Voyage dans le temps RPG
Le temps est une invention de l'Homme, vous savez. Alors autant jouer avec puisque la vie n'a aucun sens... Mais plusieurs. Tenez, des centaines de personnes disparaissent chaque année sans donner d'explications. ça donne la chair de poule, non? Paris est une grande ville. Elle a des projets pour certains de ses habitants. Vous ne me croyez pas? A votre guise... Mais croyez vous vraiment que ce soit le hasard qui vous ait conduit jusqu'ici?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la recherche du pain perdu [Norah et Enzo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amélie
Modératrice du temps
Modératrice du temps
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 21

MessageSujet: A la recherche du pain perdu [Norah et Enzo]   Lun 15 Juil - 22:17

head
A la recherche du pain perdu


6h25, affiche le réveille d'Enzo sur sa table de chevet. Le bras droit tombant vers le sol alors que le jeune homme allongé sur le ventre se réveille. Et pourtant aujourd'hui, Enzo ne travaille pas mais rien à faire, il n'arrive pas à dormir plus longtemps. Et c'est pas faute d'avoir fait la fête toute la nuit. Il s'étonna d'ailleurs qu'il n'y ait aucune fille dans son lit. Il tourna quand même la tête pour vérifier mais personne. "Bon... j'ai été raisonnable pour une fois" se dit-il essayant de se rappeler la soirée. Ah oui, c'est vrai, il était rentré avec Norah. En même temps, il n'y avait pas vraiment de jolie fille à cette fête d'anniversaire ou alors il se les était déjà tapé. Or si Enzo a un principe c'est le suivant : "ne jamais coucher deux fois avec la même fille". C'est une règle d'or. En plus, c'était l'anniversaire d'un ami de Norah plus que celui d'Enzo et il lui avait promis de rester un minimum tranquille. Et il n'avait pas regretté sa promesse en voyant la tête des filles présentes à la soirée. Toutes des intellos à lunettes, enfin, il y en avait peut-être une de pas trop mal, mais elle était avec son mec. Oui, règle numéro deux : "pas de fille déjà en couple", c'est une source d'ennuis après. Et Enzo sait de quoi il parle. Donc pour se consoler du manque de fille, Enzo avait bien picolé et Norah avait du le ramener. C'est d'ailleurs dans ces moments-là qu'Enzo se félicite d'avoir Norah comme amie et comme colocataire. Elle est toujours là pour le ramener de soirée. Et lui pour le coup, il ne se gêne pas pour enchaîner alcool et shit. C'est vrai qu'Enzo a beau être quelqu'un qui contrôle toujours tout et qui aime ça en plus, quand il sait qu'il y a Norah pour s'occuper de lui, il se lâche, et pas qu'un peu. Et ce matin encore, il la remercie pour ça. Mais il est 6h25 et Enzo pense déjà à ce qu'il lui reste à faire pour le label dans lequel il travaille. Insomniac, effectivement. Et hyper-actif en plus, ça n'aide pas. Il se décide enfin à se lever, de toute façon, il n'arrivera pas à se rendormir. Il va dans la salle de bain pour se barbouiller le visage, il enfile un jean et se met à tourner en rond dans le petit appart' qu'il partage avec sa meilleure amie, Norah. Il allume la télé : les dessins animés. Il reste devant dix minutes puis se relève.

« Je ferais bien un truc pour Norah. C'est vrai, ça fait un moment que je ne lui ai pas apporté son petit dèj' au lit. Et puis, c'est une bonne façon de la remercier pour hier »


C'est alors qu'Enzo se dirige vers la cuisine et il lui vient une idée géniale : il pourrait lui faire du pain perdu. Il adorait ça quand il était gosse et Norah aussi, il le savait. En plus avec le vieux pain qu'ils leur restent, c'est parfait ! Il manque juste les oeufs... - Il ouvrit le frigo - ... et le lait aussi. Enzo alla prendre sa montre et l'accrocha à son poignet : 6h42. Norah se lève dans une demie-heure, il a le tend d'aller chercher les ingrédients manquants à la supérette pas loin. Il enfila donc un tee-shirt pour une petite ballade matinale. Mais l'escapade dura un petit plus de temps que prévu. La supérette est fermée le dimanche, il dut aller plus loin. Et bien sure il croisa Jordan, un pote qui lui présenta sa belle soeur, belle brune aux yeux noisettes. Il lui fallut peu de temps pour prendre son numéro, acheter les oeufs et une bric de lait puis revenir à l'appart'. Et quand il arriva, il vit Norah devant les dessins animés avec un bol de céréales. Déçu, il cacha la bric de lait et les oeufs derrière son dos.


« Ah, t'es déjà réveillé ? J'étais parti faire un tour... »


Fiche par Narja pour Never-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu [Norah et Enzo]   Mar 16 Juil - 14:08


A la recherche du pain perdu

Enzo ☂ Norah


Il n'était déjà plus là quand elle se réveilla. Norah resta un long moment dans son lit, en position fœtale. Elle avait tellement bougé qu'il ne lui restait plus qu'un drap enroulé autour de son pied droit. Le réveil sonna une troisième fois et Norah fracassa sa main sur le bouton stop. Elle n'était vraiment pas du matin... En même temps ils s'étaient couchés hyper tard hier soir. La fête avait tourné cours après deux heures car Enzo s'était méchamment bourré la gueule. Elle avait encore du prendre soin de lui et l'empêcher de faire des conneries. Lorsqu'il était saoul il devenait très collant et têtu, elle avait du négocier longtemps avec lui pour le convaincre de rentrer à la maison.
Le brouillard du sommeil se dissipait peu à peu et Norah se rendit compte qu'elle comatait devant le miroir. La tête qu'elle se payait! C'est dans ces moments là qu'elle regrettait de ne pas s'y connaitre en maquillage. Et si elle achetait de l'anti cerne tout à l'heure? Ouais non. Y'a toujours beaucoup trop de choix et la vendeuse de cosmétique la regardait toujours comme si c'était un alien. Non elle ne connaissait pas de crème hydratante et non Norah ne savait pas ce que c'était qu'un gel exfoliant. Au moins elle se préparait rapidement. Après s'être démêlé les cheveux au peigne, elle alla prendre son petit déjeuner. (Comme ça si Enzo rentrait il ne la verrait pas avec sa coupe du matin.)
Elle s'affala donc avec son bol à la main sur le canapé, en t shirt dix fois trop grand pour elle et culotte. Elle n'entendit pas la porte s'ouvrir.
« Ah, t'es déjà réveillé ? J'étais parti faire un tour... »
Norah releva ses yeux couleur chocolat, sa cuillère dans la bouche.
"Hm" marmonna t elle avant de finir sa bouchée. L'étudiante se poussa pour qu'il puisse s’asseoir à côté d'elle. Enzo posa un sac en plastique dans la cuisine ni vu ni connu et quand il se posa à côté de sa meilleure amie, celle ci lui donna un grand coup de poing dans l'épaule.
" Aie mais ça va pas?
_ J'ai encore du te porter hier soir petite larve.
Lui lança de façon très masculine Norah. La prochaine fois tu t'achète un fauteuil roulant, j'en ai marre de faire la capitaine de soirée. Aussitôt dit elle riva son regard vers la télévision d'un air fier et faussement boudeur. C'était vrai que ça l'énervait un peu de devoir faire la maman mais ça lui donnait surtout l'occasion de l'avoir rien que pour elle et ça c'était super. Enzo devenait tout gentil, tout mielleux quand il était défoncé. Il lui disait combien il l'aimait, que c'était une fille super et quelques fois comme hier soir, il lui donnait un petit bisou sur la bouche avant de s'endormir. Pour lui ça ne voulait rien dire, même quand il était dans son état normal, Norah savait qu'elle n'avait pas à se faire d'illusion. C'était quand même agréable... Un sourire se dessina sur son visage sans qu'elle puisse le réprimer. Elle se cacha derrière son bol de céréales, jetant un regard de biais pour voir s'il ne l'avait pas remarqué.
" Il fait beau aujourd'hui on dirait. Qu'est ce qu'on fait? On glande dans le parc?"

© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Amélie
Modératrice du temps
Modératrice du temps
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu [Norah et Enzo]   Mer 17 Juil - 11:15

head
A la recherche du pain perdu


Ah ! Ce qu'il aime être chouchouté ce Enzo, si bien qu'il rit seulement après le serment de Norah.

« Remarque, une chaise roulante, c'est pas une si mauvaise idée. Surtout dans la côte qui même jusqu'à l'apart', ça peut être drôle de te voir galérer à la monter. »


Il rit de bon coeur. La taquiner, il adore ça. Surtout qu'elle est très facile à avoir, elle réagit au quart de tour. Ce petit jeu entre les deux amis c'était installé tout naturellement dès les premiers jours de leur rencontre. Le caractère bien trempé de la jeune fille et l'orgueil du jeune homme ont toujours été de pair. Et pourtant, ils n'ont jamais eu de réelle dispute au point de ne plus vouloir se parler. Des engueulades, ça il y en a eu plus d'une mais toujours après, il se réconciliait. Impossible de rester trop longtemps fâché, et pour cause, ils habitent ensemble. Enzo se complaisait totalement à ce train de vie. Sortir, draguer, choper, faire la fête jusqu'au bout de la nuit... Et quand il rentre chez lui, il sait qu'il ne sera pas seul et qu'il y aura toujours cette fille. Et elle, il en est sûr, ne le laissera pas tout seul, jamais. Elle n'est pas comme toutes les filles qu'il a rencontré, à la moindre petite contrariété, elles s'en vont. Les filles sont réconfortantes dans l'instant mais insupportable à long terme. C'est sa devise. Enfin, quand il dit les filles, il parle de TOUTES les filles sauf Norah, bien entendu. Elle c'est différent, c'est son réconfort permanent. C'est pourquoi il sourit à l'idée de passer une journée tranquille en sa présence.

« Hmm... Le parc, c'est une bonne idée mais tu n'aurais pas envie de partir ? Prendre la voiture et partir de cette ville ? Je ne sais pas où, n'importe où ! »


Décidément, ce mec ne tient pas en place. Mais c'est surtout qu'il avait déjà une idée derrière la tête. Il voulait - ou plutôt devait - aller rendre visite à son père. Ca faisait maintenant presque un an qu'il ne l'avait pas vu et à force de coup de fil de sa grande soeur l'insitant à aller voir leur père, il avait fini par être convaincu. Mais il ne voulait pas y aller tout seul. Et la seule qu'il emmenera toujours avec lui pour voir son père c'est bien Norah. Monsieur Marshall aimait bien Norah, Enzo ne savait pas pourquoi ce vieux bourru l'aimait bien elle. C'était la seule avec qui il parlait sans être désagréable et impoli. Mais bien sur, Enzo ne pouvait pas être directe avec elle et lui dire tout simplement : "je dois aller voir mon père, ça te dit de venir ?". Non, il préférait jouer les aventuriers spontanés, comme il était tout le temps, incapable de dire les choses de façon directe mais toujours de manière détourné. Il attendit alors patiemment qu'elle lui donne une réponse...



Fiche par Narja pour Never-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu [Norah et Enzo]   Dim 28 Juil - 16:59


A la recherche du pain perdu

Enzo ☂ Norah

La perspective de sauter dans la voiture et de partir n'importe où enthousiasmait fortement la petite Norah. C'était aussi pour ça qu'elle l'aimait. On avait beaucoup trop tendance à se laisser mourir à petit feu dans la capitale; métro boulot dodo ce n'était pas qu'une chanson et Enzo la surprenait toujours autant après des années. Elle posa donc rapidement son bol de céréales à moitié plein sur la table basse(elle ne finissait jamais son assiette, picorant de petites doses toute la journée) et se mit debout.
"ça marche! J'vais m'préparer." Annonça t elle avec un joli sourire. Le bol encore plein de lait et de chocopos ramollis avait laissé une trace ronde et blanche sur la table, ce n'était pas encore son jour de ménage alors elle s'en foutait. Zigzaguant entre ses affaires en boule, Norah prit au hasard un petit haut rouge et un short en jean; elle allait partir rapidement quand son attention fut happée par une petite robe d'été verte pale. Elle était le seul vêtement à être sur un cintre sur le porte manteau de sa porte de chambre, la narguant. Qu'est ce qui lui avait pris d'acheter un truc pareil elle qui ne mettait que des trucs pratiques et sans froufrous? Des habits comme ça, elle en avait plein qui s'entassaient au fond de son armoire; sur le coup, dans le magasin  ça paraissait être LA bonne idée pour paraître enfin féminine et puis une fois rentrée chez elle, le deuxième essayage dans la salle de bain était fatal. Elle se sentait mal à l'aise et ridicule. Norah fixa la robe comme un ennemi avant de chopper le cintre et de l'embarquer avec elle.
Quinze minutes plus tard montre en main, Norah descendait les escaliers menant jusqu'au parking souterrain de leur immeuble. Elle avait fermé derrière elle, et connaissant Enzo, avait pris un peu d'argent au cas où il faudrait faire le plein avant de partir. Il était adossé à la voiture, faisant tourner son jeu de clés autour de son index. Le coeur de l'étudiante se crispa nerveusement lorsqu'Enzo releva les yeux vers elle intrigué. Elle fit la moue avant de faire le tour pour grimper à l'avant: "Quoi? T'as jamais vu de robe de ta vie?" Il avait beau faire plus frais dans le parking, on étouffait d'une autre manière avec les diverses odeurs de pot d'échappement. C'est pour cela que Norah n'ouvrit grand sa fenêtre qu'une fois dehors. Un regard sur la jauge lui confirma qu'il faudrait passer par la station d'essence avant de quitter la ville. Tandis qu'Enzo râlait car il n'avait pas assez d'argent sur lui, elle agita son portemonnaie, ses pièces tintant joyeusement. Norah pouffa de rire avant de mettre de la musique " Qu'est ce que tu ferais sans moi? *Leurs regards se croisèrent dans le rétroviseur. Ils se rappelèrent d'une discussion qu'ils avaient eu sur leur avenir en même temps, ce qui fit lever les yeux au ciel à la jeune femme.* Ouais d'accord, tu te serais démerdé pour pomper du fric à une riche et belle femme. N'empêche il vaut mieux garder ta vocation de gigolo en plan B non?  Va dans la file de droite, c'est plus rapide d'aller au Total de la rue Jaurès. " Un taxi leur fit une magnifique queue de poisson et Norah passa sa tête en dehors de la voiture pour lui faire un bras d'honneur auquel le chauffeur répondit par un klaxon. "Quels cons ces taxis..." Marmonna t elle. "Si y'a bien un métier que je ferais jamais même si je foire mon école, c'est chauffeur de taxi!" Enzo la taquina sur le fait qu'elle avait pourtant déjà la bonne attitude au volant, ce qui la dérida. A la station service, pendant qu'il remplissait le réservoir, une petite minette sortit de sa voiture juste à côté d'eux. Norah remarqua le petit manège entre Enzo et elle, ce jeu de regards qui n'en finissait jamais alors qu'elle même attendait dans la chaleur de la voiture... Alors que la jeune femme se dirigea d'un air fier, perchée sur ses hauts talons vers Enzo, Norah mit la musique à fond. Cela fit sursauter l'inconnue et Norah sortit de la voiture en dansant à côté d'Enzo, reprenant son attention. Il rit ce qui fit ressortir sa jolie fossette et Norah continua son cirque, remuant les pans de sa robe en rythme. La pétasse remit ses lunettes de soleil et fit demi tour d'un air pincé. Le sourire de Norah revint. Elle ne pouvait pas faire ça pour toutes les greluches mais ça pour une de temps en temps, Enzo ne remarquait rien... Et voilà qu'un touriste à côté tapait dans ses mains en regardant Norah. Celle ci se dit qu'il devait la trouver ridicule, ne comprenant pas qu'elle était particulièrement attirante. Après tout, elle s'en fichait. Il n'y avait qu'eux deux dans la station service, les autres ne comptaient pas.
Après avoir réglé le gérant et baissé légèrement le volume sonore, Norah reposa sa tête sur son siège, profitant du vent qu'apportait sa fenêtre baissée. Gardant les yeux fermés, elle demanda au conducteur " J'aimerais bien qu'on aille en Italie. *marque une pause* Mais puisque je dois être à Paris demain à 18h pour mon cours de tragédie grecque, j'imagine que ce n'est pas là où tu m’emmènes. *Rouvrant un oeil, elle reconnut la route et esquissa un sourire, reprenant doucement* On aurait peut être du amener une bricole pour ton père, ça ne se fait pas de débarquer chez les gens les mains vides."
© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Amélie
Modératrice du temps
Modératrice du temps
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu [Norah et Enzo]   Jeu 1 Aoû - 21:11

head
A la recherche du pain perdu


Le voyage en voiture se passa plutôt bien. Au début, Enzo se demanda à quoi Norah jouait avec cette tenue si féminine - même si il la trouvait très jolie dedans - qui ne lui ressemblait pas. Mais il la retrouva vite lorsqu'elle se mit à hurler au chauffeur qui venait de leur faire une queue de poisson. "Ah ! C'est bien ma Norah ça !" c'était-il dit en la voyant brandir un bras d'honneur par la fenêtre du véhicule. Très vite, les deux amis reprirent leurs taquineries et autres plaisanteries. C'est vrai qu'il ne savait pas du tout ce qu'il ferait sans elle... Il se sentirait bien seul tout de même. Il aimait tellement l'avoir à ses côtés en cas de besoins. Oui, Norah était plus un besoins pour Enzo qu'autre chose. Mais ça il ne se l'avouait pas. Il préférait ne pas mettre d'étiquette : amie, soeur, petite copine... A quoi bon ! Elle était là, avec lui, et puis c'est tout. Et il se voyait très bien finir le reste de sa vie de cette manière, il ne voulait surtout pas en changer. Elle, si. C'était le problème. Et il le savait au fond de lui qu'un jour, elle en aura marre de cette vie, sans mot pour décrire une relation pourtant si forte, sans projet, sans avancement, sans changement. Ces pensées qu'il avait à propos de Norah se confirmèrent lorsqu'à la station essence, elle joua son petit numéro devant la petite nénette que Enzo prenait un malin plaisir à reluquer. Bon, d'accord, il le savait que ça l'agaçait au plus profond d'elle-même. Mais il savait qu'elle ne dira jamais rien de plus que son petit jeu à la con pour se faire remarquer. Et ça le convenait parfaitement. Retardant au plus loin le jour où elle se décidera à réagir. Enzo était comme ça même s'il était conscient que son égoïsme était un défaut des plus perfides. Mais il n'y changera rien. C'était peut-être son côté le plus détestable et d'ailleurs, il se demandait toujours comment Norah pouvait rester avec un type comme lui. Un autre défaut qu'avait Enzo : le très peu de confiance en lui. C'est pour ça en partie qu'il ne s'engageait jamais avec une femme, sauf Norah.

La deuxième partie du voyage fut plus silencieux. Enfin, Enzo était plus silencieux... Il écoutait Norah raconter un tas de chose, parler d'Italie, de voyage, de ses rêves. Il ne l'écoutait d'ailleurs que d'une oreille car lui aussi était plongé dans ses pensées (mais silencieuses pour lui, les pensées parlantes étaient réservées à Norah). Il pensa à sa grande soeur qu'il avait régulièrement au téléphone avec ses 2 marmots et son maris, enfin son compagnon, ils attendaient d'avoir assez d'argent de côté pour faire un grand et beau mariage où ils réuniraient toute leur famille et leurs amis. Elle avait choisi ce train de vie là : les enfants, la maison et le mariage ensuite, dans l'ordre de ses priorités (bien que les enfants ne devaient pas arriver si vite, mais ça, c'est la seule chose qu'elle n'avait pas pu choisir). Il aurait bien aimé qu'elle soit chez son père ce dimanche d'ailleurs, ça aurait évité à Norah de subir le dimanche le plus ennuyeux du monde avec un vieux grincheux au penchant très dirigé vers le whisky.

« On aurait peut être du amener une bricole pour ton père, ça ne se fait pas de débarquer chez les gens les mains vides. »


Enzo haussa les épaules. Répondant un petit "trop tard" sans grand enthousiasme. Et puis, qu'est-ce qu'il aurait pu lui ramener de toute façon. Il n'aimait rien. Allergique aux fleurs et le chocolat le rend malade. Quand à une pâtisserie achetée en boulangerie, Enzo s'était déjà risqué à lui en apporter une forcer par Norah un jour, il avait répondu qu'il avait horreur de la poire et ne l'avait même pas goûté. Alors à quoi bon s'emmerder à lui chercher un petit truc si c'est pour lui donner une autre occasion pour ronchonner. Tout ce que Enzo désirait c'était que cette après-midi passe le plus vite possible en espérant qu'il n'ait pas à parler trop à son père et que Norah s'occupe de la conversation. Ce qu'elle faisait. A chaque fois. Ils finirent par arriver en banlieu Parisienne chez le père Marshall. Norah et Enzo sortirent de la voiture et alors que Norah s'avança vers l'entrée du petit pavillon de Monsieur Marshall, Enzo resta appuyé sur sa voiture en soupirant. Norah revint sur ses pas pour arriver à la hauteur se Enzo et lui prit sa main, qui voulait dire : "ça va aller !". Et c'est alors que même en y allant en reculons, ils finirent devant la porte d'entrée attendant que quelqu'un ouvre.

« Ah. Vous êtes enfin là. Je croyais que vous arriveriez au moins pour le déjeuner.Tu aurais pu prévenir Enzo. C'est la moindre des choses »


Et c'était partie pour le premier reproche de la journée. Enzo ne répondit rien, gardant son calme pour le moment. Qu'est-ce que ça aurait changé qu'il lui dise l'heure à laquelle il arriverait, vu l'état de la maison. Ils n'avaient rien rangé, pas fait la vaisselle. Il savait que s'ils étaient arrivés pour déjeuner, il aurait aussi grogné parce que il n'aurait rien préparé à manger, qu'il fallait prévenir et blablabla... Et s'il l'avait prévenu, il aurait sans doute trouvé une excuse pour ne pas qu'il vienne : "je suis très fatigué, je dois allez chez le médecin le lendemain...". Remarque, ça lui aurait éviter un allez/retour pour rien.

« Alors ma petite Norah, comment tu vas depuis la dernière fois ? Je vois que tu ne manques aucune occasion de venir rendre visite à un vieux sénile comme moi ! Dis-moi, tu n'en as pas marre d'attendre qu'Enzo se décide à t'épouser ? Tu ferais mieux de te trouver un gars un peu moins indécis et plus responsable. »


«Papa, commence pas ! Et arrête de l'embêter, tu veux. »


Ils étaient tous les trois assis dans la petite pièce à vivre avec des magazines un peu partout, de la vaisselle qui traînait sur la table et des bouteilles vides près du canapé. Bien sure, M. Marshall n'eut pas l'obligeance de leur proposer à boire si bien que Enzo se leva pour aller préparer un thé. En profitant qu'il soit seul à seul avec Norah, le père la fixa comme si il attendait une réponse ou une réaction de sa part.



Fiche par Narja pour Never-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu [Norah et Enzo]   Sam 3 Aoû - 23:31


A la recherche du pain perdu

Enzo ☂ Norah

Elle avait laissé s'échapper un petit rire à l'idée saugrenue d'un Enzo marié. S'il y avait bien quelque chose qui le faisait fuir c'était l'engagement. Elle aussi ça la faisait fuir d'une certaine manière, elle en rêvait béatement toute l'année et au moment où il fallait agir elle angoissait à l'idée que ses envies puissent devenir réalité.
Quand on arrêta enfin de se regarder en chien de faïence, Norah prit la parole. Elle avait laissé un battement pour offrir une chance à Enzo d'entamer la conversation pour une fois. Il s'était contenté de balayer le bordel de la pièce d'un regard agacé... Et il évitait soigneusement de la regarder elle, car il savait bien qu'elle lui enverrait plein de signaux pour lui dire d'être indulgent. Cela l'attristait qu'il entretienne des relations aussi foireuses avec son père, car même s'il ne l'admettrait jamais, il en souffrait. Norah était une vraie éponge émotionnelle et se montrait toujours affreusement perspicace sur ce plan là. Elle était bien placée pour connaitre la complexité des rapports familiaux avec sa famille de divorcés. Son enfance entière elle l'avait passée à jouer l'arbitre entre son père et sa mère. Essayant de prendre le plus possible sur elle pour que son petit frère ne souffre pas. (ce n'était pas possible mais qu'il souffre au moins... un peu moins qu'elle lui suffisait.) Sa mère, ils avaient du la ramasser à la petite cuillère après la séparation. Leur appartement était devenu immonde, sa mère ayant définitivement abandonné le ménage et les repas à heure fixe. Les rôles s'étaient échangés depuis lors à la maison, Norah s'occupant de sa mère et sa maman jouant la meilleure copine avec ses enfants. Il ne fallait pas tout mélanger, Norah aimait de tout son coeur sa famille proche qui tenait une place importante dans sa vie et ne remettrait jamais en question cet amour... Cependant elle en voulait à ses parents de s'être comportés aussi égoïstement. Du coup elle s'éloignait d'eux une fois adulte et était aussi paumée niveau famille qu'Enzo. C'était aussi pour ça qu'ils se sentaient aussi bien en collocation; déçus par leur sang, ils s'étaient forgés un petit cocon irréel avec une personne qui ne les trahirait pas.
" Mais moi je n'aime pas les mecs responsables monsieur Marshall." Un sourire malicieux acheva sa phrase et dérida quelque peu le père. " Et vous comment allez vous?
_ Oh tu sais... Je ne fais pas grand chose de mes journées. On me laisse crever en banlieue, c'est la vie. Une fois qu'on est trop vieux, nos enfants ne viennent plus aussi souvent qu'on pourrait l'espérer. *Norah entendit la vaisselle tinter plus fort dans la cuisine et se redressa pour faire diversion afin que le père ne remarque pas Enzo* Parle moi de toi plutôt! Comment se passent tes cours?
_ Très bien... La semaine dernière j'ai fait le mime devant la pyramide du Louvre, c'était très drôle. J'espère dégotter la moyenne avec ça..."

Le regard de la belle suivit Enzo qui arrivait avec un petit plateau goûter qu'il venait de laver lui même. Norah poussa la plante pour faire de la place sur la table basse et l'on servit tout le monde.
Ce fut le moment d'échanger des banalités. Plein de banalités. ça n'embêtait pas Norah de faire quasiment la conversation seule, elle voyait ça comme une mission pour maintenir une bonne atmosphère., c'était sa tirade du jour sur ce monde qui n'était qu'une scène. Elle trempait les lèvres dans le thé pour se donner bonne contenance quand soudain elle se rendit compte avec effroi qu'elle avait gardé depuis son arrivée les jambes bien écartées. Refermant à vitesse grand V ses genoux, se cognant au passage, l'étudiante détourna le regard un bref instant pour se maudire intérieurement. Une dame n'écarte pas les jambes avec une robe! Putain la dégaine de camionneur! Comment voulait elle qu'Enzo la trouve féminine après ça? En tout cas les deux hommes eurent la délicatesse de ne rien laisser transparaitre. Norah reprit du bout des doigts sa tasse, levant légèrement le petit doigt pour contrebalancer son attitude passée et détailla un peu le père et le fils. Malgré son caractère pénible, monsieur Marshall avait bon fond et c'était tout ce qui importait à Norah. Elle s'amusait à comparer son visage avec celui d'Enzo, analysant ce qui venait de lui ou pas. Il avait le même regard dur et beau à la fois que son fils et son timbre de voix reprenait quelques intonations similaires. Sortant de sa rêverie, Norah remarqua que le silence régnait à nouveau.
"Et les préparatifs du mariage avancent bien pour votre fille?" Demanda t elle distraitement sans écouter la réponse. Le quinquagénaire répondit en se levant, sur le chemin des toilettes. Quand il eut le dos tourné Norah taquina son meilleur ami en prenant un air idiot tout bas: "Mais oui c'est quand qu'on se marie dis moi? Tu m'achèteras une belle robe de dentelles et on se dira oui sur une plage devant un cureton? " Se retenant de rire, Norah mit sa main sur sa bouche, elle aimait bien le titiller sur leur relation. C'étaient ses réponses qui faisaient office de douche froide parfois quand il ne plaisantait plus. Elle vit qu'il faisait plus ou moins la tête alors elle lui tira la joue: "Rho allez... Je plaisante. Souris. C'est pas compliqué regarde *Elle le fit* Si ça t'embête de sourire chez ton paternel, dis toi que c'est un spasme." Une fois le sourire arraché, Norah eut un air victorieux si bien que monsieur Marshall se demanda pourquoi à son retour.
© MISE EN PAGE PAR IMWITHSTOOPID D'ARTSOUL


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche du pain perdu [Norah et Enzo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche du pain perdu [Norah et Enzo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche du souvenir perdu, ou quand ce n'est plus un trou de mémoire, mais carrément le grand canyon ! [Adélaïde... et autres ?]
» A la recherche du temps perdu
» [Terminé - Rude an 6]A la Recherche du Chemin Perdu
» A la recherche du grimoire perdu
» A la recherche du pyjama perdu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyage dans le temps RPG :: Ici et maintenant (21e siècle) :: Les rues de Paris-
Sauter vers: