Voyage dans le temps RPG
Le temps est une invention de l'Homme, vous savez. Alors autant jouer avec puisque la vie n'a aucun sens... Mais plusieurs. Tenez, des centaines de personnes disparaissent chaque année sans donner d'explications. ça donne la chair de poule, non? Paris est une grande ville. Elle a des projets pour certains de ses habitants. Vous ne me croyez pas? A votre guise... Mais croyez vous vraiment que ce soit le hasard qui vous ait conduit jusqu'ici?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les personnages prédéfinis en 1146

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Les personnages prédéfinis en 1146   Jeu 16 Jan - 23:58

Sommaire

Voici la liste des prédéfinis libres et pris que nous vous offrons. Après ce message, si une photo vous a donné envie de voir de plus près le personnage, vous trouverez ci dessous les présentations en détail de la vie de ceux que vous pouvez incarner.

Soyez le premier à réserver le personnage prédéfini de votre choix en écrivant un message ici, détaillant le nom et prénom du personnage. Vous recevrez une confirmation de l'administratrice et ainsi vous aurez tout le loisir de le jouer.

Rappel: vous pouvez prendre jusqu'à 6 personnages, toutes époques confondues et vous pouvez demander en réservant un personnage à modifier leurs noms ou leur avatar.

La liste ci dessous n'est pas limitative, les modératrices en ajouteront au fil de leur inspiration (mais surtout de leur temps). Lorsque sous un personnage est noté "à venir", cela veut dire ce que ça veut dire, leur présentation est en cours d'écriture mais vous pouvez les réserver immédiatement et même si vous êtes impatient(e) vous proposer pour l'inventer à partir des informations déjà disponibles.





Robert de Poitiers


LIBRE


L'ainé de la famille et héritier du domaine de son père est un noble charismatique et ambitieux. Il est toujours entouré de ses plus proches amis, formant un cercle bien spécial à la cour du roi. Robert est un homme d'armes et derrière ses sourires taquins, c'est un homme d'action qui n'hésite pas à faire tout ce qui est nécessaire pour parvenir à ses fins. Y compris si c'est demander une annulation de son mariage avec Catherine qui se montre incapable de lui donner un héritier. L'amour d'autrefois s'est éteint pour laisser la place à l'amertume et au libertinage adultère.

Julien de Poitiers



LIBRE


Alors que le jeune prêtre s'attendait à vivre une vie de second plan comme celle à laquelle l'a toujours relégué son grand frère, le voilà entrainé dans une sombre relation avec une femme mystérieuse... Au diable son voeu de chasteté, elle le manipula à merveille pour qu'il devienne son confesseur attitré à la cour. Julien quitta donc sa petite église de quartier pour le lit de la reine de France! Son seul but est d'éviter tout soupçon mais cela n'est pas chose aisée avec son frère qui voit son arrivée à la cour d'un mauvais oeil. Dans quels ennuis s'est il fourré?

Aliénor d'Aquitaine



LIBRE


Reine de France insoumise, Aliénor parle et pense comme un homme. Elle conquiert aussi bien les hommes que les marchés, dirige à la place du roi et lui en fait voir de toutes les couleurs dans l'intimité. Elle est accroc à l'adrénaline et multiplie les risques de se faire découvrir avec ses amants si bien qu'elle se demande si le récent goût du roi pour les croisades n'est pas du au fait qu'il veuille garder un oeil sur elle et l'emmener au loin en terre sainte...

Agnès Capitan


LIBRE


Monnayée en fiançailles par son père, la petite Agnès se retrouve à habiter avec sa future belle  famille, initiative des deux pères pour que les choses se passent pour le mieux. Malheureusement son fiancé n'est pas de cet avis et la traite d'une manière très insultante car elle n'a aucun titre de noblesse. Elle n'a aucune intention d'être gentille et a décidé de l'ignorer royalement le temps que ça dure... La voilà habitant au milieu d'une famille noble désargentée bien particulière.

Francis de Saint Mars


LIBRE


Peu à l'aise pour exprimer ses sentiments, Francis est d'un orgueil rare pour un noble aussi jeune. Il a la prestance qui va avec son sang et est très rancunier; si bien que ses fiançailles décidées contre son plein gré avec une bourgeoise sans titre mais très riche lui a donné un nouveau sujet pour se plaindre. Il ressent une profonde aversion pour cette union et le lui fait bien sentir. D'autant plus qu'il a foule d'admiratrice à la cour où il s'avère à l'aise. Si seulement ils n'avaient pas besoin d'autant d'argent pour maintenir le domaine en bon état...

Fanny de Saint Mars


LIBRE


Mystérieuse femme de comte, l'italienne a la prestance d'une reine. Elle assure avec grâce ses obligations de maitresse de maison et bien plus encore en maintenant son domaine à flot tant bien que mal avec son mari dépensier. Mais les choses de la vie lui ont ôté tout désir de vivre outre mesure et elle se réfugie la plupart du temps dans sa chambre lors de ses crises de migraine chronique où l'on se demande si elles sont aussi psychologiques que physiques, souvenir douloureux d'un lointain passé...





Colin de Saint Mars


LIBRE


Ainé de la famille, Colin a été formé depuis tout petit à hériter du domaine des De Saint Mars un jour. Pourtant c'est bien la dernière chose qui préoccupe le jeune homme en ce moment. Même s'il évite de le montrer à son père enthousiaste à l'idée de lui transmettre son savoir, Colin est bien décidé à vivre sa vie avec la servante de son âge avec qui il a grandi.

Juliette


LIBRE


Juliette travaille au château des de Saint Mars depuis ses 10 ans, ce lieu c'est un peu comme sa famille et elle leur est reconnaissante de ne pas avoir à rentrer chez sa mère à la campagne. Risquer de tout perdre pour un baiser avec le maitre Colin est ridicule... Alors pourquoi se laisse t elle entrainer?

Georges de Saint Mars


LIBRE

Georges n'a jamais rêvé de diriger son domaine, mais la force des choses a fait que ses deux frères ainés sont morts pour lui laisser la place. N'étant pas préparé du tout à l'exercice, il se félicite d'avoir sa femme à ses côtés pour le guider un tant soit peu. Diriger des paysans, très peu pour lui; lui, il préfère prendre des risques. Faire fortune sur un pari. Il aurait voulu être un commerçant dans une autre vie. C'est sans doute pour cela qu'il a accepté de fiancé son cadet à une fille d'armateur.

Empty


EMPTY


EMPTY





EMPTY[/color]

EMPTY





EMPTY[/color]


Dernière édition par Tess le Mer 8 Oct - 12:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Robert de Poitiers   Ven 17 Jan - 1:14


Robert de Poitiers



Fiche prédéfini







Âge : 30 ans
Activité : vicomte de Poitiers, vassal du roi
Côté coeur : marié à Catherine de Poitiers
Avatar :  Jonathan Rhys Meyers




Qui est il?


Robert est un seigneur né. Ainé de la fratrie, on berce depuis sa plus tendre enfance de compliments et de cadeaux le petit seigneur, héritier légitime de la seigneurie parisienne. Les domestiques chargées de s'occuper de lui jusqu'à ses six ans ont fait naitre dans son coeur un profond orgueil et une grande fierté.

" Tous les Hommes ne sont pas fait du même métal Rob. Tu n'est pas n'importe qui, tu es et seras toujours un homme d'or. Ne l'oublie jamais."


La femme qui l'a nourri au sein, il l'a oublié. Mais sa voix qui lui soufflait cette phrase à l'oreille reste gravée quelque part dans son subconscient, guidant ses actes et son caractère tout au long de sa croissance. Depuis que son père a décidé qu'il était temps pour lui d'apprendre, Robert a parfaitement assimilé  les leçons de son précepteur ainsi que celles de son maitre d'armes. Il connait le blason de chaque seigneur important du royaume de France et manie avec habileté la langue de bois avec les invités de marque. S'il a assez de connaissances pour tenir un discours éloquent, c'est à l'épée qu'il s'illustre le plus. Robert est l'homme qui représente le mieux le soldat du Moyen Age, préférant le sang et le combat aux ennuis des banquets. Robert a toujours été colérique et c'est par le biais de son entrainement à l'épée qu'il évacue son trop plein d'énergie.
 Il dévorerait le monde s'il le pouvait. Avide de gloire et de prestige, Robert est d'un tempérament volcanique. Il ne veut rien vivre à moitié, se sachant tout permis et n'attendant que de se montrer au monde. Adolescent, il a fait des ravages bien avant d'être présenté à la cour. Son père a en effet du étouffer des rumeurs justifiées à propos de plusieurs bonnes engrossées par le jeune vicomte. Si la réputation de charmeur de Robert l'a quelque peu précédé, cela ne fait que rajouter à son charme. Il en joue d'ailleurs souvent.

"Comment ne pas vous pardonner quand vous me faîtes ces yeux là?"


De fougueux héritier, Robert est devenu le champion adulé de ses sujets en grandissant, faisant de l'ombre à son petit frère avec lequel il n'a jamais vraiment eu de complicité. A l'âge de 25 ans on le maria à la plus jolie et vertueuse des filles de France: Catherine de Toulouse. Elle avait dix ans de moins que lui et pourtant rien qu'en échangeant un regard avec elle, il sut qu'elle était prête à devenir une femme. Il tomba fou amoureux d'elle dès qu'on lui envoya son portrait. C'était la plus jolie des choses qu'on lui avait jamais offerte. Elle était douce et féline et savait être sévère avec leurs sujets. Robert sut qu'elle le mènerait loin et qu'elle lui ferait de beaux enfants le moment venu. Ils vécurent deux années magiques, faites d'aller et venues à la cour pour participer aux fêtes et de folles nuits entre amants. Ils étaient devenus le couple modèle et envié de tous, parfait, vertueux et surtout ayant un lien de parenté direct avec la reine Aliénor d'Aquitaine.
Alors qu'on envoyait de force son frère Julien dans les ordres, Robert prenait l'habitude de rejoindre son père lors des batailles avec leurs voisins. C'est lors d'une de ces batailles que le duc de Poitiers périt, léguant la seigneurie à Robert. Catherine et lui déménagèrent alors dans de plus beaux appartements au château royal, ils étaient devenus vassaux du roi.

Depuis quelques années ont passé et toujours point d'enfant à l'horizon. Robert pour qui tout s'était toujours bien déroulé, commence à voir en sa si parfaite femme une tâche sur son avenir brillant. Sa beauté n'arrive plus ces derniers temps à apaiser sa frustration et il commence à voir ailleurs pour se calmer les nerfs. Le château est plein de domestiques et de femmes de seigneurs moins importants. Robert trouve le temps de se mêler aux habitants du château dans leurs tournois et leurs festins bien qu'il prépare secrètement des plans de bataille pour bientôt agrandir sa seigneurie sur le comté voisin...
Toujours plus d'argent, de plaisir, de terres... Toute personne qui se met en travers de son chemin paiera le prix fort, même s'il s'agit de sa femme. Son image est très importante pour lui car il veut graver son nom dans l'Histoire. Si égoïste qu'il en serait antipathique si Robert n'était pas adorable dans la vie de tous les jours. Il rit très fort et c'est contagieux. Son regard a toujours l'air d'être malicieux si bien que l'on ne sait parfois s'il nous taquine ou s'il est sérieux. Il est très direct avec son entourage et n'hésite pas à être cassant lorsqu'il est mécontent,, mais tout semble naturel lorsque ça sort de sa bouche.

Il aime la chasse et les tournois et tout ce qui est artistique cela lui passe au dessus. Il se dit que si l'on bannissait tous les poètes et les troubadours (ou glandeurs professionnels comme il les surnomme), on gagnerait en productivité. C'est un très mauvais perdant et il est de mauvaise foi quand il a tort.

Il sait se faire aimer et dégage une aura charismatique de leader. Il a toujours su fédérer et ses meilleurs amis font davantage partie de ses soldats qui le vénèrent comme chef de guerre que de sa famille.
Il est audacieux et lorsqu'il reconnait ce trait de caractère chez quelqu'un, il le prend sous son aile pour qu'il développe son potentiel auprès de lui. C'est en effet son truc que de rassembler des personnes qu'il juge intéressantes et prometteuses dans un cercle d'amis qu'il fréquente souvent et qui selon lui l'aideront autant à agrandir sa puissance qu'il pourra les aider lui.





Ses relations


Catherine de Poitiers
C'est sa femme, il a finit par la détester de ne pas lui donner d'héritier.
Sa description ici.

C'est son frère auquel il ne porte aucune attention particulière.
Julien de Poitiers





(c) Gnuh de Never Utopia.


Dernière édition par Tess le Ven 3 Oct - 11:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Julien de Poitiers   Ven 17 Jan - 1:22


Julien de Poitiers



Fiche prédéfini







Âge : 28 ans
Activité : prêtre
Côté coeur : bisexuel, amant de la reine
Avatar :  Henry Cavill




Qui est il?


Julien a grandit dans l'ombre de son frère héritier légitime de leur père. Pour ses deux ans de moins, Julien a souffert d'une destinée toute tracée et peu reluisante. Selon les traditions moyenâgeuses, le cadet se doit d'entrer dans les ordres, c'est pourquoi dès son plus jeune âge Julien se devait de lire la Bible et d'apprendre d'arrache-pied le latin et le grec ancien. Alors que son frère se battait avec le maitre d'armes lorsqu'il faisait beau, Julien noircissait ses parchemins de rosa rosae et d'enseignements du Christ au château.
Julien était aussi gentil et doux que Robert était ambitieux et fort. Ils étaient si différents l'un de l'autre, que l'on n'aurait pu dire qu'ils étaient frères. L'ainé repoussait et humiliait son frère sans vergogne alors que le plus jeune aurait bien voulu tisser des liens avec lui. Il essaya pendant un temps de jouer avec Robert et de le battre à son propre jeu, mais à chaque fois qu'il se montrait plus intelligent que lui, leur père réprimandait Julien.C'est alors qu'il trouva du réconfort auprès de sa mère, cette femme si effacée qui, quand on prenait le temps de l'écouter, éblouissait son interlocuteur.

" Tu es le deuxième. Ce n'est pas ton rôle d'arriver premier en tout Julien. Ton père en serait offensé, tu comprends?"


Constatant qu'il n'aurait jamais le droit à autant d'amour et de respect que son frère ainé, il n'essaya plus d'entrer en compétition avec celui ci et profita du fait qu'en dehors de ses cours on ne le surveillait pas le moins du monde. Il volait les livres dans la bibliothèque du château et les lisait perché en haut d'un arbre où personne ne pouvait le trouver. Pendant des heures, personne ne savait où le chercher tant et si bien qu'il arrivait toujours en retard pour les repas ce qui ne manquait pas d'exaspérer son père. Julien apprit à se moquer de ce que pensait les autres de lui à commencer par sa prestigieuse famille et il finit par en jouer, n'hésitant pas à ironiser sur sa situation en public. Il devenait celui qu'il voulait en lisant ses livres et disparaissait où il le voulait. Julien apprit à jouer de la guimbarde et récitait des poèmes de sa confection à sa mère en chanson jusqu'à ce que Robert casse l'instrument par mégarde. Le petit frère n'arrêta pas d'être créatif pour autant et se mit à écrire de plus en plus des histoires d'aventure extraordinaires, pleines de magie qu'il aimerait vivre. Sa chambre était toujours remplie de papiers en tout genre que l'on ne retrouvait pas son lit à plus d'un mètre.

Tous les dimanches, il faisait partie des enfants de chœur qui chantaient des cantiques derrière le curé, et parmi les adolescents se trouvait un jeune homme du nom de Victor. Ils devinrent rapidement amis, étant tous les deux des enfants non héritiers directs. Ils partageaient leur ennui, se réunissaient toujours au même endroit de la forêt pour parler de leur vie plus tard. Un jour comme un autre, quelque chose d'étrange se produisit. Ce n'était plus pareil entre Victor et lui. Son ami l'embrassa et Julien se laissa faire. Ils avaient à présent un secret, quelque chose de palpitant rien qu'à eux qu'ils n'auraient vendu pour rien au monde. Ils n'eurent que quelques mois pour profiter de leur bonheur fragile puisque Julien fut envoyé dans les ordres l'été suivant selon les volontés de son père. Il n'était pas vraiment amoureux de Victor, mais les adieux furent déchirants. D'un naturel sage, Julien avait trouvé en lui une manière de se rebeller contre ce monde qui ressemblait davantage à un carcan.

Sa vie à partir de là ressemblait à celle de tout curé: inintéressante et froide à préparer son discours pour la messe de dimanche. De temps à autres, une confession d'un fidèle repenti.Dans le meilleur des cas avec un peu de bol, il serait nommé évêque dans 30 ans et mourrait dans un peu de confort contrairement à la paillasse dans laquelle il dormait à présent dans sa petite église parisienne. Il était seul pour garder en état sa vieille église, et avait toujours de quoi réparer: une cloche, un mur qui s'effrite... Ce n'était pas une légende le fait que les nouveaux prêtres se voyaient donner les lieux les plus pourris. Au moins il avait un poulailler et une vache dans la petite cour qui le faisaient manger à sa faim. Les mercredis il faisait la lecture pour les enfants du quartier, leur faisant partager les histoires qu'il avait écrites lorsqu'il était enfant et elles avaient un grand succès.

Mois après mois, Julien réussit à transformer son église en ruines en un véritable lieu de soins où il joue les infirmiers pour les miséreux. Il apprend beaucoup grâce aux livres d'anatomie venus d'Orient qu'il achète au marché noir et concocte des décoctions qu'il expérimente dans le clocher à l'abri des regard pour en faire des médicaments.

Deux ans et demi après son entrée dans les ordres, une noble de la cour prit l'habitude de venir se confesser auprès de lui.

" Vous avez de beaux yeux à travers la grille, je peux le voir."


Ce qu'elle disait dans le confessionnal était de moins en moins en rapport avec Dieu, il aurait dit qu'elle venait pour discuter à défaut d'avoir mieux à faire. Ils finirent par avoir un jour de rendez vous où ils faisaient l'amour dans un coin de l'église régulièrement. Elle lui proposit alors de devenir son confesseur attitré et de la rejoindre à la cour. Cette duchesse était dangereuse à souhait: séductrice et mystérieuse, elle avait vraisemblablement envie de posséder Julien pour autre chose que ses qualités d'homme d'Eglise. Visiblement délaissée par son mari, Julien hésitait à succomber à la tentation de la suivre, ne sachant pas si son désir pour elle finirait par lui attirer des ennuis. Le destin décida à sa place puisque le pape fit un appel à une deuxième croisade. Les fidèles et les curés se préparaient par centaines à partir en terre sainte combattre les impies. Peu convaincu par l'utilité d'aller faire la guerre à de pauvres musulmans qui n'avaient rien demandé, Julien accepta donc l'offre de sa mystérieuse amante et la rejoint au château. Tout était déjà prêt: de beaux appartements l'attendaient... Beaucoup trop luxueux pour lui. Sa duchesse s'avérait être en réalité Aliénor d'Aquitaine, la reine de France. Elle était belle et bien une infidèle chronique et semble t il était encore pire que les rumeurs qui couraient sur elle. Aventureuse, la situation dans laquelle elle avait placé Julien semblait beaucoup l'amuser. Impossible de partir du château, il avait abandonné son église à un autre religieux. Et la reine imposait des lieux de rendez vous de plus en plus risqués comme si elle voulait être découverte. Son frère s'étonne de sa présence et commence à le surveiller. Voilà monseigneur de Poitiers dans une situation complexe, mais après tout ce sont les religieux qui sont toujours les plus vicieux.




Ses relations


Aliénor d'Aquitaine
C'est sa maitresse, elle le mène par le bout du nez.

C'est son frère qui n'a rien en commun avec lui.
Robert de Poitiers





(c) Gnuh de Never Utopia.


Dernière édition par Tess le Ven 3 Oct - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Aliénor d'Aquitaine   Lun 20 Jan - 20:27


Aliénor d'Aquitaine



Fiche prédéfini







Âge : 20 ans
Activité : reine de France
Côté coeur : infidèle, amante de Julien de Poitiers
Avatar :  Iga Wysocka




Qui est elle?



Née duchesse d'une des plus grandes seigneuries de France, elle fut mariée au futur roi Louis VII alors qu'elle n'avait que 13 ans et le bon roi 14. Son alliance permit au royaume d'acquérir plus de puissance et de mettre en défaite l'Angleterre qui désirait elle aussi marier son héritier à Aliénor. Depuis son plus jeune âge elle n'a donc entendu parler que d'alliances profitables et d'échanges commerciaux, voyant ses parents la monnayer comme bon leur semblait. Elle a vite compris que l'amour n'existait pas et que tout était une question de pouvoir. Puisqu'elle était privée des belles histoires d'amour qu'elle avait pu lire dans les romans courtois, la jeune princesse française était bien décidée à profiter des autres plaisirs de la vie. Elle martyrisait son jeune époux et lui lançait des défis absurdes pour le voir se noyer dans les ennuis, elle achetait des trentaines de robes plus osées les unes que les autres et commandait des bijoux façonnés uniquement pour elle. Dépensant comme bon lui semblait l'argent du royaume, le roi et père de Louis n'eut pas le temps de la réprimander puisqu'il mourut l'année suivant son arrivée au château royal. C'est donc à 15 ans qu'elle devint la reine de France et participa au couronnement de Louis VII.

Le petit démon qu'elle était ne s'assagit pas avec l'âge. Aliénor profitait de l'influence qu'elle avait sur son mari pour diriger le royaume. Bien qu'elle ait une véritable addiction pour la provocation, ses tenues animant moult débats à la cour et dans le royaume, elle s'avérait être une bonne reine. D'une grande intelligence, elle pensait comme un homme et n'hésitait pas à parler comme tel aux conseils du roi pour diriger le pays.

Aliénor d'Aquitaine aime se faire courtiser et être l'objet de toutes les discussions. Lorsque quelqu'un lui plait, elle jette son dévolu entièrement sur lui et lui confère de nombreux privilèges: argents, cadeaux hors de prix; ses favoris en profitent toujours jusqu'à ce que la reine se lasse. Elle aime s'entourer d'hommes de lettres qui la font rire et rarement de femmes. En effet elle voit comme de la concurrence les autres femmes et préfère leur lancer des piques bien tournées pour amuser la cour. Elle sait ce dont une femme est capable et ne veut pas faire face trop souvent à ce genre de vipère. Les hommes sont plus facilement manipulables. Récemment pourtant, elle a été frappée par la discussion d'une servante blonde comme les blés: Zazie. Si elle la recroise, elle pourrait la promouvoir qui sait.

Son infidélité fait l'objet de rumeurs mais jamais personne n'a réussi à prouver concrètement ce fait. Louis VII a beau être doux dans sa vie privée voire mou dans sa vie publique, il n'en est pas pour autant idiot et ne supporterait pas de voir sa femme dans les bras d'un autre. Au fil du temps il a développé un amour grand pour sa femme qui lui en fait voir de toutes les couleurs. Si elle s'avérait de le tromper au grand jour, il la ferait décapiter sur l'heure. Aliénor le sait et voit grandir la jalousie de son mari sans pouvoir faire grand chose pour le rassurer. A ses heures perdues elle éprouve de la tendresse pour le roi, comme un vieil ami d'enfance et ne rechigne pas à la tâche d'assumer son devoir conjugal, mais elle est d'un naturel vite insatisfait et adore se trouver de nouveaux jouets masculins.

D'ailleurs après 9 mois de grossesse après lesquels elle a donné naissance à la princesse Marie, Aliénor a bien décidé de profiter de sa ligne retrouvée, n'ayant pas particulièrement la fibre maternelle (les nourrices sont là pour ça). Son nouveau jeu est de se promener incognito à Paris, escortée de loin par deux gardes du corps. C'est lors d'une de ses escapades secrètes qu'elle a été frappée par la beauté et la douceur qui émanait d'un homme dans la rue. Elle le suivit discrètement et constata avec tristesse qu'il s'avérait être un prêtre. Et puis quoi? Dieu n'allait pas le foudroyer sur place s'il prenait un peu de bon temps avec la reine... Aliénor décida alors de venir régulièrement le voir pour se confesser. Ce prétexte lui permettait de discuter avec le père Julien. Elle avait pris une identité secrète et, après un long jeu de séduction qu'elle avait particulièrement apprécié, la reine arriva à ses fins. Elle avait trouvé le défi excitant et en voulait toujours plus. Pour ne pas éveiller les soupçons de son mari, elle proposa à Julien de la rejoindre au palais en tant que confesseur attitré. Et aujourd'hui, elle lui donne des rendez vous amoureux dans les couloirs sombres du château, risquant à tout moment de croiser quelqu'un.

Aliénor est accroc à l'adrénaline. Hormis ses escapades adultérines, elle apprécie une bonne partie de chasse où elle excelle aux côtés de son mari.
S'investissant également dans la vie culturelle, la reine n'hésite pas à verser de l'argent comme mécène à de nombreux artistes, voulant voir prospérer l'art dans son royaume.

Récemment son mari s'est mis en tête de déclencher une nouvelle croisade. La religion n'étant pas réellement passionnante pour Aliénor, elle se serait bien passée de la nouvelle lubie du roi, d'autant plus qu'il a l'air d'avoir une idée envers elle. Lui demandera t il de l'accompagner dans six mois en terre sainte à cause de sa jalousie maladive?




Ses relations




C'est son amant du moment, elle le mène par le bout du nez. Il l'amuse beaucoup.
Julien de Poitiers





(c) Gnuh de Never Utopia.


Dernière édition par Tess le Ven 3 Oct - 11:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Agnès Capitan   Sam 25 Jan - 18:05


Agnès Capitan



Fiche prédéfini







Âge : 14 ans
Activité : Bourgeoise, fille de commerçant.
Côté coeur : fiancée à Francis de Saint Mars
Avatar :  Bailee Madison




Qui est elle?


Fille d'un riche armateur, Agnès fait partie de ces jeunes bourgeois qui tentent de se hisser en haut de l'échelle sociale. Sa mère étant décédée d'une forte fièvre il y a trois ans, elle ne dispose plus que d'un père attentionné pour veiller sur elle. Malheureusement les affaires étant les affaires, il n'est pas souvent présent et contrebalance son absence en lui offrant mille et uns cadeaux des quatre coins du globe. Agnès adore son père mais il ne sait pas vraiment s'y prendre avec elle. Il est maladroit, et pense qu'il ne peut l'aider qu'en lui assurant une bonne position dans le monde. Le commerce maritime devient florissant et le roi apprécie tout particulièrement les objets que ramène son père si bien qu'il est régulièrement invité à la cour et ses produits sont parmi les plus demandés chez les nobles. C'est grâce à cette influence nouvelle qu'il a noué contact avec un comte désargenté à la généalogie irréprochable. Quelques semaines plus tard, le père d'Agnès lui annonça qu'il l'emmenait pour la première fois à la cour. Elle était loin de se douter en enfilant sa plus belle robe, que son entrée dans la société se ferait par des fiançailles avec un marquis du même âge qu'elle. Le jeune adolescent s'appelait Francis de Saint Mars. Il était le fils du fameux comte sans le sou et on l'avait monnayé comme un vulgaire objet, comme dans tout bon mariage. Agnès apporterait sa dot ainsi qu'un petit pactole et Francis transmettrait son titre de noblesse. Il était prévu que lorsqu'ils attendraient l'âge nubile, dans deux ou trois ans, ils célébreraient leur mariage en grandes pompes. En attendant, cette journée serait la première d'une longue série pour qu'ils apprennent à se connaitre; car s'il s'agissait d'un mariage arrangé, le père d'Agnès désirait tout de même que sa fille soit à l'aise avec quelqu'un qu'elle connaissait. De plus ces rencontres, permettaient aux deux familles de tisser davantage de liens, le commerçant ayant décidé de faire profiter le père de Francis de son succès et lui proposa quelques partenariats financiers à très bas prix. Le business était une affaire de famille après tout.

Une fois les présentations faites, les deux paternels laissèrent les fiancés faire connaissance dans le grand hall. Il était beau et d'une grande prestance mais quelque chose dans son expression décourageait de lui parler, comme s'il allait réprimander son interlocuteur. Un grand malaise s'installa, Agnès ne sachant pas réellement quoi faire à part lui faire une jolie révérence. Francis la toisait méchamment et au bout de cinq longues minutes, il finit par ouvrir la bouche:

" Jamais je ne me marierai avec une paysanne!"

Agnès resta stupéfaite. Trop surprise pour répondre méchamment, elle tourna les talons et rejoignit son père dans le bureau du comte de Saint Mars. Elle prit sur elle tout au long de la journée et le soir venu, déchira sa robe dans un excès de colère et s'enferma dans sa chambre pour pleurer sur les genoux de sa vieille gouvernante Elise. Elle ne voulut rien dire à son père et il ne comprit ce qu'il se passait que quand la gouvernante lui expliqua ce qu'il s'était passé. Par billets interposés, les deux pères ne se découragèrent pas. Agnès apprit que le comte avait sévèrement réprimandé Francis pour son impolitesse mais cela ne la consola pas vraiment. Elle ne voulait pour rien au monde revoir cet infâme individu. C'était comme tous les nobles, un petit con imbu de lui même et méchant. Il ne serait jamais un bon mari, elle méritait quelqu'un qui l'aime comme son père avait aimé sa mère. Alors que toute sa vie, Agnès avait été la parfaite petite fille, son père et elle eurent de nombreuses disputes dès que l'on abordait le sujet "en M". Résolu à arranger le problème d'une manière ou d'une autre, son père organisa quelque chose. Il y a quatre jours il annonça à sa fille que le comte de Saint Mars, d'une grande bonté, avait proposé d'accueillir sous son toit sa future belle-fille pendant deux mois. Il s'agissait de créer, à défaut d'amour, une amitié sincère entre les deux fiancés pour aplanir les tensions.

Les fiancés n'avaient pas leur mot à dire, Agnès emménagea dans l'aile ouest du château Saint Mars qui se trouvait dans la banlieue parisienne. C'était la première fois qu'elle quittait la capitale et ses rues animées qu'elle aimait tant. Ainsi que son père... Seule autorisée à la suivre: sa gouvernante, maigre réconfort à sa solitude. Bien que n'ayant pas obtenu la permission, Agnès avait dissimulé dans ses bagages son chat Perséphone et le tient enfermé dans sa nouvelle chambre pour que personne ne le découvre. La jeune fille sait qu'elle sera bientôt obligée de faire des activités avec son futur époux... En attendant, elle ère sur le domaine, soupant avec le comte et son plus vieux fils. Depuis qu'elle est arrivée, Francis ne fait que de brèves apparitions au dîner et ne lui a pas adressé un regard. Plus elle se sait détestée, plus elle le maudit avant de se coucher et s'est promis de lui rabattre le caquet s'il adresse à nouveau à elle. Son grand frère Colin qui doit avoir dans les dix neuf ans, est tout le contraire de lui: souriant, drôle, gentil; il est sa seule distraction et semble t il, le seul rayon de soleil dans cette morne famille. La comtesse de Saint Mars, elle ne l'a jamais vu. Elise lui a révélé que tout Paris ne connaissait que de réputation cette femme au tempérament maladif qui a des migraines à lui faire tenir le lit pendant des jours entiers.

N'osant pas sortir de sa chambre, la petite bourgeoise a passé ses premiers jours à lire à côté d'Elise qui fait de la broderie. Agnès aime en effet beaucoup lire et s'instruire. Elle est patiente et disciplinée et se lie facilement d'amitié avec les autres. Pour l'instant, elle ne connait pas très bien le latin et fait quelques erreurs de lecture mais son écriture est irréprochable. Agnès a une voix soprano magnifique et chante souvent aux banquets lorsqu'on le lui demande, connaissant un grand répertoire grâce à sa mère qui lui a transmis sa passion avant de mourir. D'un naturel calme, elle reste bien souvent sur une chaise à parler avec les gens plus âgés qu'elle lors des diners, son discours étant fluide et intelligent. Son esprit est vif, mais elle ne s'en sert pas pour briller, se faisant remarquer malgré elle.





Ses relations




C'est son fiancé, elle ne l'aime pas vu comment il la traite et préfère l'éviter.
Francis de Saint Mars





(c) Gnuh de Never Utopia.


Dernière édition par Tess le Ven 3 Oct - 11:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Francis de Saint Mars   Dim 26 Jan - 0:11


Francis de Saint Mars



Fiche prédéfini







Âge : 14 ans
Activité : marquis de Saint Mars
Côté coeur : fiancé à Agnès Capitan
Avatar :  Robbie Kay




Qui est il?


Francis est le plus jeune de la famille de Saint Mars. S'il sait que son père n'a plus un sou, il rattrape sa pauvreté par l’orgueil d'être de la noblesse. Depuis tout petit, il a toujours éprouvé une grande admiration pour sa mère. Une grande brune distinguée avec un air sévère, qui ne foule quasiment jamais le sol des mortels car elle semble être trop parfaite pour ce monde. Elle n'a pas beaucoup partagé de moments avec ses fils car elle souffre de fortes migraines qui la cloue au lit pendant des mois, mais à chaque apparition, elle était la fierté de sa famille. Devant les invités, elle se comportait toujours très bien, en digne maitresse de maison elle sait gérer une maisonnée et les domestiques pour que tout soit bien organisé. Elle est instruite et sait être éloquente lorsqu'elle est d'humeur et peut tout aussi vous glacer le sang par une critique détournée si elle est mal lunée. Et elle l'est souvent. Ne se sentant jamais à la hauteur, Francis n'a cessé d'arrache-pied de s'améliorer dans tous les domaines: chasse, littérature, art de la guerre, équitation, pour recevoir un compliment du plus noble de ses parents. Devant tous ses efforts, il s'est vu octroyer le privilège de pouvoir rendre visite à sa mère dans sa chambre les jours de maladie, chose qui n'est autorisée à personne d'autre, pas même à son mari. Elle reconnait en lui le sang de sa lignée de nobles italiens et son tempérament de glace lui a été transmis. Ils partagent le même dégoût pour les gens du peuple et exècrent ces "nouveaux nobles", anciennement bourgeois commerçants qui se sont achetés avec leur argent sale un titre de noblesse. Ils savent qu'ils ne sont pas de la même trempe, et entretiennent la différence avec les hommes moins élevés qu'eux.

Cette froideur méprisante qu'il ressent pour tous les petites gens, son père ne la partage pas, ni même son frère ainé. Francis n'éprouve pas grand chose pour son père le comte, qui passe davantage de temps à essayer de trouver un moyen pour s'enrichir qu'à se demander s'il n'est pas  ridicule à force de vouloir plaire à toutes les bourses. Francis ne respecterait pas le comte, si celui ci ne savait pas se montrer digne de son rang une fois qu'ils étaient rentrés dans leur château familial, à l'écart de la cour. S'il n'a pas de points communs avec son père, il peut toutefois échanger une discussion plaisante avec lui et sourire à ses plaisanteries.

En ce qui concerne son frère Colin, ce n'est pas la même affaire. Si le grand frère est jovial et gentil avec tout le monde y compris les servantes, Francis l'aime tout de même de toutes ses forces. Bien sûr ça le met mal à l'aise quand Colin se montre serviable et poli avec n'importe qui mais il a toujours été un bon frère qui s'amusait avec lui quand personne ne s'occupait d'eux et qui lui montrait tous les passages secrets qui existaient au château et qu'il avait eut le temps de découvrir plus jeune. Les deux frères se ressemblent assez, bien que Colin soit plus beau et plus doué au tir à l'arc que lui. Francis quant à lui, arrive à battre son frère à l'épée bien qu'il ait quatre ans de moins que lui, c'est assez prometteur s'il veut participer plus tard aux tournois.

Francis a déjà fait son apparition plusieurs fois à la cour du roi et brille de prestance et d'assurance. Il a d'ailleurs déjà plusieurs admiratrices qui souhaiteraient secrètement l'épouser, et sait être sociable en société mondaine. Avec le reste du monde, s'il n'est pas obligé de se montrer poli, il s'avère être un maitre coriace avec ses serviteurs et à la limite de l'impolitesse avec ceux qu'il croise. Francis ne sait pas vraiment exprimer ce qu'il ressent et devient vite blessant à cause d'un égoïsme accentué. Il est tellement fier que si quelqu'un lui porte un affront, il le lui rendra au centuple, ne pensant qu'à sa vengeance prochaine. Sa maladresse ne s'arrête pas aux relations humaines puisqu'il préfère se tenir aussi loin des animaux que possible. Ces derniers ne l'aiment pas et il le leur rend bien en n'hésitant pas à donner un coup de bâton aux chiens errants vindicatifs. L'équitation passe encore.

Quand son père lui a annoncé fièrement qu'il lui avait trouvé un bon parti, ne lui révélant uniquement que son prénom était Agnès, quelle fut sa surprise quand il apprit son nom de famille le jour de la première rencontre! Une roturière! Tout ce qu'elle représentait le dégoûtait. Une petite fille de riche pourrie gâtée qui mettait le grappin sur le premier noble venu pour pouvoir voir le roi... Et elle se donnait des airs de sainte nitouche en plus. Il pariait qu'elle était stupide, Agnès était trop jolie pour ne pas l'être. Il ne manqua pas de lui dire sa façon de penser une fois qu'ils furent seuls en espérant qu'elle demande à son père d'annuler les fiançailles. Mais il n'en fut rien, au lieu de cela, elle avait répété ce qu'il s'était passé à son père! Autant dire que Francis avait passé un sale quart d'heure avec le sien qui lui interdit de sortir pendant une semaine entière.

" Roturière ou pas, elle a les poches pleines de louis. C'est une opportunité en or que tu as failli faire capoter à cause de ton mauvais caractère! Sache mon fils que si tu ne veux pas que ta famille entière sombre dans la ruine et dans la pauvreté, il te faudra faire des sacrifices. Je m'en contrefiche que tu ne l'aimes pas... Pense un peu à ta mère! Comment fera t elle si elle ne bénéficie plus du confort nécessaire à sa maladie? Nous sommes à ça de perdre notre domaine. Nous n'avons même pas assez d'argent pour employer assez de domestiques pour l'entretien de la maison, le château tombe en ruines!"

Devant de solides arguments, Francis ne put que se taire. Soit, pour se faire rattraper ils inviteraient pendant deux mois Agnès chez eux et essaieraient de la distraire avec des jeux et des sorties. Mais il était hors de question qu'il lui parle plus de cinq minutes. Mariés ne signifiait pas qu'il ne pourrait avoir de maitresse plus tard. Une colère sourde montait en lui lorsque la bourgeoise arriva avec ses bagages et sa gouvernante. Elle lui rappelait que sa famille était pauvre et qu'il n'avait pas les cartes en main pour une fois. Elle le dérangeait autant qu'elle l'intriguait mais il ne voulait pas se l'avouer, préférant l'éviter un maximum jusqu'à ce que son père annonce une sortie demain.






Ses relations


Agnès Capitan
C'est sa fiancée, il la déteste car elle n'est pas noble et il se retient à peine d'être méchant car son père le surveille.

C'est son frère qu'il adore.
Colin de Saint Mars

Fanny de Saint Mars
C'est sa mère qu'il admire et avec qui il a beaucoup de points communs.

C'est son père, très différent de lui.
Georges de Saint Mars





(c) Gnuh de Never Utopia.


Dernière édition par Tess le Ven 3 Oct - 12:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Fanny de Saint Mars   Dim 26 Jan - 1:36


Fanny de Saint Mars



Fiche prédéfini







Âge : 44 ans
Activité : comtesse de Saint Mars
Côté coeur : femme de Georges de Saint Mars
Avatar :  Lana Parilla




Qui est elle?


Fanny, de son vrai nom Fanny Anna Manccini, est aujourd'hui la mère de deux fils bien portants et maitresse d'un comté aux alentours de Paris. Elle est réputée pour être l'une des plus belles et des plus strictes femmes de vassal du roi. Faisant très peu d'apparitions en public, Fanny est presque devenu un mythe admiré de tous, chaque rumeur exagérant les raisons de ses absences et intriguant tout un chacun. Lorsqu'elle fait l'honneur à ses convives de descendre dans la salle de banquet ou d'accompagner son mari à la cour, les rumeurs se dissipent et on peut la voir rayonnante et parfaite au bras du comte de Saint Mars. Impressionnante, elle tient sa prestance de sa famille noble d'Italie, ainsi que sa force de caractère. Si à première vue elle parait calme, lorsqu'on la connait suffisamment on la qualifierait davantage de froide et calculatrice. La moindre de ses remarques peut être comprise de deux manières différentes et elle manie les piques avec tant d'adresse, que la personne à qui elle fait un reproche déguisé se révèle troublé et en bafouille bien souvent. Fanny sait ce qu'elle veut et l'a toujours su. Elle dirige son domaine d'une main de fer. En effet, sans elle son mari le comte aurait bien plus tôt fait faillite, elle a su retarder la catastrophe. Georges de Saint Mars est un homme trop généreux et emprunt à courir des risques, il a donc fatalement dépensé le peu d'argent qu'il possédait après la naissance de ses enfants, sa famille ne possédant plus beaucoup d'argent depuis deux générations malgré leurs ancêtres prestigieux. Fanny sait l’apaiser et le conseiller, chacun sachant que c'est elle qui porte la culotte à la maison. Comment deux personnes aussi différentes en sont venues à se marier?

A l'âge de seize ans, Fanny Manccini était la plus jolie et la plus courtisée des jeunes fleurs de Florence. Elle était destinée à épouser un brillant avenir: issue de la noblesse prospère d'Italie, intelligente, belle et dotée d'un fort caractère comme les aimaient les hommes italiens; elle était promise à un prince de Venise qui devait rentrer de France dans quelques mois, après de longues études. En entrant dans la famille royale de la cité, Fanny pouvait espérer un jour diriger un Etat si la succession le lui permettait, et, au pire, garder le sort de princesse aimée du peuple. Tout ce qu'il lui restait à faire était d'attendre le retour de son fiancé qu'elle n'avait jamais vu qu'en portrait. Ses parents, très contents de leurs alliances, laissaient alors à leur fille chérie une grande liberté pour qu'elle ne s'ennuie pas. Cours de peinture chez les plus grands, équitation et un maitre de danse personnel, Fanny apprenait à aimer l'art sous toutes ses formes. Et alors qu'elle n'aurait du rencontrer que des gens de son rang, le hasard voulu que son professeur de peinture lui fasse peindre un modèle masculin. Il était parfait: une vraie statue grecque avec ce je ne sais quoi de mutin dans le visage. Il avait son âge et ne rêvait que d'aventures et de romance. Les deux adolescents restaient longtemps après le cours pour parler, lui ayant la langue bien pendue et elle le regardant et le remettant à sa place quand il allait trop loin dans le flirt. Ce jeu du chat et de la souris finit mal puisque suivant l'ordre des choses, Fanny perdit sa vertu un soir de pleine lune et fut engrossée alors que l'italien était loin. La nouvelle se répandit vite à travers la botte si bien qu'un mois après sa liaison, ils reçurent une lettre chez elle provenant de la famille royale. Les fiançailles étaient annulées. Fanny se maudit d'avoir été si stupide. Une union avec un roturier beau parleur avait gâché sa vie à tout jamais. Ses parents n'eurent pas à lui faire la leçon car Fanny se punissait déjà elle même en ne se nourrissant quasiment pas de la journée et en restant cloitrée dans sa chambre, volets fermés. La jeune fille tua dans l'oeuf son bébé puisqu'elle fit une fausse couche le mois suivant. On dut la forcer à avaler quelque chose, sinon elle suivrait bientôt son enfant dans la tombe à force de se sous alimenter. Reprenant doucement du poil de la bête, Fanny garderait des séquelles toute sa vie de cet épisode tragique, elle se doute aujourd'hui que ses migraines atroces viennent de là. Sa naïveté et sa jeunesse moururent cette année là et elle devint bien plus froide avec les étrangers, se retranchant derrière son rang pour ne communiquer que si nécessaire.

Lorsqu'un beau et jeune comte fut de passage à Florence avec son père, les Manccini sautèrent sur l'occasion pour lui présenter leur fille avant que les rumeurs ne les rattrapent. Le mariage se déroula très rapidement et le français ne sut jamais ce qu'il s'était passé de scandaleux puisqu'il emmenait Fanny en France vivre une vie nouvelle. Bien qu'il n'y ait rien de passionnel entre eux et que Fanny voyait Georges comme une bouée de secours pour éviter de finir ses jours en vieille fille, il se développa une tendresse entre eux voire dans les premiers temps une vraie passion charnelle qui s'estompa au fil du temps. Se respectant mutuellement, Georges n'hésita pas dès la mort de son père à consulter sa femme pour les grandes décisions sur l'avenir du comté. Si Fanny se sentait faible au moins une fois par mois, les deux grossesses achevèrent de l'affaiblir et après la naissance de Francis, elle se retranchait quasiment toute la semaine dans sa chambre. Des dizaines de docteurs ont tenté des remèdes sur elle, sans succès. Fanny ne veut plus rien avaler de nouveau, sachant très bien qu'ils n'ont plus les moyens de payer tous ces charlatans. Elle se contente de saignées lorsqu'elle se sent vraiment très fiable, pour évacuer le mal. On n'écouta pas un jeune médecin qui avait tenté de montrer que son état était dépressif et non maladif, maintenant cela n'importe plus à personne de connaitre la cause de son mal de toute manière.

Elle aime de tout son coeur sa progéniture mais n'a pas la fibre maternelle. Elle leur procure davantage de conseils que de tendresse. Pourtant, Fanny a autorisé son plus jeune fils à la voir dans sa chambre ses jours de "crise de migraine". C'est son préféré et ne s'en cache pas. Elle reconnait en lui le sang italien chaud et bleu qui coule dans ses veines et se voit en lui. Plein de potentiel et d'avenir. Elle aime discuter avec lui et lui a transmis son allergie aux roturiers. Personne n'a pris la peine de l'avertir sur le fait que sa future belle fille n'a aucun titre de noblesse pour ménager Fanny. C'est la première fois que quelque chose se trame derrière son dos  et comme les hommes de sa vie sont très mauvais menteurs, elle comprit ce dont il s'agissait en quelques jours. Gardant sa colère pour elle, elle feint de toujours ignorer que la fiancée de Francis est une roturière car elle sait bien que c'est la seule solution pour ne pas finir à la rue sans argent. Mais elle est bien décidée à se montrer acerbe avec Agnès lorsqu'elle la croisera.





Ses relations




C'est son fils ainé.
Colin de Saint Mars


C'est son fils cadet, son préféré, qui lui ressemble bien plus.
Francis de Saint Mars

C'est son mari pour qui elle a toujours une petite affection, elle l'aide à diriger son domaine d'une main de maitre.
Georges de Saint Mars






(c) Gnuh de Never Utopia.


Dernière édition par Tess le Ven 3 Oct - 12:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Colin de Saint Mars   Dim 26 Jan - 2:31


Colin de Saint Mars



Fiche prédéfini







Âge : 19 ans
Activité : marquis de Saint Mars, héritier légitime
Côté coeur : amoureux de Juliette, servante
Avatar :  Toby Regbo




Qui est il?


Fils ainé du clan des de Saint Mars, Colin a hérité de la joie de vivre de son père et de sa sociabilité. Si Colin est destiné à hériter un jour du comté, il n'est pas pressé que cela arrive et préfère passer son temps auprès des chevaliers et jeunes nobles de la cour du roi pour se faire des amis et participer aux tournois amateurs. Il s'est créé toute une clique de jeunes avec laquelle il traine tout le temps, tous promis à un bel avenir. Cependant quelque chose le distingue de ses amis nobles: il est le seul qui au fil des années refusait les demandes en mariage pour tous les prétextes possibles et inimaginables. Si ses amis pensent que c'est par soif d'indépendance et pour pouvoir batifoler avec tout ce qui bouge, Colin n'avouera jamais que c'est pour les beaux yeux d'une certaine Juliette, servante au château des de Saint Mars depuis ses 10 ans. Il ont grandi ensemble, et si jusqu'à peu ils ne faisaient que se parler et Colin la taquinait, ça n'allait pas plus loin. Pourtant aussi loin qu'il s'en souvienne, Colin a toujours été amoureux de cette petite brune aux lèvres généreuses qui est toujours trop occupée pour rester en place. Ce n'est qu'il y a six mois qu'il a osé faire le premier pas alors qu'elle était partie chercher de l'eau au puits. Colin était revenu d'un long voyage d'un an aux travers l'Europe qu'il n'avait pas payé car il avait été gentimment invité par la famille d'un de ses amis et voulait raconter ses péripéties à Juliette. Il avait parlé plusieurs langues différentes, s'était retrouvé à devoir se battre avec des inconnus car son ami Alceste avait dragué la femme d'un habitant, voyagé sur mer et sur des terre avec des purs sang,... Cette expérience l'avait fait mûrir et il était aussi épanoui qu'il aurait pu l'être. Presque.

"Il ne me manque plus qu'une femme à mes côtés et je serais le plus heureux des hommes.
Il regarda Juliette qui lui rendit son regard avant de soulever le seau d'eau:
_ Et bien mariez vous! Vos parents n'attendent que cela. Vous êtes l'ainé d'une grande famille et vous n'êtes pas laid. Une femme serait folle de refuser votre demande.
_ Je rêve ou tu as dit que tu me trouvais beau?
_ Quoi?
*Elle rougit et commença à s'éloigner lentement, ayant du mal à porter le seau rempli d'eau glacé jusqu'au château* Non, j'ai juste dit que... Vous n'êtes... plus un enfant... Comme autrefois lorsqu'on se chamaillait... Oh vous m'embêtez à la fin! Allez raconter vos aventures en Europe ailleurs, vous n'avez rien de mieux à faire?
Colin sourit et se mit derrière elle pour porter à sa place le seau. Juliette hésita avant de se laisser faire.
_ Je n'ai jamais rien de mieux à faire Ju', tu le sais.
_ Vous ne m'avez plus appelé comme ça depuis qu'on est enfants."


Colin lui fit comprendre qu'ils n'étaient plus des enfants à présent et l'embrassa. D'abord doucement, puis Juliette prit part au baiser et il devint fougueux. La servante était une des dernières domestiques à avoir été gardée au château malgré les finances désastreuses du comte. Ils étaient si peu nombreux qu'il n'y avait à faire et tous se tuaient à la tâche pour garder le château en état. Madame la comtesse l'avait gardé à leur service car elle la connaissait depuis toute petite et s'était attachée à l'avoir dans le paysage. Si jamais elle apprenait pour le baiser... si jamais qui que ce soit l'apprenait, elle serait jetée à la porte et ne pourrait plus trouver de travail avec la réputation de trainée qu'on colporterait. Paniquée par son propre désir naissant, Juliette s'enfuit après leur premier baiser et Colin ne la revit pas avant des jours. Il mit du temps à arriver à se retrouver seul avec elle mais il y parvint pour la rassurer. Il quitterait tout sans hésiter pour elle. C'est malheureusement ce qui lui faisait peur. Elle lui avoua que s'il se passait quelque chose entre eux cela devait rester secret. Et c'était hypothétique. Ses instructions autoritaires faisaient sourire Colin. S'il ne pouvait la voir qu'à la dérobée, soit, c'était mieux que rien. Et si elle admettait avoir envisagé la chose, c'est qu'elle avait plus de sentiments qu'elle ne l'avouait. Il l'avait senti dans leur baiser.
Depuis l'arrivée de sa belle soeur Agnès, il y a plus d'action dans ce vieux château familial, ce qui lui crée une parfaite diversion pour rencontrer Juliette en cachette, tous les yeux étant braqués sur la petite bourgeoise. Colin passe à présent tout son temps au château, ce qui étonne quelque peu son père qui a l'habitude de le voir faire les quatre cent coups avec ses amis, mais le ravit, pensant à tort que son fils s'investit enfin dans son futur rôle de seigneur. Il partage bien plus de moments avec son père enthousiaste et Colin joue bien son rôle, s'étant fait aimer rapidement par ses sujets avec ses beaux yeux clairs et son sourire chaleureux.

Colin s'efforce de faire changer d'attitude son petit frère vis à vis de sa fiancée. Il espère que si sa mère et Francis changent de point de vue sur Agnès, cela ouvrira peut être la voie à son union avec Juliette. Bien qu'il sache que cela est perdu d'avance, il se ment à lui même pour prolonger son secret avec la servante, préférant ne pas se poser de question sur l'avenir.

Le jeune noble est doux et gentil. Il aime rire et n'hésite pas à charrier les gens qu'il aime. C'est le genre de personne sur qui on peut compter, sa loyauté le perdra un jour... D'autant plus que son meilleur ami Alceste l'entraine toujours dans des galères pas possibles. Il fera sans l'ombre d'un doute un bon seigneur à l'écoute du peuple plus tard.




Ses relations


Juliette
C'est l'élue de son coeur, elle travaille comme servante au château familial.

C'est son frère, qu'il aime bien.
Francis de Saint Mars

Fanny de Saint Mars
C'est sa mère.

C'est son père.
Georges de Saint Mars





(c) Gnuh de Never Utopia.


Dernière édition par Tess le Ven 3 Oct - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Juliette   Dim 26 Jan - 23:22


Juliette



Fiche prédéfini







Âge : 19 ans
Activité : servante au château de la famille de Saint Mars
Côté coeur : amoureuse de Colin de Saint Mars
Avatar :  Adelaide Kane




Qui est elle?


Juliette a très peu connu ses parents. Elle n'a que des souvenirs flous de son enfance: une vache à traire, la main de son père qui verse la soupe, ses petites sœurs grouillant partout, les os apparents du cou de sa mère et puis la jour le plus important de sa vie: son départ lorsqu'elle eut 10 ans pour le château de de Saint Mars pour y travailler en tant que servante. C'était un âge normal pour commencer à faire vivre sa famille. Elle avait survécu à l'âge des 5 ans où la plupart des gosses de paysans n'arrivait jamais, il était temps de "remercier le bon dieu pour la vie" qu'on lui avait donné. C'est ce que répétait sa mère en lui disant au revoir. Personne ne pleurait, pas même la petite. Juliette n'avait jamais connu ce que c'était qu'une vraie famille où l'on s'aime et où l'on prend du temps pour être ensemble. En y repensant, elle estime que son départ était le premier jour du reste de sa vie. On lui avait montré qu'elle devait grimper jusqu'en haut de la colline qui surplombait son village natal d'agriculteurs. A l'époque elle crut bien mourir essoufflée à force de marcher aussi loin avec ses petites jambes. Elle dut s'y prendre à trois fois pour arriver au château, ayant fait sa pause déjeuner sur un petit rocher au bord du chemin, c'était la première et dernière fois que sa mère lui avait préparé un petit baluchon pour le repas. Du bon lard fumé pour cette occasion. Arrivée en contrebas de la gigantesque demeure, Juliette prit son courage à deux mains avant de tirer la manche d'un des soldats qui gardait l'entrée du château. Il lui avait lancé un regard agacé qui lui fit encore plus lourdement ressentir qu'elle n'était pas de ce monde.

"Qu'est ce que tu me veux gamine?
_ Je suis venue travailler au château. Pouvez vous me dire où j'dois m'rendre?"

L’aplomb de la petite fille surprit. Elle avait beau avoir un vocabulaire de bouseux et un accent à couper au couteau, Juliette n'hésitait pas à vous regarder droit dans les yeux du haut de ses 10 ans. On la conduisit voir la dame de Saint Mars pour qu'elle valide son entrée. On l'attendait plus tôt, Juliette dut s'excuser maladroitement et cela attendrit la maitresse du domaine. A la vue de cette grande dame et de sa toilette magnifique, Juliette eut toujours pour elle à partir de ce moment là, une admiration infinie. On ne pouvait chercher qu'à lui plaire. Fanny le lui rendit puisqu'elle ne la réprimanda pas une fois en neuf ans contrairement aux autres domestiques. Peut être lui rappelait elle ses propres enfants dont l'ainé avait le même âge qu'elle. La plus âgée des servantes lui fit un topo en quatrième vitesse: elle lui servit de guide tout en lui chuchotant des ragots sur leurs maitres et comment c'était la vie ici. On a pas à se plaindre mais le comte est de plus en plus à cours d'argent. Cela inquiéta Juliette qui ne voulait pas retourner d'où elle venait aussi rapidement qu'elle était arrivée. En ayant goûté à toute cette nouveauté, elle avait compris qu'il valait mieux côtoyer tous ces gens que ceux de la campagne, que la vie ici était beaucoup plus intéressante et inespérée que ce qu'elle pouvait jamais obtenir. Son salaire était directement envoyé à ses parents et elle bénéficiait du gite et du couvert toute l'année.
Elle n'oublierait jamais sa première rencontre avec Colin. C'était lors de sa première semaine au château. Elle s'était complètement perdue car ces murs de pierre étaient de vrais dédales et il fallait dire que la doyenne des domestiques n'avait pas très bien expliqué comment se repérer. Elle ouvrait alors précautionneusement chaque porte qui se trouvait sur son passage, espérant trouver l'accès aux cuisines ou à défaut quelqu'un pour la renseigner. Presque toutes les pièces étaient fermées sauf la dernière. Quand elle l'ouvrit doucement, une épée en bois s'abattit sur son bras avec violence. Juliette dut crier le plus grossier de tous les jurons pour l'époque car le petit garçon blond comme les blés qui se trouvait à l'intérieur fit des yeux tout ronds.Tandis qu'il se précipita pour s'excuser et voir s'il l'avait blessé, Juliette le repoussa en lui lançant un regard noir.
" Non mais t'es stupide mordiou? ça t'arrive souvent d'assommer ceux qui entrent ou c'est juste pour me souhaiter la bienvenue?
_ Excuse moi, je répétais un mouvement que le maitre d'armes m'a appris et j'ai laissé échapper mon épée... ça va aller?

Juliette regarda le petit garçon sans comprendre avant d'écarquiller les yeux à son tour. La pièce dans laquelle elle s'était introduite était une salle d'armes. Elle s'inclina de façon grotesque et voulut partir:
_ Oh monseigneur, vous êtes un de Saint Mars? Je ne ... Veuillez me pardonner. J'étais perdue...
Colin la retint par son bras valide et lui fit un sourire radieux:
_ Allons appelle moi Colin, c'est la moindre des choses après ce que je t'ai fait subir. *Juliette essaya de s'éclipser mais il l'entraina à l'intérieur.* Bouge pas! Tu dois reposer ton bras... *Il lui tira la table jusqu'à elle pour qu'elle se repose et quand ils furent tous deux assis, il eut le loisir de la détailler avec des yeux plein d'étoiles.* T'as quel âge?
_ 10 ans...
_ Moi aussi! On va bien s'amuser alors! Si tu savais comme je m'ennuie ici, il n'y a que mon frère et il sait à peine marcher. C'est quoi ton prénom?
_ Juliette.
_ Ju... C'est joli. "


A partir de ce jour là, ils grandirent ensemble, Colin l'entrainant de temps à autre s'amuser dehors avec lui et lorsqu'ils revenaient plein de boue au château, il prenait l'entière responsabilité de l'escapade et se faisait punir pour deux. Si Juliette n'était qu'une servante, elle apprit au contact de Colin et de sa famille à mieux s'exprimer et perdit son langage fleuri de son enfance sans grand regret. Avec l'âge, elle apprit à garder ses distances avec Colin pour ne pas lui créer d'ennuis. Elle s'interdisait d'avoir la moindre pensée à son égard bien qu'il fut la plus belle personne qu'elle n'ait jamais rencontré. Il était bien trop parfait pour elle, et quand elle sentait son coeur battre à cent à l'heure lorsqu'il lui souriait, elle prenait un prétexte pour s'en aller dans une autre pièce.
Juliette est débrouillarde et masculine de caractère. Elle remet à sa place ceux qui se croient tout permis et ne se laisse pas marcher sur les pieds. C'est une bonne cuisinière, et sait comment garder en état le château pour qu'il ne tombe pas en ruines. Elle ne ressemble à aucun membre de sa famille physiquement, la beauté ayant vraisemblablement sauté une génération et elle a rendu visite à sa mère quelques fois pour lui amener de la nourriture en trop. Son père est décédé il y a quelques années et même si elle n'a jamais été proche de lui, elle joue son rôle de bonne fille et se sent responsable de sa mère et de sa flopée de petites soeurs et petits frères.

Sa mère se demande quand est ce qu'elle se trouvera un bon parti au château, un domestique ou autre serviteur, mais Juliette se garde bien de lui répondre. Un palefrenier de son âge environ la drague lourdement depuis une année pour qu'elle se marie avec lui mais elle le trouve trop bête. Se réservant sans s'en rendre compte pour l'élu de son coeur, Colin lui avoua ses sentiments lorsqu'il rentra d'un long voyage. Elle est encore mal à l'aise avec l'idée qu'ils pourraient être découverts et sait que ça va mal finir mais plus elle passe de temps en secret avec lui, moins c'est facile de se séparer de lui. Pourtant Juliette sait très bien qu'il lui faut réfléchir pour deux, car si Colin est un homme intelligent, il est trop passionné pour être prudent lorsqu'il s'agit d'elle. Elle ne voudrait surtout pas gâcher sa vie et perdre l'estime de Mme de Saint Mars. Ce château c'est comme sa vraie famille et tout ce qu'elle espère au mieux c'est de pouvoir être la maitresse de Colin jusqu'à ce qu'il se marie.







Ses relations




C'est le fils de ceux pour qui elle travaille comme servante au château, elle a grandit avec lui et l'aime autant qu'il l'aime.
Colin de Saint Mars






(c) Gnuh de Never Utopia.


Dernière édition par Tess le Ven 3 Oct - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu
avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Georges de Saint Mars   Dim 6 Juil - 15:51


Georges de Saint Mars



Fiche prédéfini







Âge : 48 ans
Activité : comte de Saint Mars
Côté coeur : marié à Fanny de Saint Mars
Avatar :  Nikolaj Coster-Waldau




Qui est il?


Georges est le troisième fils du duc de Saint Mars. Destiné à faire ce qu'il voulait car aucune responsabilité ne pesait sur ses jeunes épaules, dès sa plus tendre enfance il en profita pour jouer avec les enfants du village quels qu'ils soient. Puisque c'était le fils du duc, il y avait tout de même certaines règles tacites dans leurs jeux d'enfant: Georges choisissait ce qu'on allait faire et en échange il amenait ses petits amis prendre un encas dans les cuisines du château à la fin de la journée. Si ses grands frères ne manquaient pas de lui rappeler qu'il devait voir ses espoirs à la baisse car il n'hériterait jamais du domaine familial ni même de la plus belle femme, Georges dirigea son ambition ailleurs. Chez les deux plus âgés de Saint Mars régnait une compétition malsaine qui se faisait ressentir à chaque entrainement à l'épée. Ayant côtoyé davantage de monde qu'eux, Georges était le plus doux des fils. D'un naturel gentil, il laissait avec plaisir la gloire à ses frères. A quoi bon être l'ainé si l'on devait être responsable toute sa vie de paysans sur son domaine et régler tous les problèmes liés à la seigneurie? C'était bien trop fatiguant. Non, ce qui manquait cruellement à la maison c'était de l'argent. Si l'on cultivait les apparences auprès des sujets, l'on voyait bien qu'au château il n'y avait pas assez de serviteurs ni même assez de victuailles pour se montrer à la hauteur du banquet annuel. Ils étaient ruinés depuis deux générations. Georges se mit à cultiver une soif insatiable d'argent alors qu'un certain fatalisme avait atteint le reste de la famille. On le retrouvait au milieu de la nuit à 15 ans en train de parier sur des combats de chien, à discutailler avec les commerçants pour connaitre leur quotidien et savoir comment ils avaient fait fortune. Lors de ses apparitions à la cour, le bel adolescent faisait fureur car son visage angélique allait de paire avec sa tendance à flatter tout un chacun pour obtenir ce qu'il voulait.

Promis à sa cousine, il connut ses premiers émois auprès d'elle, à l'abri des regards. Alors que tout le monde savait ce qui l'attendait, le sort s'acharna sur les De Saint Mars dès le printemps de l'année 1118. Louis de Saint Mars, l'ainé de la fratrie, fut tué au cours d'un duel à la cour du roi, ayant reçu un débris de lance dans son oeil droit. Il succomba de ses blessures la nuit même et Georges dut accompagner son père pour récupérer le corps et lui donner une sépulture coûtant une fortune. Cela attrista quelque peu le benjamin qui garderait comme souvenir du défunt un garçon bagarreur et pompeux qui ne réfléchissait jamais assez avant d'agir. L'année suivante, ce fut Grégoire de Saint Mars qui perdit la vie au cours d'une bête partie de chasse avec des amis. Il eut le malheur de monter sur un cheval nerveux et celui ci l'entraina dans sa chute non loin d'une rivière rocailleuse. L'on dit que sa cervelle saigne encore dans la rivière renommée depuis l'incident "la coulante pourpre". Grégoire n'eut pas le luxe d'avoir sa propre tombe puisqu'on l'enterra à côté de son frère par souci d'économie. Il manquerait moins à Georges que Louis car Grégoire l'avait toujours embêté, cherchant à le faire sortir de ses gonds en vain. Sa fiancée Héloïse comprit la première ce qui allait se passer et fit un terrible scandale devant le père de Georges.

"Il est hors de question que le mariage ne se fasse pas! Il m'a fait perdre ma vertu! Que dîtes vous de cela?"

Bien loin de se fâcher, le duc répondit que c'étaient des choses qui arrivaient et qu'elle n'aurait aucun mal à trouver un autre mari avec ses pommettes bien roses et sa volonté à toute épreuve. Elle devait comprendre que Georges méritait à présent une épouse avec un statut et une dot bien supérieurs qu'elle. Héloïse s'enfuit en pleurant dans ses appartements en brisant quelques vases au passage. Elle aimait de toutes ses forces Georges et ne s'en remettra jamais. Il lui promit de ne pas l'oublier et de la voir régulièrement car après tout ils étaient cousins.
Pour s'éloigner des tracas de la vie quotidienne et mieux le former à son futur rôle de seigneur, le duc emmena son fils à Florence pour un séjour en tête à tête. C'est là que Georges rencontra Fanny, une splendide italienne de son âge et riche de surcroit. Le mariage se fit à la volée si bien qu'avant même de s'en rendre compte, Georges se trouvait sur le chemin du retour accompagnée de sa femme. En un sens, Fanny ressemblait à Héloïse: elle était capable de tout pour arriver à ses fins. Il ne pouvait rêver meilleure alliée pour l'aider à diriger ses terres. Il l'aima tendrement même après qu'ils ne partagèrent plus très souvent la couche, quand leurs deux fils furent nés. Georges peut vaquer à ses occupations et sa femme reste alitée à la maison à s'occuper de leur comté. Il ne manqua jamais une occasion de perdre tout son argent et de le regagner, saisissant n'importe qu'elle opportunité et la comtesse rattrape ses bourdes sans rien lui reprocher à haute voix. Elle sait tout comme lui qu'il n'est pas à la hauteur pour ces choses là.
Sa dernière trouvaille: marier son plus jeune fils à une roturière fortunée. Il n'en a pipé mot à sa femme car il connait son dégoût pour les personnes qui n'ont pas de sang bleu. Selon lui, tous les hommes sont semblables et chacun peut réussir sa vie s'il s'en donne les moyens. Il n'a pas encore trouvé l'affaire de sa vie, c'est tout. Georges sent d'ailleurs que ça ne va pas tarder car fort de cette union avec les Capitan, le père de la fiancée a accepté d'échanger de bons conseils avec Georges et de l'entrainer dans ses combines.

Georges de Saint Mars est un homme cultivé. Il sait tenir n'importe quelle conversation et c'est pour cela qu'il s'est fait tant de relations à la cour. Il n'apprécie pas de se battre outre mesure et échappe aux croisades dès qu'il le peut, préférant aller chasser que de battre le fer avec un adversaire. Astucieux et inventif, il aime prendre des risques en affaires et s'intéresse à tous les aspects du commerce. Il est peut être trop joueur pour gérer un commerce stable. S'il le pouvait, il travaillerait comme tout un chacun, mais il n'abandonnera jamais son titre de noblesse pour cela. Apprécié de ses sujets, il est heureux de voir que son fils ainé Colin lui ressemble sur beaucoup de points. Il a toujours essayé d'instaurer une bonne atmosphère chez lui et pense avoir réussi en voyant que ses fils s'aiment véritablement. Même si sa femme reste cloîtrée à la maison, elle honore ses engagements de comtesse et il s'en satisfait. Ses appétits sexuels sont éteints depuis que l'état de Fanny a empiré et il repense de temps à autre à sa jeunesse avec Héloïse, cousine qui lui a envoyé une lettre pour le prévenir de sa venue prochaine. A défaut d'avoir une actualité sentimentale, son objectif du moment est d'obliger son fils cadet à bien se conduire avec sa promise. Cette Agnès, il l'aime déjà pour tout ce qu'elle représente et pour sa joie de vivre. Avoir une fille lui manquait.




Ses relations




C'est son fils ainé qu'il adore former à lui succéder.
Colin de Saint Mars


Fanny de Saint Mars
C'est sa femme pour qui il a un profond respect et une affection même s'il ne partage plus depuis longtemps son lit.

C'est son fils cadet.
Francis de Saint Mars







(c) Gnuh de Never Utopia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les personnages prédéfinis en 1146   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les personnages prédéfinis en 1146
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suggestion personnages prédéfinis
» Personnages Prédéfinis :
» Règles et Formulaire pour Personnages Prédéfinis
» Proposer des personnages prédéfinis...
» Valorisation des personnages prédéfinis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyage dans le temps RPG :: Veuillez présenter votre carte d'identité au contrôleur :: Les prédéfinis à votre disposition-
Sauter vers: