Voyage dans le temps RPG
Le temps est une invention de l'Homme, vous savez. Alors autant jouer avec puisque la vie n'a aucun sens... Mais plusieurs. Tenez, des centaines de personnes disparaissent chaque année sans donner d'explications. ça donne la chair de poule, non? Paris est une grande ville. Elle a des projets pour certains de ses habitants. Vous ne me croyez pas? A votre guise... Mais croyez vous vraiment que ce soit le hasard qui vous ait conduit jusqu'ici?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Jeu 18 Juil - 15:30




 Pour l'amour d'une reine


Les rues étaient plus crasseuses encore que d'habitude et Adèle râlait intérieurement. Pourquoi devait elle faire les petites courses personnelles de la reine à la cour des miracles? Elle était mousquetaire parbleu! Pas dame de chambre! Et puis qu'est ce que c'était que cette idée saugrenue de faire quérir un aphrodisiaque pour s'attacher les faveurs du roi au lit? Avait elle peur de se faire détrôner par une jeune pucelle pas aussi chaste qu'il n'y paraissait? Le roi avait toujours eu nombre de maitresses, c'était un fait avéré mais la reine n'avait rien à craindre. Elle était passée de dame de compagnie de la précédente favorite Madame de Montespan à reine s'étant mariée en secret avec Louis. Elle pouvait bien tolérer quelques écarts de conduite de la part de notre chaude majesté... Enfin... Pour tout ce qui était sexuel, Adèle n'y connaissait rien. Tout ce qu'elle savait c'était que la reine avait demandé à son oncle, le chef des mousquetaires, d'envoyer quelqu'un de confiance incognito à la cour des miracles pour lui acheter l'aliment interdit. La mousquetaire trouvait tout cela ridicule. Comment un peu de gingembre ou autres mixtures pouvaient ensorceler un homme? De plus, mettre dans la nourriture du roi quelque chose qui venait des basfonds de Paris était très dangereux. La Montespan s'y était essayé et regardez comment elle a fini avec le scandale des poisons.
Un homme édenté bouscula violemment Adèle sans s'excuser. Elle le regarda partir, se mordant la lèvre pour ne pas lui gueuler dessus, son épaule lui brûlait à présent. La jeune marquise s'était déguisée dans de vieux tissus gris, un chapeau difforme de paysan sur la tête, dissimulant ses longs cheveux ébène. Elle avait l'air d'un jeune garçon efféminé, mais quiconque essaierait de lui voler sa bourse tâterait de son épée.
Où pouvait on trouver des aphrodisiaques? Adèle tourna et retourna sa tête sans succès. Des bohémiennes dansaient nus pieds, laissant voir leur longues jambes et leur gorge généreuse jusqu'à ce qu'un vieux porc veuille toucher la marchandise et que ça ne tourne à l'esclandre. Des roulottes laissaient entrevoir multitude de fioles toutes plus louches les unes que les autres. Les marchands sans papier criaient avec de forts accents "venez voir ma potion qui guérit tout!" ou encore "serpent séché, serpent séché, ça redonne de la force à votre mari au plumard!". Adèle décida de faire une fois le tour de la cour pour se faire une idée des produits. Son regard vert émeraude fut attiré par un épais rideau que quelques personnes passaient mystérieusement. Une boutique clandestine? Adèle s'y aventura prudemment, la main rivée sur son épée.

Adèle• les jumeaux Eiréné

fiche par romane de artsoul
fiche par romane, disponible sur artsoul


Dernière édition par Tess le Ven 1 Nov - 15:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Ven 19 Juil - 7:51

Un épais rideau de velours sombre et élimé cachait le commerce, bien connu pourtant, des jumeaux Eiréné. Une longue table en pierres supportait de multiples potions, des grimoires, des armes dégoulinante de poisons aussi fourbes les uns que les autres. Des poufs permettaient de s’affaler et de boire autant que voulu et cinq hamacs colorés et crasseux étaient suspendus au-dessus de l'étalage.
Une jeune fille blonde faisait les yeux doux à un pigeon venu chercher une potion de chance. Il lui tendit une bourse tintant sans se douter d'acheter une simple infusion de réglisse... L'homme sortit le sourire aux lèvres et Evangélyne grimpa avec agilité dans un hamac où son frère, aussi grand que frêle, était étendu et dormait.
-Digory ! Digory réveille-toi, fit-elle en le secouant.
Il ouvrit les yeux et se redressa en poussant un long soupire de fatigue... Il regarda sa jeune soeur tendrement et descendit attendre le prochain client. Evangélyne prit sa place dans la couche de fortune et attendit que le temps passe.
-Le client se fait rare frangine...
-Tu as bien raison mais nous n'avons pas le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Ven 19 Juil - 16:50




 Pour l'amour d'une reine


Il faisait gris dehors et de temps à autres le crachat parisien vous arrosait le visage de minuscules gouttes de pluie qui vous frigorifiaient. En entrant dans cette boutique de seconde zone, ce qui nous frappait était la luminosité bien différente comparée à l'extérieur. Il y faisait plus chaud, sans doute grâce à la chaleur humaine des clients. Tout semblait plus calme... ou en tout cas l'on baignait dans une ambiance différente. C'était la première fois qu'Adèle entrait dans un tel établissement. Les rares fois où elle s'était rendue à la cour des miracles, elle était au milieu des mousquetaires et ils ne restaient jamais longtemps par peur d'attraper des maladies. Lorsqu'elle eut relevé le rideau, deux frimousses apparurent derrière le comptoir. Adèle garda précautionneusement sa main sur le pommeau de son mousquet. On ne savait jamais. Son regard gris-vert se balada sur les rayons, un peu perdu. Il n'y avait aucun écriteau pour indiquer aux clients de quoi il s'agissait... Tout était fait pour qu'on adresse la parole aux jeunes marchands et cela ne plaisait pas à la marquise. Soudain une pensée traversa son esprit: personne ne savait lire dans ce coin de la ville. Quelle idiote elle faisait...
La voyant vagabonder entre les fioles jaunâtres, grisâtres et rougeâtres, un jeune homme lui demanda s'il pouvait l'aider. Le marchand ne devait pas être bien plus jeune qu'elle... Peut être avaient ils un an de différence. C'était triste de voir que des jeunes devaient apprendre à survivre tous seuls à la cour des miracles. Adèle se sentait chanceuse malgré touts les problèmes familiaux, d'être née marquise. Elle aussi devait gagner son pain quotidien en travaillant et en ayant des secrets, mais elle n'avait sans doute pas connu la moitié des problèmes qu'avaient connu le petit peuple. Elle s'avança, la tête droite vers Digory et eut un petit regard intrigué pour la femme perchée tel un chat toisant les passants:" Je recherche un produit spécial. *Adèle regarda autour d'elle, heureusement il n'y avait pas de témoins* Un produit interdit. *les jumeaux se regardèrent l'oeil avide. Ils nièrent avoir des produits illégaux mais Adèle insista et on lui fit comprendre à demi mots qu'elle allait devoir mettre le prix.* L'argent n'est pas un problème. *continua t elle* Je recherche un aphrodisiaque puissant. Suis je au bon endroit?" La mousquetaire était bonne pour cerner les gens et elle comprit immédiatement que si elle ne se montrait pas prudente, elle se ferait couillonner très rapidement par ses interlocuteurs qui semblaient plus intelligents que la moyenne. Une fois qu'on lui eut présenté les meilleurs aphrodisiaques sur le marché, Adèle lança un regard méfiant à Digory: "Comment puis je être certain que c'est efficace?
_ Monsieur... *Il eut un air amusé en employant ce terme. Se doutait il de son véritable sexe? Peu importe, Adèle ne remettrait jamais les pieds ici de toute manière.* sera ravi d'apprendre que nos aphrodisiaques marchent à la perfection....

En un quart de secondes, Adèle sortit sa lame et tenait à sa merci Digory, pouvant lui trancher la gorge à tout instant.
_ Je n'ai que faire de vos belles paroles souillon. Me prenez vous pour un sot? Bon nombre de poisons sont vendus comme aphrodisiaques. Je ne peux pas me permettre que votre mixture tue mon maitre est bien clair? Prouvez moi qu'à défaut de rendre amoureux, ce n'est pas dangereux." Elle avait parlé calmement mais fermement. Adèle avait le sang chaud et n'avait pas trouvé mieux pour vérifier la teneur de la fiole. Elle n'avait aucune envie de risquer la vie d'un gouteur du roi pour une bêtise pareille. Si les jumeaux étaient des escrocs empoisonneurs, ils le paieraient sur l'instant. Adèle était fine lame.

Adèle• les jumeaux Eiréné

fiche par romane de artsoul
fiche par romane, disponible sur artsoul

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Dim 21 Juil - 19:38

(Encore désolée ^^ Je recommence le RP du début ^^)

Le jumeau sourit et ne pipa mot. Il riait intérieurement que quelqu'un ait l'audace de lui faire l'affront de le menacer d'une lame. Il soupira et ferma les yeux quelques secondes et attendit le sourire moqueur en étendard sur ses lèvres.
Evangélyne toisa de ses yeux bleu la personne qui menaçait sa moitié. Dans un silence et une légèreté déconcertante, elle sauta de son perchoir et saisit la lame d'Adèle. La jumelle se plaça devant son frère et observa sous toutes ses coutures la lame brillante de la mousquetaire. Elle se risqua à la toucher du bout des doigts...
-Digory, cher frère, te rends-tu compte de qui nous accueillons dans notre "honnête" échoppe ?
Elle montra du doigt le haut de l'arme. Un tout petit poinçon témoignait de son origine de fabrication, autrement dire, les forges du roi.
-Un mousquetaire ? Tiens donc comme c'est original, lança Digory avec espièglerie.
Il poussa sa soeur gentiment et dévisagea Adèle.
-Dis-moi donc jeune mousquetaire... Tu es bien petit, bien mince et...
Il la saisit par le menton et le souleva pour mieux le voir.
-... tes traits sont si fins et féminins.
Un sourire vainqueur le prit. Sa soeur renchérit.
-Sans oublier que votre voix est si douce et haut perchée. Peu d'hommes parlent ainsi.
Digory se recula et éclata de rire.
-Voici donc que la noblesse féminine s'invite chez nous déguisée en un vulgaire paysan et je passe outre le fait que vous faites partie des mousquetaires demoiselle.
Il redevint aussitôt sérieux et ni sa voix ni son visage ne portaient à la plaisanterie.
-Que faites-vous ici ? Vous voulez nous envoyer au bûché ?
Revenir en haut Aller en bas
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Lun 22 Juil - 17:35

(y'a pas de souci, merci d'avoir rectifié^^)




 Pour l'amour d'une reine


Adèle ne s'attendait pas à ce que la jeune femme sache également se servir de ses poings. Elle avait fait un saut prodigieux du haut de son hamac crasseux. Se faire dérober sa lame était une honte chez les mousquetaires, aussi, Adèle avait fait quelques tentatives de la main pour la récupérer. Sans succès. Les parisiens de la cour des miracles étaient de vrais serpents. Si elle l'avait défié dans les règles de l'art, sa tête serait déjà au bout de son épée à l'heure qu'il est. C'est le coeur gonflé de rage et de honte d'avoir été aussi facilement découverte qu'elle repoussa la main de Digory qui avait empoigné son menton, le gratifiant d'un regard assassin. Comment connaissaient ils l'estampe des mousquetaires? Ces deux là étaient vraiment ingénieux... Et l'ingéniosité de la part de ses ennemis devenait dangerosité. Adèle n'aurait jamais pensé à dissimuler la marque de fabrique du bon forgeron de la garde royale. Cette expédition tournant à la catastrophe, Adèle dissimula comme elle pouvait son trouble. Ses origines nobles lui permettaient de garder contenance, elle avait un égo qui se respectait et c'est donc avec fierté qu'elle sourit. Cela troubla ses adversaires. Il lui parlait de bûcher alors que s'il la dénonçait c'est elle qui finirait décapitée. (Privilège de marquise, elle ne finirait pas pendue comme un vulgaire rustre au moins....) La mousquetaire travestie soutint leur regard à tous les deux et fit une petite révérence: " Noble peut être. Ou voleuse de mousquet? Qu'en savez vous? *s'adressant soudain à Evangélyne* Vous n'allez pas me reprocher de me travestir, si vous vivez à la cour des miracles vous savez combien il est dangereux d'être une femme. *reportant son regard sur Digory* Si je voulais votre perte vous seriez déjà morts. Je viens seulement faire des affaires honnêtes. Peut être ne connaissez vous pas ce mot. Il est naturel de vérifier ses achats. *Elle tendit sa main vers Evangélyne pour récupérer sa lame et se heurta à son regard froid* Je ne vais plus vous attaquer soyez tranquilles. *Adèle agita ses doigts d'impatience* J'ai eu du mal à voler cette épée alors pour votre sécurité je vous conseille de me la rendre." Evangélyne finit par céder, Adèle n'avait en effet pas l'air de vouloir les blesser. La mousquetaire gardait précieusement son secret et avait quelque peu embrouillé les jumeaux. Et bien qu'elle s'en méfie, elle leur devait la vie, ils auraient pu profiter de son désarmement et ils ne l'avaient pas fait. La belle brune fit quelques pas, caressant du bout des doigts les fioles poussiéreuses des étagères. "Le temps est précieux, pouvez vous nous en faire gagner en me prouvant que vos mixtures ne sont pas mortelles ou pas?"

Adèle• les jumeaux Eiréné

fiche par romane de artsoul
fiche par romane, disponible sur artsoul

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Mer 24 Juil - 19:49

(merci ^^ PS : Je savais pour le châtiment ^^)

Le jumeau soupira longuement et s'adossa contre la table qui servait de présentoir. Il passa rapidement sa main dans ses cheveux.
-Hélas il n'y a qu'un seul moyen, tester nos produits mais je pense que les prix ne sont pas accessibles à une voleuse de lames, fit-il sur un ton joueur.
Evangélyne n'aimait pas la manière dont la jeune femme avait eu de justifier son déguisement et sa critique sur leur échoppe. Tout ceci portait à croire qu'elle ne savait pas ce qu'était de vivre à la cour des miracles. Elle lança un regard noir à Adèle et marmonna un vague "J'ai besoin d'aller faire un tour". Elle poussa violemment le rideau et disparut entre l'amas de commerces.
Digory regarda sa jumelle sortir et se concentra de nouveau sur la situation actuelle.
-Bien puisque vous ne pourrez pas payer alors autant vous en allez.
Il rangea rapidement tous les produits et s'assit dans un gros pouf démonté et abîmé et se mit à scruter ses mains las de tout....
Revenir en haut Aller en bas
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Dim 28 Juil - 17:24




 Pour l'amour d'une reine


Adèle suivit du regard la jeune femme qui avait manqué de la bousculer en sortant, ne comprenant pas sa réaction. Elle ne lui avait même pas laissé l'occasion de répondre... Et voilà que l'autre jumeau rangeait toutes les fioles! La marquise respira un grand coup, irritée et posa sa main sur l'épaule de Digory, agitant de son autre main son épaisse bourse. Les pièces tintèrent joyeusement, à vue d'oeil il y avait au moins 400 louis si ce n'est plus. Lorsque l'empoisonneur voulut saisir la bourse d'Adèle, celle ci la mit hors de portée du jeune homme. "Je n'ai jamais dis que je venais ici en mon nom monsieur. Ma maîtresse est assez riche pour que vous mangiez à votre faim vous et votre soeur pendant un mois. *Elle marqua une pause, affrontant du regard Digory* Pouvons nous passez aux choses sérieuses?" Le jumeau se releva doucement, laissant planer le doute. Adèle espéra que celui ci ne l'enjoigne pas à s'en aller car elle était assez fatiguée et impatiente. Combien de temps avait elle déjà perdu aujourd'hui alors qu'elle aurait pu s'entrainer à la caserne? Adèle ne se sentait pas de recommencer ce petit jeu avec un autre marchand d'aphrodisiaques, elle n'aurait droit qu'à une seule chance, ne voulant pas se faire remarquer. C'est donc avec une joie dissimulée qu'elle constata que le jumeau capitulait face à tant d'or. En même temps un bohémien ne pouvait pas s'offrir le luxe de refuser se dit elle. Elle examina un bref instant le visage de son interlocuteur, il était émacié. Depuis combien de temps n'avait il pas pris de repas?
Adèle dut choisir entre plusieurs fioles colorées après que Digory les ait lui même avalé. Il n'était pas tombé raide mort, c'était déjà ça. Alors qu'elle réfléchissait, la mousquetaire remarqua qu'Evangélyne n'était toujours pas revenue. Elle demanda distraitement " Ais je offensé votre soeur sans le vouloir?"

Adèle• les jumeaux Eiréné

fiche par romane de artsoul
fiche par romane, disponible sur artsoul

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Dim 28 Juil - 17:51

Il avalait les potions à contre-effets de celles qui l'avaient goûtés pour satisfaire l'acheteuse. Il grimaça , jeta les fioles vides et leva les yeux vers Adèle quand elle s'adressa à lui. Il lui sourit et se redressa pour s'appuyer contre le mur du petit commerce.
-Oh ne vous en faites pas pour Evangélyne. Elle a mauvais caractère et n'a surement pas apprécié du tout l'affront que vous lui faisiez en disant que les femmes risquaient gros ici. Les seules craignant quelques choses sont les filles perdues et faciles. Ma jumelle a plutôt une tendance à faire peur aux bougres s'approchant trop d'elle.
Il s'approcha du comptoir et rangea toutes les fioles d’élixir dans un grand tissus blanc pour les protéger des chocs. Il finit le paquet et lui tendit. Une fois l'argent empoché il le rangea dans un boîte en bois brun cachée sous l'étalage... Sa moitié se décida enfin à faire sa réapparition cinq minutes plus tard et jeta un regard froid à l'acheteuse avant de remonter dans son perchoir sans plus de cérémonie.
-Bien sur ce il est temps que vous partiez. Nous vous remercions de votre visite, fit chaleureusement le jumeau en lui montrant la sortie.
-J'oubliais ! S'il y a un problème avec nos produits eh bien nous nous ferons un plaisir d'y remédier ma foi.
Quand Adèle fut enfin sortie Digory monta rejoindre sa soeur. La journée de labeur était enfin finie pour eux deux. Il s'allongea à côté d'Evangélyne et tenta de lui remonter le moral. Autant l'un que l'autre la fatigue s'empara d'eux rapidement et ils s'endormirent...
Revenir en haut Aller en bas
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Lun 29 Juil - 21:22




 Pour l'amour d'une reine


Cela l'avait fait sourire de savoir qu'Evangélyne savait se faire respecter de ces messieurs aux mains baladeuses. En d'autres circonstances elles auraient pu devenir amies, ayant autant l'une que l'autre un caractère bien trempé. Adèle inclina sa tête respectueusement avant de sortir et de remettre son chapeau noir difforme, c'était devenu un automatisme à force d'aller et venir à la cour
"J'oubliais ! S'il y a un problème avec nos produits eh bien nous nous ferons un plaisir d'y remédier ma foi.
Sur le pas de la porte, Adèle rentra uniquement sa tête dans la boutique et lui fit un signe de la main:
_ J'espère bien. Mais cela vaut mieux pour tout le monde qu'il n'y ait pas de problème." Elle assena sa phrase d'un regard vert autoritaire limpide avant de se faire emporter par le mouvement de la rue. Les passants marchaient bien vite tout à coup... La marquise réajusta ses fioles tout juste achetées dans sa sacoche; cela aurait été bien stupide de se les faire voler en sortant du magasin. Il n'y avait plus qu'à prendre deux fois à droite et elle retrouverait derrière une carriole abandonnée son cheval noir qui devait s'impatienter. Un enfant habillé de loques s'était proposé de garder sa monture pour seulement 2 sous, Adèle avait accepté face aux grands yeux bleus du gamin. En revenant sur place, il n'y avait plus ni carriole, ni cheval ni enfant. Adèle resta figée sur place en clignant des yeux bêtement avant de faire les cent pas en regardant partout, comme si elle aurait pu retrouver son fidèle destrier caché sous un pavé. La mousquetaire serra son poing si fort que ses ongles traversèrent son gant. Elle se sentait conne et épuisée par la journée qu'elle venait de passer. Ne restait il aucun homme honnête à Paris? La ruelle étant déserte, Adèle revint dans la rue principale de la cour des miracles pour négocier avec l'habitant son retour dans le centre ville. Elle pourrait bien grimper à bord d'une charrette de navets jusqu'à la rue saint Antoine... Après elle se débrouillerait à pied. Pour ce qui était d'avertir son oncle du vol de son cheval c'était une autre paire de manches... Adèle guettait une charrette tout en imaginant diverses tournures de phrases qu'elle pourrait sortir à son oncle pour s'excuser. Deux gros poissons visqueux tombèrent d'un panier et éclaboussèrent les bottes de la demoiselle de Jarjais. Elle pestait en silence quand soudain une épaisse fumée blanche envahit les alentours. Une femme se mit à crier au feu et Adèle comprit que l'incendie avait été déclenché dans la boutique des jumeaux. Etaient ils déjà sortis? Elle ne les reconnut pas parmi la foule qui se pressait pour regarder les flammes. Une charrette s'arrêta en face, c'était sa chance pour rentrer sans faire des heures de marche. Adèle fit un pas vers la charrette avant de se mordre les lèvres. Et s'ils étaient toujours à l'intérieur? La belle brune souffla, un jour il faudrait qu'elle apprenne à ne pas écouter sa conscience... Elle se mit à courir vers l'échoppe qui se consumait. Personne n'osait entrer et quelques personnes lançaient des sceaux d'eau qui n'étaient guère efficaces. Adèle se couvrit le nez et la bouche avec sa manche avant de défoncer la porte du pied. La sortie s'était coincée et de nombreuses fioles s'étaient brisées, répandant leur mixture odorante par terre. Cela fit tousser Adèle qui cherchait toujours les jumeaux. Elle se rendit compte qu'ils dormaient au même endroit que quelques minutes plus tôt, c'est alors qu'elle les secoua de toutes ses forces pour les enjoindre à sortir. La bourse pleine de louis n'était plus là. Quelqu'un avait délibérément mis le feu, le torchon imbibé d'alcool qui avait déclenché l'incendie gisait encore par terre.

Adèle• les jumeaux Eiréné

fiche par romane de artsoul
fiche par romane, disponible sur artsoul

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Mar 30 Juil - 11:51

Evangélyne sentit une secousse puissante et elle se réveilla en toussant. La fumée la saisit et l'empêcha de voir ce qui se passait. Le feu les entourait et Digory dormait toujours. Elle poussa un cri strident de peur à cause de mauvais souvenirs revenant à la charge...
Elle empoigna sa moitié et l'autre personne présente l'aida à le sortir. Elles le traînèrent donc à l'extérieur en tentant de slalomer entre les flammes.
Une fois l'air libre atteint et les trois intéressés sortis, la foule recula en formant un cercle autour d'eux. La jumelle se hâta d'attraper de l'eau et de la jeter sur son frère et Adèle, qu'elle venait de remarquer, pour que le feu résistant s'éteigne totalement et que Digory se réveille.
Elle toussa encore, la peau roussie, les vêtements abîmés, elle se tourna vers leur sauveuse et les larmes aux yeux la remercia de son intervention....
-Merci. Sans vous nous brûlerions à l'heure qui l'est.
Non seulement ils avaient perdu leur commerce et leurs biens mais en plus de ça tout ceci était voulu car il est impossible que le feu est pu se propager par incident. Les jumeaux ne l'utilisent jamais dans l'échoppe car ce n'est vraiment pas quelque chose qu'ils jugent utile et rassurant. Après tout leurs parents sont morts sur un bûché donc on peut comprendre....
Elle fut sortie de ses songes quand son frère se redressa trempé en toussant. Il resta bouche bée devant les flammes dévorant leur travail... Il fit la même analyse que sa jumelle et au contraire d'Evangélyne, Digory se doutait de qui avait pu faire ça...
Revenir en haut Aller en bas
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Mar 30 Juil - 13:00




 Pour l'amour d'une reine


Il y avait trop de monde. Les visages se pressaient autour d'eux pour apercevoir les trois jeunes rescapés. Tantôt on les félicitait de leur courage tantôt on louait Dieu pour sa miséricorde tant et si bien que plus personne ne s'occupait d'éteindre l'incendie. Adèle échangea un regard neutre avec Evangélyne et Digory, elle sentait encore cette odeur acre lui brûler les poumons. Son chapeau avait glissé dans le feu de l'action, laissant ses longs cheveux ébènes flotter au vent. C'était bien la première fois depuis qu'elle était adulte qu'Adèle montrait à tous son sexe féminin. La marquise étouffa un toussotement avant de pointer de l'index les cendres du magasin: " Dépêchez vous, vous autres, d'éteindre les braises ou bientôt toute le rue ne sera plus que poussière."
La triste prophétie rappela à l'ordre les commerçants de la cour des miracles qui se pressèrent enfin vers le feu qui avait gagné la toiture de la boutique voisine. Une chaine humaine se forma pour passer l'eau du puit le plus proche aux flammes. En temps normal Adèle aurait géré les opérations, mais aujourd'hui il y avait quelque chose de plus important que sa mission de mousquetaire. Un borgne se démarquait de la foule car son attention semblait se porter uniquement sur les jumeaux et leur cliente. Adèle profita de l'agitation pour prendre les sorciers par le bras et les emmener au fond d'une taverne non loin de là. Le frère et la soeur étaient si bouleversés qu'ils se laissèrent faire docilement et ne se rendirent compte qu'ils étaient assis en face d'Adèle qu'une fois que la serveuse apporta trois verres de rhum sur la table. La marquise lui jeta trois pièces négligemment et se rapprocha du visage des jumeaux pour ne pas attirer trop l'attention en parlant fort. Tandis que la serveuse mordait les pièces pour vérifier que c'était bien de l'argent, Adèle put enfin parler au calme:
"Vous n'avez rien de cassé? *Elle leur tendit son mouchoir blanc pour se débarbouiller le visage* ... Je... suis sincèrement navrée pour la perte de votre magasin. Je ne voudrais pas plus vous inquiéter mais j'ai vu comme je vous vois que le feu n'avait rien d'accidentel. Quelqu'un aurait il une raison de vouloir votre mort? " La brunette eut une pensée angoissante après avoir posé sa question. Et si c'était de sa faute? Si les espions du roi avaient eu vent du projet de la reine d'acheter des aphrodisiaques et qu'ils s'étaient vengés? Adèle tortilla ses mains nerveusement en attendant leur réponse.

Adèle• les jumeaux Eiréné

fiche par romane de artsoul
fiche par romane, disponible sur artsoul

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Mar 30 Juil - 17:27

Les deux la regardèrent encore un peu choqués mais peu étonnés... Digory avala son verre d'une traite et prit une grande inspiration avant d'affirmer fermement... :
-Oh que oui on veut notre mort mais on se laissera pas faire ! Plutôt mourir !
Il soupira. Il n'avait plus rien du jeune homme vendeur et charmeur de toute à l'heure. Son visage était ferme.
Sa soeur le regarda un peu éberluée par cette révélation si soudaine. Elle regarda son jumeau dans les yeux et le prit par les épaules.
-Mais qui ? Qui peut nous vouloir du mal ?!
Elle scruta le visage de Digory en espérant une réponse mais rien ne vint. Elle lâcha un soupire de déception et se retourna vers Adèle... Elle prit le verre et le souleva. Tantôt ce dernier à mi chemin de ses lèvres tantôt à ce de la table elle ajouta calmement :
-Vous savez je me demande qui peut nous en vouloir. On n'est, certes, pas des anges mais d'ici à vouloir notre mort c'est un peu forcé.
Elle but à peine un peu de rhum et grimaça en le reposant.
-Je ne sais pas pourquoi Digory peut affirmer ça.
Elle lui lança un regard en biais et celui-ci se sentit mal à l'aise. Il tripotait son verre en le faisant tourner sans arrêt.
Au bout de quelques minutes de silence il parvint enfin à lâcher.
-C'est en rapport avec nos défunts parents.
-Quoi...., commença Evangélyne coupée dans sa course aux mots.
-Ils étaient nobles et riches.... Très riches. Notre famille appartenait à la noblesse mais nos antécédents d'empoisonneurs nous ont obligés à fuir l'Angleterre. On est arrivés en France, père et mère sont morts en nous léguant terrains et fortune. Mais faut croire que d'autres sont intéressés.
Il finit son récit en regardant la table pour ne pas croiser le regard de sa soeur. Elle le prit par les épaules et le secoua de toutes ses forces.
-Et tu pouvais pas le dire avant !? Hein ?!
Il ne fit rien et lui répondit calmement :
-T'avais pas à le savoir
Revenir en haut Aller en bas
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Mer 31 Juil - 0:26




 Pour l'amour d'une reine


Les clients à la table voisine se retournèrent face au bruyant manège des jumeaux. Adèle leur jeta un regard si noir qu'ils se retournèrent doucement comme s'ils n'avaient rien entendu.
Elle s'était tut pendant un bon moment par politesse. Rien de cela ne la concernait alors... Une pointe de soulagement se fit sentir dans son coeur tandis que d'autres questions venaient pointer le bout de leur nez. Ces deux là étaient donc de la noblesse d'Angleterre? Ils pouvaient très bien hériter du marquisat de Toulouse... Ah non ce domaine avait été racheté par le roi lui même l'année dernière... Le duché du Poitou peut être? Les hypothèses étaient nombreuses et toutes florissantes. Gardant la main cramponnée à son verre sans le boire, Adèle osa intervenir dans la querelle familiale d'une voix calme mais sûre: " Pourquoi n'avez vous pas réclamés votre du plus tôt?
_ Ce n'est pas si simple!

Adèle soupira silencieusement avant de frapper son verre contre la table:
_ Tout est simple dans la vie. Si vous n'êtes pas capable d'expliquer à votre soeur pourquoi elle est en danger de mort actuellement alors que vous auriez du vous faire connaitre auprès de l'administration pour recevoir vos droits de succession c'est n'importe quoi..."
Oui pour Adèle tout était clair et schématique. On était soit tout noir soit tout blanc. La mousquetaire était d'une honnêteté si grande qu'elle ne pouvait faire de concessions dans la vie de tous les jours. Cela la rendait peut être désagréable de temps à autres lorsqu'on discutait avec elle de sujets importants et complexes... Mais sa jeunesse additionnée à son tempérament exemplaire faisaient d'elle une femme d'honneur sur qui on pouvait toujours compter. Au moment même où les trois jeunes gens parlaient à la taverne, Adèle n'avait rien planifié quant au tournant que prendraient les choses, mais déjà une petite voix lui soufflait de protéger ce drôle de duo jusqu'à ce qu'ils soient en lieu sûr. Adèle porta son verre machinalement à ses lèvres. Le goût infect du rhum lui fit avaler de travers et la jeune femme recracha sa mixture sur le sol sous les rires des poivrots du bar. " Mais qu'est ce que c'est que ça? *La marquise s'essuya d'un revers de manche* Je préférerais un lait de chèvre s'il vous plait tavernier!" Cela fit légèrement sourire les jumeaux. Adèle ne buvait jamais d'alcool, elle trouvait que cela rendait idiot les meilleurs d'entre nous. Puis le comique de la scène se dissipa rapidement lorsque le regard de Digory se heurta à celui d'Adèle. Il n'avait pas l'air d'aimer devoir s'expliquer mais c'était nécessaire pour qu'on comprenne la situation. Puisqu'il n'avait pas répondu à sa provocation, Adèle clarifia sa question: " Pourquoi être venus à la cour des miracles? Et surtout... Qui étaient vos parents au juste? Leurs noms? *silence* Ecoutez si je vous voulais du mal, je ne vous aurais pas sorti des flammes. Vous pouvez me le dire."
Lorsque le sorcier dévoila son nom, son vrai nom, Adèle ne put s'empêcher de porter sa main sur son coeur comme tout mousquetaire ferait devant un noble d'un rang plus haut que lui. Elle inclina sa tête et réagit avec déférence: " Et bien monsieur et madame, puisque vous n'avez plus de toit ni l'argent que je vous avais remis en paiement des fioles, je me fais un devoir de vous aider au moins pour la journée. Je suis à votre service... Je m'appelle Adèle de Jarjais. Puisque nous sommes autant dans de beaux draps l'un que l'autre, je vous serais gré de garder mon secret comme je le ferais moi même pour votre titre de noblesse."

Adèle• les jumeaux Eiréné

fiche par romane de artsoul
fiche par romane, disponible sur artsoul

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Mer 31 Juil - 10:18

Digory soupira et prit sa tête dans ses mains.
-Vous savez Madame cela reste tout à votre honneur mais en vous engageant dans nos ennuis vous y risquez gros.
Il marqua une pause et se redressa en s'appuyant contre le mur.
-Et si ne nous sommes pas déclarés c'est car, il faut bien le croire, il vaut mieux la cour des miracles que le bûché sur la grande place de Paris ou de Londres c'est sans importance après tout.
Il se tut se remit à fixer la table d'un regard vide. Sa soeur soupira, le comprenant pour ceci et elle prit la parole calmement et de manière réfléchie.
-Ce qui m'étonne c'est la manière dont tu sais ça Digory mais... libre à toi de taire tes secrets.
Elle s'adressa ensuite à Adèle :
-Madame je suis de l'avis de mon frère. Nous aider vous fait prendre d'importants risques. En plus à l'heure qu'il est nous ne pouvons réclamer nos biens. Tout ceci s'est prouvé aujourd'hui. Une fois de plus nous devons fuir.
Elle voulait se convaincre elle-même qu'il ne restait aucune solution.
-Bien alors que faisons-nous, demanda Digory.
-On part
Revenir en haut Aller en bas
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Mer 31 Juil - 22:16




 Pour l'amour d'une reine


Adèle se redressa: " Comment ça vous partez? Vous allez fuir toute votre vie en espérant que ces brigands assoiffés de sang ne vous retrouvent pas? Vous ne savez même pas contre qui vous vous battez! Ne faîtes vous donc pas confiance en la justice divine? Si vous vous repentez sincèrement devant le roi de vos crimes, il saura se montrer clément. Ce n'est pas la première fois que des nobles se prennent pour des sorciers...
Devant le peu de conviction qu'on lisait dans le visage des jumeaux Adèle soupira d'agacement. Pourquoi avaient ils pratiqué la magie alors qu'ils avaient une fortune et une position? Cette hérésie était vraiment d'une stupidité! Elle ne comprendrait jamais pourquoi l'ennui faisait faire à ce point n'importe quoi aux nobles qui se tournaient vers les sciences occultes.
_ A défaut d'affronter votre destin, laissez moi au moins vous donner quelques pièces pour que vous trouviez un moyen de transport..." Elle fouilla sa bourse, il ne lui restait plus grand chose. Elle maugréa "Si ce chenapan ne m'avait pas subtilisé mon cheval on en serait pas là... Je me demande comment vous avez pu vivre ici. La cour ne vous manque t elle pas?" La marquise de Jarjais n'avait pas demandé cela parce qu'elle pensait que la cour était magique. Au contraire, elle fuyait les courtisans comme la peste, mais l'attitude du frère et de la soeur l'intriguait. Quasiment tous les nobles qu'elle connaissait cherchaient à vivre à Versailles, alors qu'eux tremblaient à l'idée de voir le roi. Ils n'essayaient pas de trouver une solution à leur problème et cela énervait un peu Adèle qui affrontait toujours tout de front. ça ne serait pas la première fois que le roi passerait l'éponge sur une conduite indécente de quelques nobles pour de l'argent. Une petite donation aux caisses de l'Etat et hop, le bon roi Louis XIV vous graciait. Pour le bien de la France bien entendu. Il fallait juste que quelques personnes haut placées enjoignent sa majesté de la faire et Adèle avait déjà sa petite idée sur les personnes à qui elle pourrait demander cette faveur. Si seulement Digory se montrait moins têtu... La mousquetaire eut à peine le temps de finir son lait de chèvre que le jeune homme déclina son offre. Il fallait faire vite et il ne voulait toujours pas l'embrigader dans cette histoire qui ne la concernait aucunement. Adèle baragouina quelques mots peu éloquents avant de capituler. Après tout un gentilhomme devait aussi savoir renoncer à donner son aide lorsqu'elle celle ci n'était pas désirée. Enfin... une gente demoiselle en l'occurrence. C'est ainsi qu'Adèle accompagna les jumeaux jusqu'à la sortie en leur souhaitant bonne chance. Elle leur serra la main fermement avant de prendre le chemin inverse qui menait vers la forêt de Versailles. Il ne faisait pas très beau et mieux valait se dépêcher de rentrer avant que le ciel ne s'assombrisse davantage et que le sol ne se transforme en boue gluante. Elle accéléra le pas à la lisière de la forêt, la main sur sa sacoche, se demandant si elle allait rencontrer la reine en personne pour lui donner ses élixirs. Soudainement, une dizaine de bandits de grand chemin l'encerclèrent. Adèle porta la main à son épée et la tira de son fourreau en espérant que cela les décourage. Ils étaient tous plus repoussants les uns que les autres et affichaient un air mauvais, la déshabillant du regard. C'était un regard nouveau qu'on portait sure elle et la marquise détesta cette nouvelle expérience; elle aurait du se chercher un autre déguisement pour cacher son joli minois.
" Je vous conseille de déguerpir avant de tâter de mon épée. Je n'ai plus d'argent sur moi.
Un des voleurs se démarqua du groupe en lui répondant fièrement que si on lui avait donné une pièce à chaque fois qu'il avait entendu cela, il serait plus que riche. Le chef des brigands était curieusement charismatique avec ses cicatrices et son sourire sûr de  lui. A ses côtés Adèle reconnut le borgne qu'elle avait remarqué quelques minutes plus tôt rôder autour de l'incendie. ça ne pouvait pas être une coïncidence. Etaient ils tous de mêche dans un complot dont elle ne se doutait pas?
_ Mais ne t'en fais pas ma jolie, nous n'en avons pas après ta bourse.
Les scélérats se regardèrent en riant. L'atmosphère s'allourdit tandis qu'Adèle tournait lentement sur elle même, son mousquet pointé vers ses agresseurs prêt à transpercer le premier qui bougerait.
_ Croyez vous qu'en me tuant vous laisserez un message aux jumeaux de la cour des miracles?
Le visage de son interlocuteur changea du tout au tout. Adèle avait joué un coup de poker. Elle ne savait pas du tout si cela avait un rapport avec le secret des Eiréné avant de voir la réaction des bandits. La donne avait légèrement changé et c'est ainsi qu'on lui dit d'un ton crispé:
_ Lâche ton épée avant de te couper et on reparlera du petit comte et de la comtesse...
Le borgne lui donna un coup de coude comme s'il avait fait une gaffe. Le chef saisit son acolyte par le col:
_ Quelque chose à ajouter monsieur Phinéas? Ce n'est pas parce que votre patron nous paie pour tuer les individus gênants que vous pouvez me dire ce que j'ai le droit de dire ou pas. Est ce bien clair? Je suis déjà bien gentil de tuer la petite là *Il désigna Adèle du doigt qui se renfrogna* alors que c'est du gâchis...
_ On ne peut pas se contenter de la violer chacun son tour?
demanda un autre.
_ Malheureusement non. *Le chef sourit en lâchant le borgne* Mais on peut faire les deux. *Il se tourna lentement vers Adèle en souriant. Elle eut froid dans le dos. *
_ Essayez pour voir." Aussitôt dit, la mousquetaire se jeta sur les hommes les plus proches, les embrochant facilement. L'effet de surprise ne jouerait plus à partir de maintenant. Plus que 8 ou 12 hommes... Son ventre gargouilla pendant le combat, ce n'était vraiment pas le moment! Elle n'avait même pas mangé aujourd'hui...

Avaient ils réussit à fuir au moins? Voilà qu'Adèle était autant en danger qu'eux alors qu'elle n'avait pas fait grand chose pour le mériter.

Adèle• les jumeaux Eiréné

fiche par romane de artsoul
fiche par romane, disponible sur artsoul

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]   Aujourd'hui à 18:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour l'amour d'une reine [entre Adèle et les Eiréné]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1754] Pour l'amour de ma reine (Angel-Hypnos)
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Conseil achat slack line pour enfant
» Pour l'amour du forum Haïti
» Pour l'amour d'une fille… [PV Coeur d'Âme]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyage dans le temps RPG :: Sous les rayons du roi soleil (1690) :: La cour des miracles-
Sauter vers: