Jun se dit que cela devait être sérieux pour que Nathan s'énerve pour un rien. Il prit la parole et tout le monde se tut respectueusement. C'était le plus âgé d'entre eux:
" On nous a volé la télé.
Nathan s'exclama: _ QUOI? *puis plongea son visage dans ses mains* Et merde j'aurais du refermer derrière moi...
_ Je te le fais pas dire. Tu nous dois une télé. T'as de la chance qu'on nous ait pas pris notre ordi! Répliqua Ed.
Nathan se décoiffa dans un geste nerveux: _ J'avais un truc urgent à faire ok?
_ Va falloir nous expliquer Nat'... Dit gentimment Sam.
_ On est arrivés, y'a tout le temps. conclut Jun en faisant son créneau devant leur immeuble. Une jeune femme blonde platine les attendait de pied ferme devant l'entrée, l'air furibond.
Nathan soupira: _ Il manquait plus que ça.
Mandy ouvrit violemment la portière pour parler à Nathan: _ Où t'étais passé? *Elle fit de grands yeux en voyant Cora* Ah je vois monsieur s'est trouvé une autre blonde pour passer le temps!
_ Mais non. Répondit calmement Nathan sans rentrer dans son jeu. Il aida Cora à sortir de la caisse et sans un regard pour Mandy expliqua la situation: J'aide une amie, Cora, pour un petit moment. Elle aura besoin de vêtements, tu pourras lui en prêter?
Mandy rougit, ne savait pas quoi répondre en suivant la bande dans la cage d'escalier: _ Euh... Si tu jures que tu ne me trompes pas d'accord..."
Nathan se jura intérieurement de rompre avec elle une fois qu'elle aurait filé ses vêtements à Cora. C'était un peu vulgaire comme fringues mais c'était mieux que rien.



code by Ségo Soyana

_________________


Dernière édition par Tess le Mer 19 Juin - 19:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]   Mar 11 Juin - 14:07

*Cora fit des grands yeux lorsque Nathan lui fit des avances ouvertement. Elle trouva cela très inapproprié et se demanda ce qui pouvait bien lui arriver. Elle pesa le pour et le contre et croisa son regard pleins de sous-entendu et comprit que tout ça était une mascarade pour qu'elle échappe aux docteurs. Elle n'avait jamais été embarqué dans une aventure pareille. Jamais elle n'avait enfreint le règlement et elle n'avait jamais fuit comme elle était entrain de faire se laissant totalement entraînée par Nathan sans aucune résistance. *

*Margot croisa les bras et s'appuya contre l'ouverture de la porte du cabinet examinant la scène sans un mot, comprenant sa défaite. Oui car elle voyait tout ça plus comme un jeu. Elle n'en avait pas vraiment quelque chose à faire de cette Cora, elle voulait juste des réponses. Lorsque Nathan courut vers la sortit avec Cora poursuivit par les médecins, Margot essaya de leur barré la route en poussant un chariot sur eux, ce qui les firent tous tomber. Elle courut à son tour à la poursuite de Nathan et Cora.*

*Cora sentit son coeur battre très fort sous sa poitrine. Elle n'avait jamais fait ça auparavant et un mélange de peur et d'excitation la mettait dans cet état. Heureusement qu'elle était en tenue de cavalière, elle n'imaginait même pas comment elle aurait pû courir ainsi avec une robe et un corset. Elle s'imagina avec ses corsets beaucoup trop serré, elle serait sûrement morte étouffée. Une pensée lui traversa l'esprit alors qu'ils arrivèrent dans le parking : "penser à dessèrer ces fichus corsages de retour à la maison, on ne sait jamais". Nathan la sortit de ses pensées quand il la fit monter dans la voiture* Ohla ! Je ne monte pas là-dedans, moi. *Nathan essaya de la rassurer en lui explication que c'était une voiture tout ce qui a de plus sûr. Enfin, il omit de mentionner le nombre de tués sur les routes par an. Elle finit par céder comprenant que de toute façon, elle n'avait pas le choix si elle voulait rentrer chez elle.*

*Margot arriva essoufflée dans le parking cherchant Nathan et Cora du regard. Elle les vit enfin mais ils décampaient déjà* Hey ! *cria-t-elle même si cela ne changerait rien* L'enfoiré ! C'est grâce à moi que sa copine a pu sortir de l'hospice, et c'est comme ça qu'il me remercie ? *Enfin, grâce à elle, elle exagérait peut-être un peu la situation. Mais le fait est qu'elle était très énervée. Depuis le temps qu'elle rêvait de rencontrer une de ces personnes sur qui elle enquêtait depuis plusieurs moi. Elle sortit encore quelques jurons et fut rattrapée par les docteurs et infirmiers* Merde ! Il manquait plus que ça. *la psy qui avait interroger Cora avait l'air très en colère*
- Veuillez me suivre Mademoiselle Despré. *Margot comprit que ça ne servait à rien de montrer de la résistance. Elle les suivit donc en soupirant. La psy appela la police qui metta Margot en garde-à-vue et puis jugeant qu'elle n'avait rien de criminelle, elle put appeler un proche pour qu'il vienne la chercher. Finalement, toute cette histoire lui avait valu un séjour en prison (oui, bon, une nuit seulement pour délit de fuite) et elle n'avait obtenue qu'une entrevue avec un mec aux fringues bizarres. Mais tout de même, elle était heureuse car désormais elle avait la certitude que c'était possible, que voyager dans le temps était possible.*

*Cora pendant ce temps regretta d'être montée dans le véhicule. Elle s'agrippa au siège sur lequel elle était assise, un peu terrorisée par l'allure à laquelle roulait l'engin. Elle n'avait jamais vu une calèche allez aussi vite. De plus, elle se sentait vraiment mal à l'aise, serrée entre deux hommes qui la fixait. Ces regards sans gêne lui rappela ce Monsieur de Bonaventure qui avait toujours cette tendance à la déshabillée, elle et ses domestiques, du regard.*
- Je m'appelle Edouard, mais appelle moi Ed. Le conducteur taciturne c'est Jun et l'autre gamin là c'est Sam.
*Ok, elle ravala son amertume, il n'avait pas l'air si affreux que ça finalement. Elle finit par leur faire un sourire polie* Enchantée messieurs, je suis Madame Du Chatelet.. Enfin, vous pouvez m'appeler Cora.
- Comment t'as connu Nathan? Il ne traine pas avec de belles femmes d'habitude. *elle regarda Nathan un peu surprise par la question si directe du jeune homme mais ça la fit sourire*
- Tu n'es pas obligée de leur répondre si tu ne veux pas. Ils habitent tous dans mon appartement. Tu sais là où tu as été tout à l'heure?
- Oui, oui, je m'en souviens mais ça ne me gêne pas du tout. *Finalement, malgré la situation plutôt peu banal dans laquelle elle se trouvait, elle ne s'était jamais sentit aussi à l'aise. Comme si elle sentait qu'elle n'avait pas besoins de se méfier avec eux. Elle se tourna vers Ed et dit d'une voix douce* Nathan est quelqu'un de très aimable et serviable, vous avez de la chance de l'avoir comme ami. *ensuite, le prénommé Jun parla d'un truc qui avait été volé. Elle ne comprit pas vraiment de quoi il parlait mais comprit que c'était sa faute et se sentit embarassée. Mais elle ne préféra rien dire. Elle pensa à les remercier comme il se doit, une fois rentrée chez elle. Peut-être pourrait-elle organiser une petite fête en leur honneur. Mmh... Ce ne serait pas vraiment du goût de son Mari. Ils étaient enfin arrivée, Cora reconnut le grand immeuble où vivait Nathan et se dit que l'architecture de ce château était vraiment très étrange. Enfin, elle commençait à avoir l'habitude de voir des choses étranges ici. Encore une chose étrange fut cette blonde qui ouvrit la portière de la voiture à la volé. Cora pensa que Nathan était donc marié. Elle l'examina et lui lança un regard froid sans s'en rendre compte. Il aurait pu trouvé meilleur partit, pensa-t-elle. Au bout du compte, elle se retrouva à nouveau dans cet appartement piteux. Elle finit enfin par ouvrir la bouche* Je vous prie de m'excuser, je suis très reconnaissante de tout ce que vous avez fait pour moi, mais je dois rentrer chez moi à présent. Ce n'est pourtant pas l'envie qui me manque de rester avec vous tous mais mes obligations me retiennent auprès de mon Mari. *elle fit une révérence en guise de remerciement. Elle ne savait pas vraiment comment rentrer chez elle mais elle ne voulait abuser plus longtemps de leur aide. Et puis elle se sentait gêné que Nathan demande à sa femme de lui prêter des vêtements. Toutes ces petites attentions la touchaient beaucoup mais elle savait déjà tous les ennuis qu'elle avait dû causer à son époux.*

"On ne retient pas la blondasse dans ce cas..." laissa échapper la petite amie de Nathan entre ses dents. Cette réplique fit sourire Sam qui était bien le seul aujourd'hui à prêter attention à Mandy.
Nathan en effet avait les yeux rivés sur Cora et n'avait pas perdu une miette de ce qu'elle avait dit. Il se plaça en travers du chemin de la princesse, l'empêchant d'accéder à la porte:" Ecoute je comprends que tu ne veuilles pas de la charité de personnes paumées comme nous... Mais c'est de la folie de sortir à cette heure ci dans les rues de Paris, il fait froid, tu n'as pas d'argent et tu ne sais même pas comment te rendre chez toi. Si tu veux prouver à tous que tu n'es pas barge, reste ici car c'est l'attitude la plus rationnelle à avoir. Je ne veux pas avoir une agression sur la conscience après tout ce qu'on a fait aujourd’hui pour t'éviter une merde.Demain on reparlera de ça à tête reposée.*Il plongea son regard noisette dans le sien de façon très convaincante, il avait très souvent ce qu'il voulait en faisant cette bouille. Et, ne laissant pas le temps de répliquer à Cora il referma la porte d'entrée derrière tout le monde et frappa dans ses mains d'un air satisfait* Bien qu'avons nous à dîner chef?" Demanda t il d'un ton complice à Jun qui s'était déjà placé derrière les fourneaux, le reste de la troupe n’apercevant que son dos derrière la kitchenette. L'inox étincelait et curieusement c'était le seul endroit de l'appartement propre comme un sou neuf. La voix grave de son ami lui répondit piteusement "Reste de pizza surgelée...
_ Miam! Rajoute moi du parmesan sur ma part! s'exclama Ed, réellement heureux du menu.
_ Y'en a plus.
_ DE QUOI?
Sam plissa les yeux: _ Si tu pouvais éviter de m'exploser les tympans...
_ Vous êtes vraiment des cas désespérés, moi je ne veux pas rester là pour me battre pour le dernier bout de pizza. *Assena Mandy en croisant les bras. Puis elle se colla à Nathan, entourant son bras de ses mains manucurées* Tu viens Nathan? Je t'offre à dîner dans un bon resto pour fêter le fait que vous allez vous produire en concert dans la salle du Louxor!
Sam s'approcha de Mandy: _ Normalement tu devrais tous nous inviter à bouffer hein, on est un groupe. Y'a pas que le chanteur qui compte!
Mandy gloussa hautainement:_ Tu n'y connais vraiment rien aux fans." Les deux jeunes gens se lancèrent dans un débat des plus insignifiants tandis que Jun fermait la porte du micro ondes et réglait le minutage. Cora avait toujours l'air aussi perdue et Nathan avait cru remarquer qu'elle jetait des regards insistants sur l'autre jeune femme. Cela la mettait elle mal à l'aise? Nathan sourit intérieurement en se disant qu'elle aurait pu être jalouse puis revint vite à la réalité, coucher avec une femme d'aussi mauvais genre sans même être marié ça ne se faisait pas à son époque. Le coréen écarquilla les yeux lorsqu'une pensée angoissante lui traversa l'esprit : et si Cora pensait que c'était une prostituée? Quelle honte, il fera plus attention en ramassant les groupies dans les bars la prochaine fois... Nathan se libéra de l'étreinte de Mandy ce qui jeta un froid dans la pièce. Il lui fit signe de s'isoler avec lui dans le couloir et elle le suivit bien sagement pensant qu'ils allaient se régaler à ses frais au resto. Sam se tourna vers Cora avec un sourire jusqu'aux oreilles:" Oui on forme un groupe de musique tous ensemble. Les troubadours des temps modernes *dit il en rigolant* Tu aimes quoi comme genre de musique? Je peux t'avoir des places gratuites à notre prochain concert si tu veux..." Proposa t il d'un air fier.
Des cris féminins se firent entendre à travers la porte. Mandy venait de se faire jeter en beauté par Nathan, de manière assez froide et nonchalante. "c'est pour cette cruche?" Puis vinrent les pleurs, l'agacement de Nathan grimpa mais il ne fit rien voir et lui tapota le dos. Il n'aimait pas les adieux, elles lui faisaient toujours une scène pas possible. Le musicien n'était vraiment pas doué pour ces trucs là. Elle n'avait même pas accepté de passer quelques vêtements pour la voyageuse dans le temps...
Ed soupira et finit par sortir de la pièce, rouvrant la porte sur Nathan et Mandy dans le couloir: "Je vais acheter du parmesan si c'est comme ça.
_ Prends moi aussi de l'origan! Cria Jun.
_ Et des capotes!
_ C'est très classe ça Sam..." Souffla Nathan qui consolait toujours Mandy dans ses bras. La jeune femme finit par renifler un grand coup et partit d'un pas énervé.


*Nathan c'était montré des plus convainquant. Elle n'avait jamais imaginé que qui que ce soit puisse la retenir, si ce n'était pour l'image de Monsieur, mais jamais pour son bien être à elle. C'est vrai qu'elle n'avait aucune idée d'où aller et elle avait aussi perdu son moyen de locomotion (son canasson s'étant volatilisé dans la nature). Et puis il faut dire que plus le temps passait, moins elle avait envie de rentrer...* Vous avez sûrement raison. Et puis, à l'heure qu'il est, Monsieur doit me chercher dans tout le pays. Il finira bien par me retrouver. *dit-elle raisonnablement. Elle se prit alors à se demander si vraiment il la cherchait ou s'il l'avait déjà remplacée par une de ses maîtresses. Qu'est-ce qu'il allait encore dire à ses enfants ? Que s'est son devoir en tant que frère du Roi ? Des responsabilités... Encore et toujours. Elle était furieuse à présent contre la société, contre le Roi lui-même, contre Monsieur, contre ses parents qui l'avait marié à la seule personne à Versailles à préférer la compagnie de jeune homme. Elle n'écoutait même plus ce qu'il se passait autour d'elle lorsque Mandy et sa voix crillarde la sortit de ses pensées. Cette fille avait vraiment de sale manière. Et elle se collait à Nathan comme un petit chien à son maître. Comment Nathan pouvait-il supporter si peu de distinction et de plus, elle avait l'air d'une jeune fille des rues. C'était étrange car même si Nathan était habillé comme un pauvre sans parler de son appartement miteux, Cora le trouvait très gentilhomme. Alors que cette fille... Elle la dévisageait sans vraiment s'en rendre compte. Quand soudain, Nathan se dégagea de sa promise. Oups, avait-il remarqué son regard si peu discret qu'elle portait sur la jeune Mandy ? Elle fit semblant de regarder ailleurs alors qu'ils quittèrent la pièce.*
Sam : Oui on forme un groupe de musique tous ensemble. Les troubadours des temps modernes *dit il en rigolant* Tu aimes quoi comme genre de musique? Je peux t'avoir des places gratuites à notre prochain concert si tu veux...
*De la musique ? Cora aimait beaucoup se rendre aux bals de la cour. Même si elle n'aimait pas danser, peut-être à cause de son cavalier qu'est Monsieur, elle adorait écouter la musique de l'orchestre. Elle trouvait cet art très distrayant. Bien sure, elle avait toujours gardé secret son amour pour la musique à l'instar de Monsieur et de ses exigences. Cora, comme toutes les personnes de la cour devaient aimer danser plus que la musique, le Roi Soleil lui-même étant un très bon danseur.* J'aime beaucoup la musique de salon, et je serais très heureuse de me rendre un jour à une de vos représentations. Je ne savais pas que Monsieur Nathan jouait d'un instrument, que joue-t-il exactement ? *Mais Sam n'eut pas le temps de répondre qu'on entendit des cris de l'autre côté de la cloison. Décidément, cette Mandy n'avait aucune retenue, crier ainsi en public. Elle baissa encore plus dans son estime lorsqu'elle l'entendit la traiter de cruche* Non mais quelle peste ! *s'écria Cora. Elle fut très surprise d'avoir pu dire ces mots à haute voix mais Sam en rit. Cora se dit alors qu'elle avait plus de liberté de parole ici. Elle ajouta en toute liberté* Ce n'est pas vraiment une grande perte, Monsieur Nathan trouvera meilleur partie. *Lorsque Ed ouvrit la porte, Cora avait quand même de la peine pour Nathan. Il avait l'air mal à l'aise. Elle n'avait peut-être pas bien fait d'en rire. Elle ajouta, ce qui fit rire tout le monde et dissiper l'atmosphère tendu* Qu'est-ce que des capotes ?

Le micro ondes tinta l'heure de dîner. Les cris de l'ex petite amie avaient laissé place au monologue de Sam qui n'en finissait pas, très curieux de savoir tout sur la belle invitée.
"... Et dîtes c'est quoi de la musique de salon? Cora a dit que c'était son style de musique préféré." Cela fit sourire Nathan qui s'imaginait déjà la galerie des glaces avec Cora dansant gracieusement au son d'un clavecin. N'attendant même pas la réponse, Sam bondit du canapé sur lequel il s'était installé et commença à fouiller le meuble qui servait de rangement pour tous les DVD, CD et autres papiers. Il en sortit une clé usb en forme de panda. Tout content de faire découvrir les 2 premières chansons composées par leur leader qu'ils avaient enregistré grâce à un logiciel, le jeune homme l'enclencha dans l'ordinateur. Nathan se précipita sur l'ordi et cacha l'écran avec sa tête et ses mains: " C'est pas encore les versions définitives je veux pas que vous fassiez écouter à tout le monde un truc pas fini merde!"
La piste s'était tout de même déclenchée et l'on avait pu entendre le début de la chanson très rock du groupe "Libertalia". Fracassant les touches du clavier, Nathan cessa la musique. En vérité il réagissait comme cela car sa chanson était loin d'être le tube du siècle, il le savait et ça l'énervait au plus au point. A quoi bon jouer de la musique si l'on n'était pas un prodige? Il voulait exceller dans son art mais pour l'instant il n'avait pas encore eu l'inspiration suffisante. Du moins c'était l'excuse qu'il se donnait pour tenir. Jun revint de la cuisine, apportant un plat fumant qui emplit la pièce d'une bonne odeur de mozarella.
" Les bonnes chansons ne s'écrivent pas en un jour. On ne peut que progresser. Dit il pour calmer l'atmosphère car Sam avait déjà croisé les bras devant l'attitude de Nathan.
Nathan referma d'un coup sec l'ordinateur et tapa du pied dans un geste théâtral: _ Ah j'en ai marre d'entendre ce refrain! On est doués ou on ne l'est pas normalement! * Il se tourna brusquement vers Cora, son regard flamboyant fixé droit dans les yeux bleux de la jeune femme et pourtant semblant regarder plus loin, rêver de sa future carrière. Nathan la pointa de son index sûr de lui* Vous verrez que bientôt on sera connus dans le monde entier pour notre talent et notre charisme. On jouera devant des salles pleines de monde qui crieront notre nom dans des élans d'amour. Et là on pourra mourir."
Cela fit sourire Jun et Sam qui appréciaient toujours l'enthousiasme non simulé de Nathan qui voyait toujours les choses en grand.
" Ouais ben moi je ne veux pas mourir sur scène comme une rock star, ça c'est plutôt le genre de Nat'... Je veux surtout être riche! S'exclama Sam. Nathan lui frotta la tête si fort pour le taquiner que ses cheveux se mirent n'importe comment, défiant la gravité.
_ Bon qu'est ce qu'il fait Ed? Il achète tout le magasin avec l'argent qu'on a pas ou quoi? S'impatienta Nathan.
_ Dès que je pars on dit du mal de moi... Si c'est comme ça je garde le parmesan pour moi hein. Et les bières. entendit on dans l’entrebâillement de la porte.
_ Non pas les bières! Crièrent en choeur Nathan et Sam qui se levait déjà pour prendre les victuailles.
_ Ouais c'est ça prend lui vite l'alcool avant que ce rapiat s'en aille encore." Continua Nathan en souriant. Vu qu'il n'y avait plus que Cora dans un coin du canapé, Nathan de l'autre côté du sofa, se rapprocha vivement d'elle sans gêne, jusqu'à ce que leur jambes se touchent. Il lui fit un sourire en coin charmant, ayant une idée derrière la tête: " Bon demain on s'occupe de toi. *Devant le regard légèrement effrayé de la belle blonde il pouffa de rire derrière sa main, fort de son effet puis désigna du doigt ses vêtements* Tu ne peux pas te balader comme ça dans tout Paris. Ok on est au 21eme siècle mais il y a des limites... Si on ne veut pas se faire repérer il va falloir t'acheter des vêtements. *Il mit sa main sur son épaule, penchant sa tête pour mieux la voir* C'est bien un fait universel que toutes les femmes adorent renouveler leur garde robe non?" A partir de là, la soirée se déroula très vite. Le dîner fut toujours aussi animé qu'à l'habitude, ponctué par les remarques décalées et drôles de Cora, les inlassables questions de Sam et le rire délicieux de Nathan. Le réveil digital qui se trouvait curieusement dans le salon affichait minuit passé quand Ed se dévoua pour balancer la vaisselle sale dans l'évier. Nathan se leva et tendit sa main à Cora pour qu'elle la lui prenne.
" Princesse, laissez moi vous montrer vos appartements pour la nuit." Il fit une révérence assez disgracieuse ce qui fit rire Jun. Sam s'était endormi comme une larve sur le canapé.
Nathan entraina Cora dans sa chambre d'un pas rapide. Il lui montra comment marchait l'interrupteur. " Voilà je te cède mon lit pour ce soir... Non non ça ne me dérange pas *Il agita sa main pour la couper. Puis faisant volte face, il ramassa discrètement un magazine de cul qui trainait par terre puis jeta un dernier coup d'oeil avant de fermer la porte. "La salle de bain est juste à droite si tu veux te rafraichir... Tu ferais mieux de fermer le verrou on ne sait jamais avec les pervers d'à côté. ça fait une éternité qu'une fille n'est pas restée dormir à la maison. *Silence gêné* Tu sais... " Nathan se racla la gorge voyant qu'il ne se faisait pas comprendre du tout, et ne pensant même pas à donner quelques conseils à la voyageuse sur l'utilisation de l'eau courante il souffla un doux "bonne nuit Cora." avant de fermer la porte.
De retour dans le salon, Nathan poussa du pied Sam qui était toujours étendu sur le canapé " Oh le nabot! C'est là que je vais dormir ce soir... mais bouge! *pas de réaction. Nathan souleva Sam et le fit rouler sur le tapis avant de sauter sur le canapé.* Non mais je rêve ce mec ne s'est même pas réveillé..." Il poussa un long soupir tout en regardant les lumières des voitures défiler sur le plafond. Il ne dormira quasiment pas cette nuit, les souvenirs de la journée s'agitant bien trop dans son esprit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Amélie
Modératrice du temps
Modératrice du temps


Messages : 46
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]   Lun 24 Juin - 20:32

Finalement, Cora passa une bonne soirée. Aussi étrange qu'elle soit, elle se sentait bien. Bon, elle ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait ainsi que certaines réflexions des garçons. De plus elle sursautait toujours dès qu'un bruit de vibreur de portable s'entendait ou que le micro-onde ponctuait le temps écoulé d'un "bip" inconnu. Elle fut d'autant plus surprise en entendant les premières secondes du morceau de Nathan et son groupe. Jamais elle n'avait entendu de son pareille. Où était passé le doux bruit du violon ? En y repensant, Cora avait toujours détesté cette musique sans coeur qui délivrait souvent une ambiance festive que Cora ne supportait plus. Elle ne supportait plus arrivé en compagnie de son Mari dans des grands bals qui profita de la première occasion pour la laisser seule. Elle devait sourire toute la soirée sous les regards scruptateurs des comères de Versailles qui n'avait de cesse de répéter : "la pauvre femme, délaissée par son Mari. Et elle reste là toute la soirée sans rien dire." Oui, une pauvre femme qui en a marre de la pitié des gens et son époux qui reste toujours dans les derniers, ah ça oui ! il aime faire la fête mais pour ce qui est d'affection envers son épouse... Oui, ces crissements de violons l'agaçaient plus que tout au monde. Comment pouvait-elle prétendre préférer la musique de salon ? Peut-être parce qu'elle ne connaissait que ça. Mais aujourd'hui, elle découvrait enfin autre chose, de différent. Même si seulement elle avait entendu quelque seconde du morceau, c'était décider, sa musique préférée sera à présent celle jouée par Nathan. Elle remarqua d'ailleurs la passion qu'avait Nathan pour cette musique, bien qu'elle ne comprit pas vraiment la référence de ses propos, elle en compris l'essentiel : il était un passionné. Cora n'avait pas vraiment de passion. Elle était tellement occupée à donner des ordres aux domestiques et faire bonne figure devant Monsieur. Il y avait quand même une chose qu'elle aimait faire, la broderie. Mais c'était mal vue pour une dame de son rang de faire sa propre broderie. Tout lui était interdit et surtout s'amuser. Mais ce soir, elle s'amusait. Réellement. Elle regretta même que ce soit déjà l'heure d'aller ce coucher. Mais elle n'en dit rien, il devait déjà être très tard. Elle se laissa donc accompagner dans ses appartements sans broncher apréciant la délicatesse de Nathan envers elle. Bon, ça n'avait pas la prestance de son château mais le lit semblait confortable. Lorsque Nathan ferma la porte, Cora resta debout au milieu de la pièce illuminé par un lustre qui fonctionnait sans bougie ce qui intrigua quelques minutes la jeune blonde. Finalement, elle éteignit la lampe comme lui avait montrer Nathan. Puis la raluma, puis l'éteignit. Elle trouva que c'était vachement plus rapide que d'allumer et éteindre chaque bougie une à une. Finalement après s'être amusée avec la lumière, elle tomba de fatigue sur le lit de Nathan. Elle avait eu une journée très charger. Mais avant de fermer les yeux, elle se demanda si en se réveillant, tout reviendra à la normal. Au fond de son coeur, elle préférerait que ce rêve ne cesse jamais.

Le lendemain matin, Cora se réveilla avec la lumière du jour. La veille, elle n'avait pas trouvé les rideaux et pour cause, c'était des stores qu'il fallait chercher. La princesse se leva de son lit et décida d'aller faire une toilette dans ce que Nathan avait appelé "la salle de bain". Elle sortit de la chambre discrètement, Nathan dormait toujours sur le canapé avec Sam à ses pieds. Elle alla alors le plus discrètement possible pour ne pas les réveiller, dans la salle d'eau. Le problème était à présent comment faire pour l'eau. Nathan avait bien dit qu'il y avait de l'eau dans cette salle non ? Elle n'en trouvait nulle part. Elle alla dans la douche toute habillée et se demanda à quoi servait bien les boutons rouge et bleu. Elle tourna alors le bleu d'un geste délicat et l'eau jaillit de la pomme de douche, laissant une Cora trempée qui hurla dans tout l'apartement

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]   Lun 24 Juin - 22:20


Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel
Nathan ☂ Coralie


Un cri strident coupa net le rêve qu'était en train de faire Nathan. Il sursauta et faillit se casser la gueule sur Sam qui n'avait pas bougé d'un pouce sur le tapis. Le rockeur se frotta les yeux et ses pensées s'éclaircirent enfin libérées de la brume du sommeil... C'était la voix de Cora! Le coréen bondit dans la salle de bain de peur qu'elle se soit blessée, il croisa au passage Ed dans le couloir qui se trimbalait une tête de cul pas possible, lui aussi réveillé par le bruit suraigu.
" Voilà pourquoi faut pas amener de femme à la maison." Souffla le copain de Nathan en refermant ses yeux cernés.
Heureusement Cora n'avait pas fermé à clé la salle de bain ce qui permit à Nathan d'entrer en un quart de seconde. Il la rejoint dans la douche sans réfléchir et le froid le gela jusqu'aux os.
" Putain c'est gelé! Merde ça glisse... "Il arriva enfin à refermer le robinet dans la panique alors que Cora avait arrêté de gigoter à côté de lui. Il cligna trois fois des yeux, cette fois ci bien réveillé et passa ses deux mains sur son visage et ses cheveux, de l'eau perlant encore sur son visage.
" J'ai connu mieux comme réveil." Finit il par dire avant d'éclater de rire avec Cora, la situation était magique. C'était la première fois qu'il la voyait rire de bon coeur, et ça lui fit plaisir. Sa gêne disparaissait au fil des heures, et il se demanda brièvement comment elle serait quand elle serait totalement à son aise. Puis il se rendit compte qu'elle tremblait de froid, elle portait encore sa drôle de tenue d'équitation d'hier. Nathan lui passa une serviette éponge autour de ses épaules et lui désigna les robinets." Rouge c'est l'eau chaude, Bleu c'est l'eau froide. Tu tournes comme ça pour que ça coule plus fort, et dans l'autre sens pour arrêter. Tu peux prendre mon gel douche. * yeux ronds de son interlocutrice. Il prit l'objet en question et l'ouvrit* C'est comme du savon, c'est pour tout le corps. Désolé pour le parfum d'homme par contre... *petit silence* Bon je te laisse *Il sourit malicieusement* N'inonde pas tout s'il te plait... Si tu as besoin d'aide tu sais où me trouver..." Et il s'éclipsa, laissant une trainée d'eau sur son passage. Sam tomba nez à nez avec lui de son air endormi.
" Bah... T'as pris une douche tout habillé Nat'?
_ La ferme... *passe devant lui pour retourner dans sa chambre chercher des vêtements secs. Il se déshabilla rapidement et resta un long moment en caleçon devant sa penderie, faisant le coquet. Qu'est ce qu'il fallait mettre pour plaire à une femme du 17eme siècle? Une image de Cora l'appelant à l'aide sous la douche lui vint à l'esprit et il sourit en y repensant. C'était dommage qu'elle ait été habillée. Vidant son armoire sur son lit il entendit à peine la porte s'ouvrir sur une Cora toute prête. Il se tourna lentement, à demi nu* Hum? *ne regarde pas qui est là* J'arrive, j'arrive, faîtes tourner le moteur, on va aller aux champs Elysées pour habiller Cora."

© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Amélie
Modératrice du temps
Modératrice du temps


Messages : 46
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]   Lun 15 Juil - 16:17

head
Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel


Toute cette eau qui coulait en abondance sur elle, comment était-ce possible ? Finalement, elle se demanda si elle n'était pas arrivée au paradis. C'est vrai après tout, elle aurait très bien pu faire une chute à cheval et mourir. Bon, ce n'était pas exactement de cette façon qu'elle imaginait le paradis, mais pourquoi pas. Et puis ces rires qu'elle avait partager avec son chevalier servant - comme elle aimait le surnommer dans sa tête. La joie, tout simplement d'être là. Elle devrait pourtant être triste d'être morte alors qu'elle se sentait plus vivante que jamais. Elle était là, debout sous un jet d'eau, nue, se savonnant avec délicatesse et se délectant de ce moment de pur bonheur lorsque quelqu'un frappa à la porte.

« Hé ! Attention avec l'eau, il en faut pour tout le monde princesse ! »


La voix de Sam la ramena à la réalité. Elle éteignit le robinet d'eau comme lui avait montré Nathan et s'enroula dans la serviette. La salle d'eau était très étroite et à peine sortie de la douche elle se vit dans le miroir au-dessus de lavabo. Elle se contempla un instant. Son reflet semblait différent de d'habitude. Elle avait un petit rictus au coin de la lèvre, un teint resplendissant et des yeux pétillants. C'était son deuxième jour dans cette ville étrange et elle était toujours là, même la nuit passé. Non, ce n'était donc pas un rêve car en se réveillant, elle était toujours elle, dans cet endroit miteux mais joviale. Elle essora ses longs cheveux blonds dans le lavabo et se demanda comment elle allait faire pour se rhabiller. Ses vêtements étaient trempés. Elle fouilla dans un panier en osier et trouva un pantalon jean qu'elle enfila. Beaucoup trop large. Elle détacha alors de ses vêtement mouillés un ruban qu'elle enroula autour de sa taille pour serrer le jean d'un des mecs. Elle continua ses fouilles et prit un tee-shirt qu'elle enfila par dessus le jean. Encore trop large. Elle fit alors un noeud sur le côté, ça devrait faire l'affaire. Ainsi vêtu, elle quitta enfin la salle de bain pour rejoindre Nathan là où elle avait dormi sans se poser de question sur sa tenue vestimentaire qui ne serait pas très appropriée pour son monde à elle.

« J'arrive, j'arrive, faîtes tourner le moteur, on va aller aux champs Elysées pour habiller Cora. »


Cora resta un moment sans réagir de sa dégaine "mal fringué" les cheveux encore mouillés sur ses épaules.

« Oups ! Je suis désolée... Je... »


Elle se cacha les yeux alors que Nathan rigola. Elle se demandait si c'était sa tenue ou le fait qu'elle l'est surpris à moitié nue qui le faisait rire. Cora sortit de la chambre trop gênée laissant le temps à Nathan de se rhabiller. Pendant ce temps, les colocataires de Nathan détailla Cora. On entendait des "ah, mais c'est mon jean ça !" ou encore "haha ! pas mal le coup du tee-shirt, très sexy". Cora s'excusa de leur avoir prit leur toilette. Et elle attendit que Nathan revienne pour lui poser une question. Elle y avait réfléchit toute la nuit à cette question. Mais elle était décidée.

« Ah ! Nathan ! Pourrais-je te demander un dernier service ? Je me rends bien compte que je ne suis pas comme vous... Je veux dire, je ne connais pas vos coutumes, votre langue parfois... Enfin, j'aimerais beaucoup apprendre vos coutumes et votre façon de vous comporter en société. »




Fiche par Narja pour Never-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]   Mer 17 Juil - 14:20


Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel

Nathan ☂ Coralie


Nathan resta perplexe au milieu du salon. Il hocha la tête, se tenant la main sur le menton pour réfléchir: " C'est une très bonne idée, tu passerais plus inaperçue... mais comment je pourrais t'apprendre tout ça en quelques jours? ça n'existe pas des cours de savoir vivre du 21eme siècle. Enfin j'crois pas. *Son visage s'illumina* Alors je vais les inventer rien que pour toi! *Il posa sa main sur l'épaule de Cora, la détaillant rapidement des pieds à la tête. C'était presque dommage de lui acheter de nouveaux vêtements, elle était à croquer dans le style garçonne.* Je serai ton professeur."
Son sourire s'élargit à cette perspective. Il avait toujours l'air d'avoir une idée derrière la tête avec ses petits sourires en coin. Ed avait un air bougon depuis cinq minutes. Il n'avait pas apprécié d'être réveillé par les cris de la belle et avait décidé de demander enfin des explications. Ce n'était pas parce que Nathan était le leader du groupe qu'il pouvait faire son petit chef à la maison.
" Quelqu'un peut me dire d'où elle vient? Parce que c'est bien beau d'accueillir une parfaite inconnue, mais si c'est la copine de personne je vois pas pourquoi on devrait lui payer des vêtements en plus. *Il assena sa phrase d'un regard vers la blondinette. Les autres garçons eurent l'air choqué de le voir parler aussi impoliment et ça ne l'énerva que davantage* QUOI? Ok elle est canon mais ça choque personne qu'elle parle comme... comme... une fille qui bosse sur arte?
_ Quelle éloquence.
Commenta Jun. Lui, il n'en avait rien à faire de qui était Cora ou d'où elle venait. Il faisait simplement confiance à son meilleur pote pour choisir ses fréquentations. Et puis elle avait un bon fond cette Coralie, ça se voyait tout de suite. Ed prenait un main plaisir à la paniquer, elle lançait à présent des regards de biche effarouchée à tous les garçons.
_ Oh ça va, faîtes pas comme si vous m'aviez pas compris."
Après un silence, Nathan se contenta de répondre "Elle vient du passé." En échangeant un regard avec Cora, il secoua légèrement la tête pour lui dire que tout allait bien.
" Elle vient du passé? C'est quoi cette connerie que t'as inventé encore?
_ C'est une de tes ex?"
osa Sam qui n'avait pas plus compris.
Le jeune homme ténébreux fit un pas en avant. Il était plus grand qu'Ed et Sam et en jouait bien souvent pour les impressionner comme aujourd'hui. Il pointa son index où trônait un anneau argenté vers Ed.
" C'est ma muse. Elle va nous porter chance et on va devenir des stars de la chanson. C'est tout ce dont vous avez besoin de savoir ok? *Il porta son doigt vers Sam à présent. Son ton était léger mais on sentait qu'il ne plaisantait pas.* Maintenant si l'un de vous recommence à la faire chier avec ses questions, je lui donnerai une bonne fessée pour le calmer. *Pour conclure il chuchota à l'oreille de ses amis sans que Cora ou Jun l'entende* Elle est à moi."
Les deux suspicieux du groupe baissèrent la tête, Ed prenant sur lui et ne laissant échapper qu'un regard noir et Sam tout penaud. Satisfait de s'être fait comprendre, Nathan se retourna vers Cora et la poussa doucement vers la sortie: "C'est parti princesse, on va te refaire ta garde robe et t'éduquer.
_ Je peux pas vous emmener, je bosse tu te rappelles Nathan? Faut bien que l'un d'entre nous ramène des sous. Souffla Jun en souriant alors que Nathan levait les yeux au ciel. Il leur tendit deux tickets de métro. Tenez.
_ Et j'ai mieux à faire que du shopping. J'préfère encore trainer dehors.
Gromela Ed, blessé dans son orgueil. Il avait toujours voulu être le leader et souffrait de son impuissance. ça révélait des tensions au quotidien quelques fois. Il passa devant tout le monde et claqua la porte derrière lui. Nathan sourit à Cora:
_ Il grogne mais ne mord pas. Tu fais quoi toi Sam?
_ *haussa les épaules* Je veux bien v'nir et admirer ta muse essayer des tenues. C'est ça ou rendre visite à ma mère en banlieue." Il rit avec Nathan et le petit groupe se rendit à la station de métro la plus proche. Le coréen prit son rôle de professeur très au sérieux puisqu'il détaillait tout à son élève. Ce qu'était le métro, qu'il y avait de longs souterrains sous la ville qui permettaient aux habitants qui n'avaient pas de moyens de locomotion de se déplacer très vite. Qu'il fallait faire attention car on croisait des mendiants pas toujours très gentils et des pervers quelques fois. Sam montra à la princesse comment on se servait du ticket de métro dans l'espèce de tourniquet tandis que Nathan sauta par dessus en digne parisien.



© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Amélie
Modératrice du temps
Modératrice du temps


Messages : 46
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]   Jeu 1 Aoû - 8:07

head
Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel


Une muse ? Elle n'avait jamais été la muse de personne. D'ailleurs personne ne l'avait jamais regardée de la façon dont Nathan la regardait. Ni même faire attention à elle, s'occuper d'elle, la défendre... Et tout autre geste affectif quel qu'il soit. Enfin, ses enfants peut-être. Lorsqu'ils étaient bébés, elle pouvait les serrer très fort dans ses bras et se sentait ainsi moins seul. Mais très vite, elle dut mettre des distances avec eux. Monsieur exigea qu'elle passe moins de temps avec ses enfants car c'était plus approprié dans notre société d'avoir une nourrice lorsqu'on atteignait un tel degré de noblesse. L'affection, elle connaissait peu et encore moins venant d'un homme. Elle ne dit rien mais ses yeux pétillaient. Elle allait faire tout son possible pour ne pas le décevoir. C'est pourquoi dès qu'ils furent sortis de l'appartement, elle écouta très attentivement toutes les explications de Nathan, demandant par moment : "Et ça, qu'est-ce que c'est ?". Elle apprenait vite et avait de moins en moins peur lorsqu'elle entendait le moteur d'une voiture ou la sonnerie d'un téléphone portable. Ils arrivèrent dans un magasin de dépôt vente avec des fringues de toute sorte, elle ne savait vraiment pas quoi choisir. Elle questionna alors Nathan sur la mode de son époque. Il lui conseilla quelques tenues qu'elle alla essayer en cabine. Ca lui faisait bizarre d'être aussi dénudée, les bras et les jambes découvert. Sam et lui avait aussi prit un malin plaisir de lui choisir des sous-vêtements. Elle regarda le soutient-gorge avec de grands yeux.

« Euh... Cela s'enfile de quelle manière ? »


Sam pouffa de rire alors que Nathan lui réserva un regard malicieux avant de lui expliquer. Sam finit par abandonner d'essayer de comprendre d'où Cora pouvait bien sortir et s'amusait plutôt de lui choisir des vêtements comme pour habiller une petite poupée sous le regard protecteur de Nathan, jamais très loin d'elle. Elle finit bientôt en petite robe légère dans les rues de Paris. A force de voir Nathan manipuler des billets de toutes les couleurs, elle finit par lui poser la question de la monnaie dans cette époque. Et ce n'est pas sans peine que Nathan finit par lui faire comprendre le système monétaire européen.

« J'aimerais savoir comment pourrais-je gagner de l'argent, Nathan. Je ne voudrais pas être un poids pour vous. »


La question du travail amena alors d'autres questions comme celle d'avoir une carte d'identité, un état civile... Ca c'est sûr, le rockeur et la princesse ne sont pas au bout de leur peine.



Fiche par Narja pour Never-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]   Jeu 1 Aoû - 21:10


Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel

Nathan ☂ Coralie

"Elle pourrait bosser au noir à la poissonnerie de ma mère." Proposa Sam alors qu'ils marchaient doucement dans la rue, Nathan et lui même portant tous les paquets. Nathan lui décocha un coup sur la nuque.
"Aïe mais t'es malade!
_ Tu vois Cora en train de vider des poissons toute la journée? Elle mérite un boulot beaucoup plus classe. *
Nathan sourit à la belle et lui demanda* Qu'est ce que tu sais faire dis moi?
Sam se frottait la tête d'un air boudeur en grommelant qu'il cherchait seulement à trouver une solution et que poissonnière au moins ça payait les factures. Coralie sembla perplexe et ne répondit pas, le regard dans le vague. Le coréen remarqua une très jolie tenue dans une vitrine et en profita pour ouvrir la porte du magasin, laissant passer en premier ses amis. Il avait dépensé quasiment toute sa paye du mois aujourd'hui et pourtant il continuait à faire l'insouciant. On ne vivait qu'une fois et puis il adorait regarder Cora sortir de la cabine d'essayage. Elle avançait toujours timidement en dehors jusqu'à ce que les deux garçons s'extasient très bruyamment, attirant l'attention des clientes du magasin. Elle s'approchait alors du miroir et se troublait de voir un reflet aussi net d'elle même. Les miroirs devaient avoir bien changé depuis quelques siècles. La détailler l'inspirait assez et Nathan pianotait avec ses doigts un air sans s'en rendre compte. Il demanda à la vendeuse la robe d'un prix très élevé qui se trouvait dans la vitrine. La vendeuse parut tout d'abord méfiante vu la dégaine des jeunes mais Nathan ne se démonta pas. Il la regarda dans les yeux et lui fit son numéro de charme habituel en souriant. Elle finit par pouffer de rire en baissant les yeux.
"Je vais vous l'apporter tout de suite, madame si vous voulez bien me suivre pour l'essayage.
_ C'est mademoiselle maintenant! Laissa entendre Nathan. Pour lui peu importait qu'elle ait eu des enfants et un mari homo, maintenant elle était ici. La vendeuse arqua un sourcil avant de sourire sans comprendre et d'emmener Cora vers les cabines.
Sam se balada dans les rayons avec de grands yeux. Il n'osait même pas toucher les vêtements neufs de peur de les abimer.
_ Dis Nat'... *Le blond se rapprocha de l'oreille de son ami pour être plus discret et souffla entre ses dents* C'est pas un peu trop cher pour nous ici?
Le chanteur haussa les épaules, le sourire aux lèvres.
_ Tu vas faire apparaitre des billets comme par magie c'est ça? Je doute que la vendeuse te l'offre pour tes beaux yeux.
Nathan se retourna et prit son ami par les épaules, enthousiaste:
_ C'est un investissement mon cher! On la traite bien et elle, elle m'inspire des chansons de malade!
Sam secoua la tête d'un air conciliant et se dérida. Nathan lui, se fit remarquer comme d'habitude en demandant un papier et un crayon à la caissière. C'était une question de vie ou de mort selon lui, et il se mit à griffonner très rapidement quelques accords en fermant les yeux.
Cora était sortie toute apprêtée. Sam ouvrit grand la bouche et tira la manche de Nathan pour qu'il la remarque. Le rockeur pesta:
_ Chut. J'entends la musique, tu ne veux pas rompre le processus artistique si?
Les vendeuses gloussèrent jusqu'à ce qu'une lui dise doucement:
_ Mademoiselle est prête. Vous ne voulez pas regarder?
Ses yeux s'ouvrirent sur une apparition enchanteresse. La robe était un peu trop habillée pour la journée mais pour Nathan, c'était la tenue parfaite. Il rendit son verdict après avoir tourné autour d'elle:
_ Tu es magnifique Cora!
_ Vous voulez un paquet cadeau pour votre compagne?
hasarda la vendeuse pour savoir s'il était célibataire.
Nathan fit signe avec ses yeux à Sam de prendre les affaires de Cora qui avaient été abandonnées dans la cabine d'essayage.
_ Hum non ce ne sera pas nécessaire. *Il ouvrit son portefeuille où il ne restait que trois centimes qui se courraient après et fit mine de chercher le bon billet. Quand Sam revint en faisant un clin d'oeil, Nathan releva la tête et prit la main de la princesse.* On va l'emporter, merci bien mesdemoiselles!"
Ils se mirent à courir comme des dératés dans la rue, laissant deux vendeuses de produits de luxe sur le cul. Personne n'ouvrirait une enquête pour une robe à 150 euros.
Quand ils furent sûrs d'être hors de portée, Sam et Nathan s'arrêtèrent sur une petite place, les mains sur les cuisses pour reprendre leur souffle avant de se marrer comme des gamins.
" J'ai faim maintenant.
_ Y'a un marchand de glaces là... Et toi!
*Nathan se redressa vers Cora* Je voudrais que tu portes le butin d'aujourd'hui au petit concert de ce soir. Je te réserve une place au premier rang. *Il sourit ayant espoir que Cora tombe sous le charme après l'avoir vu sur une scène tandis que Sam allait acheter avec son propre argent une glace pour lui et Cora. Quand il revint Nathan fit un geste de croix avec ses doigts.* Hep! on ne mange pas de glace alors qu'on porte une robe à 150 euros!
_ Tiens monsieur se préoccupe soudainement du prix..."

© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]   Aujourd'hui à 18:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme une princesse tombée d'un gratte-ciel... [RP en cours entre Coralie et Nathan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une plume qui tombe du ciel
» une plume tombe du ciel....
» SAGE ☞ je veux pas du ciel comme royaume
» Un ange tombé du ciel ? Soft Fury présentation
» Un ange tombé du ciel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyage dans le temps RPG :: Ici et maintenant (21e siècle) :: Le Quai d'Orsay-
Sauter vers: