Voyage dans le temps RPG
Le temps est une invention de l'Homme, vous savez. Alors autant jouer avec puisque la vie n'a aucun sens... Mais plusieurs. Tenez, des centaines de personnes disparaissent chaque année sans donner d'explications. ça donne la chair de poule, non? Paris est une grande ville. Elle a des projets pour certains de ses habitants. Vous ne me croyez pas? A votre guise... Mais croyez vous vraiment que ce soit le hasard qui vous ait conduit jusqu'ici?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les bonnes manières [RP entre Benjamin et Rose en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Les bonnes manières [RP entre Benjamin et Rose en cours]   Lun 8 Sep - 16:15


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les bonnes manières


Rose & Benjamin

"Je suis sûr de l'avoir vu quelque part... Mais où l'ai je dont mis celui là?
Dit à haute voix le vieux libraire en se grattant l'extrémité de son crâne dégarni.
_ Il est peut être au rayon philosophie... Se hasarda une petite blonde à l'accent chantant.
L'homme aux lunettes rondes la dévisagea comme s'il avait devant lui un génie avant de s'engouffrer rapidement dans un des couloirs de sa minuscule boutique, bientôt suivie de sa cliente. La librairie n'aurait pas été aussi exigüe si son propriétaire n'y avait pas entassé autant d'étagères que possible. L'on passait à peine entre les allées poussiéreuses qui sentaient bon le papier mais il y avait tant de lumière qu'une fois plongé dans un bon bouquin, l'on se sentait comme chez soi bien caché derrière son rempart d'ouvrages précieux. Tout visiteur non initié comprenait immédiatement qu'il s'agissait d'une librairie d'habitués et de collectionneurs. Il y régnait une ambiance entendue. D'ailleurs ces derniers surgissaient parfois d'un côté de la pièce, le sourire aux lèvres et une oeuvre sous le bras. Si le libraire n'était pas doté d'une très bonne mémoire en ce qui concernait les rangements, il pouvait tenir des heures sur un sujet très poussé de littérature. C'était pour cela que c'était la librairie préférée de Benjamin. Il y trouvait toujours un essai inconnu grâce aux précieux conseils du patron et pouvait parfois en acheter pour une centaine de francs, les dévorant tous à la suite; parfois sur place. S'il s'agissait de son argent, il aurait fait plus attention et aurait  fréquenté les bibliothèques nationales d'un style trop moderne à son goût mais puisque c'était papa qui payait, le jeune homme ne voyait aucune raison de se freiner. Avec son taux record d'absentéisme à la fac, il avait du temps libre à revendre pour lire notamment. Cependant il ne s'ennuyait jamais; se plaisant à rappeler à chacun que Paris était pleine de surprises. Parfois l'on ne le voyait plus pendant des jours. Et il réapparaissait, son sourire nonchalant sur les lèvres prétextant qu'il avait eu envie de rester seul pour lire et réfléchir. Il préférait apprendre de son côté plutôt qu'à l'école et trier les informations vu que l'Etat adorait leur faire du bourrage de crâne selon lui. C'était donc grâce à cette petite librairie non loin du quartier latin que Benjamin entretenait ses idées et pouvait disserter sur ses sujets favoris. Il avait eu beau faire de la publicité pour l'établissement et emmené certains de ses amis sur les lieux, il n'avait jamais réussi à faire de nouveaux adeptes, les étudiants jugeant cette boutique trop silencieuse, que l'interdiction de fumer était rédhibitoire ou que le patron était trop farfelu pour être compétent.

Alors qu'il appréciait le calme, Benjamin, perché en haut d'une de ses échelles pour étagères, crut entendre une voix familière. Il passa en revue toutes les personnes dont il se souvenait et ne put mettre le doigt sur la bonne. L'étudiant enleva quelques livres pour distinguer qui se trouvait derrière l'étagère et reconnut la petite blonde qu'il avait croisé l'autre jour au dancing. Tandis que le vieux monsieur se courbait pour chercher sur la plus basse des rangées, le regard de Rose fut attiré en hauteur par la tête de Benjamin qui était au milieu des livres. Le jeune homme lui sourit et fut content qu'on lui rendre la pareille.
_ J'étais pourtant sûr que le manuel que vous recherchez n'était pas loin des essais...
Son attention étant complètement accaparée par les nouveaux arrivants, Benjamin lâcha l'essai qu'il était en train de lire pour faire des signes à Rose histoire de la dérider un peu. Elle se retenait de rire alors que Benjamin faisait le pitre. Quand le libraire se releva perplexe, Benjamin reconnut l'expression de son vieil ami. C'était dans des moments comme ça qu'il marmonnait son "juron" favori.
_Scrogneugneu de scrogneugneu..." S'était exclamé Benjamin en même temps qu'Archibald.
Celui ci se tourna vers Benjamin surpris, mais l'étudiant descendit quelques marches de son échelle pour ne plus être vu.

Il attendit que Rose soit sortie pour la rejoindre sur le trottoir.  Elle esquissa un sourire tandis que Benjamin prit des mains le sachet en papier qui contenait l'achat de Rose.
" Monsieur Cotempa vous a encore donné un manuel à acheter pour l'étude des civilisations disparues? A ce rythme là, il va ruiner toute la promotion.
Rose haussa les épaules:
_ Tu sais ce qu'il dit toujours...
_ Mettez toutes les chances de vos côtés et vous ne vous plaindrez pas d'avoir eu de mauvaises notes.
Récitèrent ils en choeur en levant les yeux au ciel.
_ Il aime nous mettre la pression. Répondit d'un air absent Benjamin qui portait à présent les paquets de Rose pour la débarrasser. Elle lui lança un regard.
_ ça n'a pas l'air de tant t'angoisser que ça. On est censés rendre une dissert demain en civilisation. Je suppose que tu l'as terminée comme moi?
Benjamin fit un grand sourire qui ne se prenait pas au sérieux:
_ Mais bien sûr... Interroge moi.
Elle n'avait pas l'air convaincue mais tenta le jeu qu'il lui proposait.
_ Très bien... L'île qu'on travaille en ce moment, elle s'appelle comment?
_ C'est pas du jeu! Je vais jamais en cours! ... Mais tu le savais non?
S'écria t il en faisant une mine dégoutée comme un enfant qui accusait son partenaire de jeu de tricherie. Elle avait un air malicieux qui fit retomber aussi sec ses exclamations. Il s'arrêta pour lancer une pièce à un marchand qui exposait ses pains dehors pour mordre dans un petit pain au lait. Je n'ai pas mangé ce midi. Expliqua t il avant de rétorquer sérieusement. C'est à force de vider son énergie sur les civilisations disparues qu'on en deviendra une nous aussi. Sans déconner, pourquoi ils ont fouttu cette matière au programme? C'est dehors que l'Histoire se passe! Regarde là bas *Il désigna quelqu'un qui taguait sans vergogne un mur* c'est l'évolution qui est en marche. Tu veux savoir pourquoi on nous dit depuis notre plus jeune âge de suivre de longues études? Pour qu'on ait pas le loisir de vivre notre propre vie et qu'on finisse vieux et con comme nos parents. Avec un tel formatage à l'école, c'est normal que tout le monde finisse par penser pareil. ça commence dès la maternelle. Et après on vote De Gaule à vie. Sa dernière phrase il l'avait prononcé d'un ton amer et dégouté.
_ Pourquoi tu t'es inscrit à une école pareille si tu penses tout ça? Elle fit non de la tête quand Benjamin lui tendit un bout de son petit pain. Au refus, il haussa les épaules et finit son espèce de déjeuner sur le pouce. ça lui arrivait souvent de sauter les repas parce qu'il avait oublié de manger. Il répondit sur un ton plus calme;
_ On a beau critiquer le monde, on finit toujours par vouloir faire plaisir aux parents... C'était ça ou ils m'inscrivaient de force à l'armée. J'ai déjà fait mon service militaire, ça te dégoute du truc à vie. * Il secoua la tête comme pour s'enlever quelque mauvais souvenir avant de jeter un coup  d'oeil autour de lui* Et où va mademoiselle?
Rose se rendit compte en même temps que Benjamin qu'ils avaient parlé tout du long sur le chemin.
_ Oh, t'es pas obligé de me raccompagner. J'allais déposer mes affaires chez moi avant de me balader au quartier latin.
_ Je te le dirais si j'en ai marre.
Répondit il du tac au tac en un joli sourire. J'ai eu un peu peur pour toi l'autre jour, quand le groupe s'est éparpillé au milieu de la manif qui a mal tourné.
_ J'ai pu gagner la rue parallèle pour éviter les flumigènes..
_ Tant mieux.
_ Je sais pas ce qui leur prend aux flics. C'est pas comme en Angleterre ici? Ils ont le droit de faire du mal aux civilians?
_ J'aime bien ton accent.

Rose fit de grands yeux avant de détourner le regard. Il avait dit ça sans réfléchir, ça lui faisait penser aux Etats Unis. Il fit un sourire en coin en se disant qu'elle était plus timide qu'elle n'en avait l'air.
_ Ils ne savent plus comment réagir, c'est leur problème d'ailleurs. L'Etat et tous ses représentants, ils sont d'un autre âge; ils peuvent plus comprendre ce qui est en jeu aujourd'hui. Alors ils réagissent comme n'importe quel père dépassé et un peu simplet ferait, il cogne. Mais il a pas encore compris que c'était pas un père pour nous. Il est censé être notre représentant, notre voix et qu'il ne peut pas se prendre pour quelqu'un d'autre impunément. Ils nous ont libéré d'une dictature pour nous imposer une dictature douce.
Des bruits de pas résonnèrent dans la rue. Puis bientôt plusieurs personnes qui courraient les dépassèrent tout en les prévenant bruyamment que les flics allaient tous ramasser sans distinction. Benjamin fut plus rapide que Rose et la prit par la main.
_ Viens, j'ai des amis à deux pas chez qui on peut se réfugier le temps qu'ils se calment.
Alors que le premier policier faisait son apparition, Benjamin détala avec l'anglaise. Il leur cria dessus mais c'était déjà trop tard, les deux jeunes gens montaient quatre à quatre les marches d'une cage d'escalier. L'étudiant cogna à la porte de son ami qui lui ouvrit rapidement et leur fit signe d'entrer.
_ Dépêchez vous! Ils ont déjà embarqué un pauvre jeune au coin de la rue qui était même pas de la manif.
Benjamin libéra la main de Rose et posa son livre sur la commode qui se trouvait à droite dans l'entrée pour se diriger vers la fenêtre du salon. Il s'arrêta net lorsqu'il reconnut la silhouette solide de son père au milieu de la pièce. Quel con! Il n'avait même pas réfléchi avant de venir. Son ami Fred qui habitait là, il le connaissait grâce à ses parents qui étaient eux même des amis de la haute société de ses propres parents. Il se maudit d'avoir amené une amie de la fac ici. Lui qui avait toujours su garder secret son cercle familial... Voilà que l'une de ses grandes soeurs sortit avec un air surpris de la cuisine, une tasse de café à la main. Il en avait terriblement honte. Ils étaient tous riches, imbus d'eux même et élitistes. Tout ce contre quoi il se battait au jour de jour. Qu'allait penser Rose de lui maintenant? Et quand elle le raconterait aux autres? Peut être pouvait il éviter davantage de dégâts en repartant. Il s'apprêtait à faire volte face quand sa soeur prit la parole.
_ Et bien, qui croise t on dès qu'il y a du grabuge?
_ Sylvie, je t'en prie.
La coupa d'un ton sec leur père.Benjamin, je suis content de te voir.
_ Moi aussi père...
_ Tu es accompagné?

Benjamin connaissait cette expression par coeur. Il avait beau essayer de cacher sa curiosité malsaine, il le voyait au milieu de la figure que son père désirait savoir si elle était une prétendante de bonne famille ou non. Il eut un haut le coeur.
_ Rose Hathaway, enchantée de faire votre connaissance monsieur Médicis...
_ Hathaway? Comme le docteur Georges Hathaway?
_ Euh... Et bien oui, c'est mon père.

Benjamin sentait la situation lui échapper inéluctablement alors que sa soeur touillait lentement son breuvage. Elle avait l'air d'adorer le spectacle. Il lui lança un regard mauvais qu'elle lui rendit avec un sourire narquois.
_ Quelle magnifique fille il a. *Il lui tendit sa main et baisa la sienne.* Je le connais depuis très longtemps... Lorsque j'ai "fait mes armes" en Angleterre si l'on peut dire, il a été pour moi de très bonne compagnie.
_ Mon père veut dire par là qu'il s'est offert du bon temps en Grande Bretagne quand il était jeune. Et par bon temps, j'entends aller aux bals de la société anglaise telle cendrillon.

Son père ne relevait plus les provocations de son fils depuis bien longtemps. Il se contenta de lui lancer un regard glacial qui le calma avant de reprendre tranquillement sa conversation.
_ Je t'ai envoyé une invitation pour notre week end annuel à la campagne il y a des semaines. Je suppose qu'elle pourrit dans ta boite aux lettres avec le reste de ton courrier que tu n'ouvres jamais. *Il se tourna vers Rose* Ce petit oublierait de manger si on ne le lui rappelait pas. *Benjamin feignit de ne pas se sentir concerné bien qu'il ait tapé en plein dans le mille, ça l'agaçait d'autant plus. Il se dit qu'ils étaient passés maitres dans l'art des faux semblants dans cette famille puisque son père savait pertinemment qu'il avait jeté cette invitation dès qu'il l'avait lue. La garden party annuelle des Médicis était une atrocité. Il en avait assez souffert comme ça étant petit.* Si son côté tête en l'air ne vous a pas encore fait fuir, accepteriez vous de l'y accompagner? Ce serait une joie pour nous d'accueillir une Hathaway à notre table. Vous êtes la première... amie de Benjamin que nous avons l'honneur de croiser. C'est ce vendredi.
_ C'est à dire que...

Benjamin sentit dans le coup d'oeil gêné qu'elle lui lança qu'elle était presque aussi mal à l'aise que lui. Il essaya de mettre un terme à cette mascarade.
_ Père, ce n'est pas ce que vous croyez. Rose étudie aussi à la Sorbonne, et aucun de nous n'a l'intention de se pointer à votre...
_ Je crois que Rose est assez grande pour répondre par elle même. Quant à toi, cela fait déjà trois ans que tu rates cet événement. Tu dois savoir combien c'est important pour ta mère.

Benjamin sentit un frisson lui parcourir l'échine. A chaque fois qu'il invoque mère, j'ai l'impression qu'on appelle Satan.
_ La party est ce vendredi. Renchérit Sylvie d'un air jovial. Elle prit les mains de Rose, on reconnaissait en elle la persuasion avec laquelle Benjamin parlait quelques fois. Nous pourrions vous amener! C'est à 3 heures de Paris mais nous nous amuserions tellement! Et puis vous feriez une fleur à Benjamin, il n'est pas comme un poisson dans l'eau dans ce genre d'événement.
_ Puis que je vous dis que je n'ai pas l'intention d'y aller!
_ Je vous montrerai les chevaux. Vous aimez monter?
_ Et bien... Oui j'aime les che...
_ Parfait! Faisons comme ça.
Trancha monsieur Médicis avant de reprendre ses gants d'extérieur. Notre chauffeur viendra vous prendre devant chez vous. *il eut un bref regard pour son fils.* N'oublie pas ton smocking."

Un silence assourdissant envahit la pièce plusieurs minutes après leur départ. Puis le bruit des policiers tabassant les manifestants dehors rompit le charme. Benjamin se prit la tête dans ses mains avant de se redresser devant Rose.
"Je suis tellement désolé pour ça." Mais la phrase qu'il aurait voulu prononcer était tu dois me prendre pour un crétin arrogant maintenant.


© code by Lou' sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Lola
Seigneur du temps
Seigneur du temps


Messages : 107
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 21
Localisation : Nerverland

MessageSujet: Re: Les bonnes manières [RP entre Benjamin et Rose en cours]   Dim 30 Nov - 20:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les Bonnes Manières

Benjamin ☂ Rose


*La jeune anglaise se retrouva un peu prise au dépourvu par la conversation qui venait d’avoir eu lieu avec le père de Benjamin. Elle ne pensait pas qu’il venait de ce genre de famille, après tout elle n’était même pas sûre de connaitre son nom de famille avant cette rencontre. Quand on vient d’une grande famille de riche et qu’on veut mener une révolution étudiante, il est peut-être préférable de le taire. Elle aussi était d’une famille riche et la remarque du père de son camarade l’avait mise mal à l’aise. Les gens de Paris ne faisaient pas forcement le lien entre le Docteur Hathaway et elle ; et c’était surement la raison qui l’avait pousser à venir dans cette si belle ville, l’anonymat ça tente tout le monde. Elle tourna la tête vers Benjamin et lui fit un demi sourire* Don’t worry…c’est bon ! * Elle se racla la gorge et regarda par la fenêtre, la rue était à nouveau calme.* Je vais rentré chez moi…Merci de m’avoir accueillit quelques minutes chez vous, et merci Benjamin de m’avoir en quelque sorte évité des ennuies. * La blondinette ouvrit la porte et avant même qu’ils aient eu le temps de répondre elle descendait déjà les escaliers en vitesse. Une fois chez elle, elle se rendit compte que le jeune homme avait garder son manuel et se maudit de ne pas y avoir penser. * Shit…How can i have it now…*Elle se mit à faire les cents pas dans son appartement et se souvint de sa première rencontre avec lui, dans un café du quartier Latin. Celui à deux pas de chez elle…* Great ! *Elle enfila rapidement sa veste en cuire et ses bottines noirs et alla vers le lieux où elle pensait le trouver. Elle fit un signe au barman qui avait l’air de l’apprécier. Rose regarda autours d’elle et vit dans le fond de la salle, un grand brun en train de bouquiner un manuel de philosophie, elle ne pu retenir un sourire. Après s’être allumé une cigarette, elle s’approcha d’un pas sûre d’elle de lui* Hey…*Le jeune homme leva les yeux du livre.* Oh j’suis désolé. Je le feuilletais un peu parce que tu l’as oublié tout à l’heure et je ne savais pas trop où j’aurai l’occasion de te voir pour te le rendre. Voilà ! * Il referma l’ouvrage et le lui tendit. Rose pris rapidement le livre dans ses mains et se retourna vers la sortie mais Benjamin lui attrapa le poignet* Tu restes pour un café ? * La blonde haussa les épaules, elle fut surprise de la demande mais après tout elle avait entendu dire que le jeune homme était un grand parleur et dragueur. Elle leva donc les yeux au ciel, que risquait t-elle, et s’assit en face de lui, en posant le livre sur un coin de la table* Ok mais…j’ai des devoirs à potasser aussi donc je reste pas longtemps. *Les deux jeunes gens parlèrent de tout et de rien pendant un long moment. Au bout d’un moment la main de Benjamin se posa sur celle de Rose et elle sentit comme une décharge électrique dans son corps. Qu’avait ce garçon que d’autre n’avaient pas ? Elle n’en avait pas, mais ces talents d’orateur devaient surement jouer sur son charme naturel. L’étudiante en philosophie retira sa main mine de rien, ne faisant paraitre en aucun cas son malaise. De café, ils étaient passés aux bières puis aux verres de vins et riaient à gorge déployé. Un groupe d’étudiant qui traînait souvent avec le beau brun virent s’installer à leur table.* Mais toi sinon t’en pense quoi…? Ben…? *La petite brune qui se trouvait à sa droite lui secoua le bras, son ami semblait intéressé par quelque chose d’autre. Juste en face d’eux,Rose se faisait tirer de force sur la « piste de danse » pour twister un peu. Elle se déhanchait en riait, son verre de vin dans une main une cigarette au bord des lèvres. Après trois quatre danses elle fit une révérence de plus ridicule et décida de s’assoir à nouveau. Benjamin était en conversation avec un petit brun qui passa son bras autours des épaules de l’anglaise quand elle s’assit à côté d’eux* De quoi discute ces révolutionnaires ? *Le gars à côté d’elle, lui rempli à nouveau son verre* Surement pas d’amour avec Benjamin, pourtant c’est une des plus belles révolutions de notre génération !! * Rose rougit un peu en riant avant de reprendre une gorgée. * Sorry boys but i’m really drunk so maybe it’s better for me to go to sleep !! *elle fini son verre d’une traite* Oh pardon, j’ai l’anglais qui vient plus facilement que toutes vos conjugaisons et votre grammaire quand j’ai bu ! *Elle se leva et commença à partir puis se rappela que Benjamin ne lui avait pas rendu son livre, elle revint donc en courant vers la table. A cause de l’alcool, elle trébucha un peu et atterri sur les genoux de l’orateur qui fut surpris.* Oups…*Elle se pencha pour prendre son manuel, en se relevant elle se trouva à quelques centimètres des lèvres du jeune homme. Quelques secondes qui parurent une éternité pour la blonde tendit que son coeur battait la chamade. En une seconde, elle se releva rapidement, ne laissant le temps à personnage de comprendre ce qu’il s’était passé avant qu’elle n’ait quitté le café. Elle s’adossa au mur trois mètres plus loin, histoire de reprendre ses esprits correctement.*
© MISE EN PAGE PAR [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] D'ARTSOUL


_________________
Lola <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tess
Maitresse du jeu
Maitresse du jeu


Messages : 252
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 23
Localisation : wonderland la 2eme à droite après le chapelier fou

MessageSujet: Re: Les bonnes manières [RP entre Benjamin et Rose en cours]   Sam 10 Jan - 19:34


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les bonnes manières


Rose & Benjamin

Voilà qu'elle filait à l'anglaise. Benjamin suivit du regard la démarche titubante de Rose, un léger sourire aux lèvres. Il y avait de ces moments où l'étudiant avait l'impression de se dédoubler. Dans ces moments là, il sentait qu'une opportunité jaillissait et qu'il pouvait la saisir ou bien laisser couler pour voir ce qui allait se passer. De vous à moi, Benjamin n'a jamais été de ceux à choisir la deuxième option. Décrochant totalement de la conversation qui était en cours, il se leva, interrompant son ami dans son monologue passionné.
"Benji! Tu me coupes dans mon élan, c'est vraiment pas cool...
_ Hm?
S'interrogea t il brièvement en relevant un sourcil qui fit rire la seule fille du groupe. Il reprit ses esprits et fit un salut militaire pour leur souhaiter une bonne soirée. Désolé, mais le devoir m'appelle.
_ Le devoir hein?

Benjamin esquissa un sourire mutin avant de se diriger vers la sortie.
_ ... Bref... Et c'est pour ça que je dis que ce nouveau parti est impressionnant! Je prédis sa montée en France très bientôt. Il a toute la vigueur qui manquait aux autres pontes là.
Benjamin se stoppa net, sentant ses poils se hérisser. Dès qu'il partait, ils en profitaient pour raconter de vraies conneries c'est pas vrai... Le jeune homme fit volte face et pointa son index vers celui qui monopolisait le crachoir depuis quelques minutes:
_ Non mais tu peux pas dire ça! Je te signale que c'est un copié collé du régime de Mussolini et ils se revendiquent clairement fascistes..." Benjamin se mordit la langue avant de faire un geste de désespoir en l'air, frustré de ne pas pouvoir terminer cette conversation sans fin qu'était la politique et fit volte face." Rhaa... Il m'a fait perdre du temps..." Ben chercha du regard la petite blondinette sans la trouver. En interrogeant le patron il apprit vers quelle direction elle s'était éclipsée. Il dut courir un peu mais il la rattrapa sans mal, on ne pouvait pas la louper. Lorsqu'elle se rendit enfin compte que des bruits de pas ne la quittaient plus depuis un bout de temps, elle accéléra avant de se retourner brusquement d'un air qui se voulait menaçant. "What do you think you're doing fucking stalker....?! Ben?"
Il lui sourit pour seule réponse. Elle avait l'air bien imbibée constata t il après l'avoir dévisagée. "C'est gentil de vouloir me raccompagner mais I'll be fine. Va!"
Benjamin hocha la tête. "D'accord."  Elle eut l'air satisfaite et se retourna, manquant d'emmêler ses propres pieds entre eux sous le rire du jeune homme.
Lorsqu'elle lui lança un regard en arrière il s'arrêta de se moquer et leva les mains en l'air pour bien montrer qu'il n'avancerait plus d'un pas.
Rose reprit sa marche et Benjamin aussi. La jeune femme se retourna et Benjamin se stoppa aussitôt pour regarder ailleurs. Elle fronça les sourcils, Benjamin savourant intérieurement le fait qu'il ait semé le doute dans son esprit sur le fait de savoir si oui ou non il la suivait toujours. Elle reprit d'un pas moins sûr d'elle et leur petit jeu se répéta deux ou trois fois avant que Rose ne comprenne le pot aux roses et ne s'exclame: " Silly you!" Benjamin fit des yeux ronds avant d'éclater de rire, ne sachant pas vraiment s'il l'avait mise en rogne ou pas. Il s'avança et la prit par le bras. "Ecoute darling *Il sourit, fier de son accent. Pour une fois il était vraiment reconnaissant envers son père pour les cours du soirs qu'il lui infligeait à la maison au lycée.* Je me sens un peu responsable de t'avoir saoulée. A vrai dire je suis assez bon pour saouler les gens... Donc je te raccompagne." Elle voulut répliquer mais Benjamin mit sa main sur sa bouche.

L'étudiant avait porté Rose contre son gré sur les quinze derniers mètres et l'avait reposé devant le pas de sa porte. Elle s'était mise à râler et il était parti après s'être bien assuré de rentrer la clé dans la serrure de sa porte d'entrée, sachant d'expérience que c'était une des tâches les plus compliquées lorsqu'on rentrait bourré de soirée. Elle lui avait lancé un regard en coin une fois entrée lorsqu'il partit aussi vite qu'il était venu. Devant son regard de chien battu il cria de l'autre bout de la rue: "Qu'est ce qu'il t'a pris de boire au lieu de réviser? Femme aux moeurs légères va! Ferme ta porte!"

En se regardant devant la glace ce matin là Benjamin sourit en repensant à l'autre soir. Il ne l'avouerait jamais à qui que ce soit mais il adorait sortir des répliques dignes des films américains et cette soirée là aurait été parfaite pour Hollywood. Il se demanda si Rose viendrait. Un klaxon aigu retentit quatre fois dans la rue et Benjamin lança un regard noir à sa fenêtre qui n'y était pourtant pour rien. "Allez petit frère, on t'attend. Tu pourras pas te dérober cette fois." Son frère ainé de quatre ans prit son peigne qui trainait et le pointa vers Benjamin en fermant un oeil. "Vous êtes cernés Médicis! Faîtes dont ce noeud papillon avant de monter en voiture!"
Benjamin soupira bruyamment, imaginant déjà la veine apparente sur le front de son père qui attendait dans la voiture en bas de chez lui, plus impatient que jamais. "Je sais jamais faire ce truc! Quel est le type tordu qui a inventé le noeud pap? Tu peux me le dire?" Thomas fit un sourire à demi attendri à demi consterné avant de le faire pour Benjamin. Non elle ne viendra sûrement pas.

Sylvie sonna à la porte de l'anglaise. Elle portait son plus beau chapeau pour l'occasion et ne laissa pas le temps à Rose de réfléchir lorsqu'elle ouvrit la porte.
"Oui c'est pour quoi...? Oh!
Sylvie lui sourit et entra.
_ Oui oh! C'est l'heure! Comment allez vous ma chère? Vous avez terminé votre valise?
_ C'est à dire que...

La grande soeur de Benjamin inspecta d'un regard froid l'appartement de l'étudiante avant de taper dans ses mains comme font toutes ces institutrices.
_ Ce n'est pas grave! Nous avons des tonnes de vêtements que nous ne portons plus mes soeurs et moi. Il y a largement de quoi emprunter dans notre maison de campagne. Je suis tellement heureuse d'avoir une nouvelle présence féminine pour notre garden party ce week end! Nous avons tout préparé pour votre arrivée! ... *Sylvie échangea un regard avec Rose avant de demander sur un ton qui se voulait conciliant.* Vous vous changerez avant de partir ou en arrivant?" Dans le langage des Médicis ça voulait dire mais quelle tenue vous portez là? Dépêchez vous de vous changer.

Benjamin sortit d'un bond de la Lamborghini avec chauffeur comme s'il n'y avait plus aucun oxygène dans la voiture. Son père sortit tranquillement avec son flegme habituel jugeant l'empressement de son fils avec ironie: "Je ne te savais pas si impatient de rentrer au manoir."
Benjamin se dégourdit les jambes dans l'herbe fraiche, sentant son coeur se libérer d'un poids après deux longues heures de trajet dans un silence presque total entrecoupé de discussion d'affaires entre son père et son frère. "Insoutenable..." Souffla Benjamin avant que leur portail ne grince une nouvelle fois. Le cadet des Médicis écarquilla les yeux en reconnaissant le visage qui se dessinait derrière la vitre de la voiture qui se garait près d'eux. Rose sortit avec une grâce insoupçonnée de la voiture de sa soeur. Elle avait l'air dans son élément. ça en faisait au moins une.
"Miss Hataway, quel plaisir de voir que vous avez pu vous joindre à nous. Souffla le père avant de lui faire un baise main.
Benjamin articula "qu'est ce que tu fais là?" en espérant qu'elle puisse lire sur les lèvres mais elle ne lui répondit rien, pas même un signe.
_ Vous ferez part à notre chef de vos préférences culinaires et de vos éventuelles allergies.
_ Père, laissez notre invitée s'installer d'abord peut être?
Précisa Thomas en adressant un sourire amical à l'anglaise.
_ Cela va de soit. Benjamin? Pourrais tu lui faire faire une petite visite du domaine? "
Aussitôt dit. L'anarchiste fonça droit sur Rose et l'emmena en quatrième vitesse plus loin en la prenant par la main sous le regard entendu des membres de sa famille.
" Quel tombeur mon petit frère...
_ Hm. Donc j'imagine que c'est notre porteur qui va se taper sa valise?
_ Sylvie.
La rappela à l'ordre le paternel. Tu ne voudrais tout de même pas qu'elle la porte elle même?
La jeune femme baissa les armes:
_ Non papa."

"T'as pas pu te dérober? Oh je suis tellement désolé de t'infliger ça. Mais tu sais quoi? Je te montre ta chambre et si tu y montes direct, je prétexterai que tu te sens mal pour te faire rentrer un jour plus tôt, qu'est ce que t'en penses?" Benjamin lança à Rose un regard interrogateur mêlé à de l'appréhension. "Comment ça? T'es sûre?"
Une domestique en tenue noire et blanche s'arrêta devant les deux amis et glissa: "Monsieur? Le cocktail va bientôt commencer!"




© code by Lou' sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voyage-dans-le-temps.forumsgratuits.fr
Lola
Seigneur du temps
Seigneur du temps


Messages : 107
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 21
Localisation : Nerverland

MessageSujet: Re: Les bonnes manières [RP entre Benjamin et Rose en cours]   Sam 10 Jan - 21:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les Bonnes manières

Benjamin☂ Rose


La jeune anglaise avait pris au dépourvu par l’arrivé de Sylvie et avait quand même réussit à sortir de sous son lit une petite valise contenant son attirail de fille de bonne famille. Après Deux heures de trajet a vous donnez envie de mourir les voilà enfin arriver. Benjamin lui saisit rapidement la main pour l’emmener faire un tour. Rose sourit à demi* No..thank’s ! J’ai l’habitude de ce genre de week end, et même si je pensais ne plus jamais avoir le droit, je pense pouvoir me débrouiller correctement et montrer à ta famille que t’es pas totalement ingrat et si besoin i’m here for the fight ! * Elle lui fit un clin d’oeil quand on vint les interrompre.* So…j’vais me changer vite fais je dois avoir un truc mieux que ça dans ma valise. * Il l’accompagna dans sa chambre et une fois à la porte elle lui sourit* J’ai comme la sensation de déjà vu.. Tu m’attend j’en ai pour 5 minutes ! *Elle lui referma la porte au nez avant d’ouvrir sa valise et de foutre en l’air tout ces vêtements à la recherche d’une de ces petites robes de bourges. Elle l’enfila à la va vite et coiffa ses cheveux avant de ressortir de la chambre. On voyais qu’elle en avait vécu plus d’un des week end comme ça* Waa…t’es…sympa ta robe ! * Il se racla la gorge en la voyant rire* Cool le noeud pap’ ! * Ils rirent un peu avant de retrouver tout le monde. La soeur de Benjamin lui sauta quasiment dessus en l’attirant un peu plus de lui pendant que Thomas prenait le relais avec son cadet. * Donc, depuis combien de temps vous êtes ensemble avec Benjamin ? * Rose écarquilla les yeux ne comprenant pas réellement la question puis secoua la tête* Oh non non…On est juste ami, on est dans la fac et on côtoie le même groupe d’étudiant.*Le père de la fratrie s’approcha doucement et pris l’anglaise par la taille pour l’emmener à son tour un peu plus loin, Rose en avait déjà la tête qui tournait à force d’être trimballé comme une bête de foire.* Miss Hathaway, comme j’ai pu vous le dire chez ma fille je connais bien votre père et je trouve cela étonnant de sa part d’avoir laissé sa fille partir à la Sorbonne alors de Cambridge est tellement mieux…* Rose sourit doucement* Oh vous savez Monsieur Médicis, avoir une fille peut changer un homme et mon père pense qu’il peut être bon pour moi de faire mes études dans cette ville si belle. * Elle savait comment parler et sentit que ses mots allaient être ses armes ce week-end. Tout le monde riait discrètement , tout le monde buvait du champagne en mangeant des petits fours et Rose n’avait toujours réussit à mettre la main sur Benjamin. Elle avait été l’attraction de beaucoup de gens avec qui elle avait du parler de son père ce « si grand médecin » et bla bla bla. Elle soupira et prétextant un besoin de « se repoudrer le nez » elle se cacha près des écuries pour s’allumer une cigarette. Pourquoi était-elle venue ? Pour aider Benjamin ? Pour qu’il ait de la compagnie ? Ou bien simplement pour comprendre un peu mieux qui est ce jeune homme qui enflamme tellement les foules ? Elle ne savait pas vraiment et réfléchissait à tout ceci en tirant bouffé après bouffé sur cette dose de nicotine qui la sauvait littéralement d’un pétage de câble. Elle repensa à pouvoir elle avait quitté l’Angleterre : justement pour fuir tout les rassemblements de ce genre qui lui donnait envie de se pendre plus qu’autre chose. Une fois la cigarette fini, et le mégot caché comme il se devait ( au fond de son paquet dissimulé sous le rouge à lèvre dans son petit sac à main), elle retourna auprès de tout le monde, toujours à la recherche de son ami. Elle l’aperçu enfin de l’autre côté de la où elle se situait. Allez courage se dit la jeune femme, en évitant comme elle pouvait les gens, le regard des jeunes gens se croisèrent enfin, elle sourit, lui aussi, elle fit un peu vers lui, il fit de même, Sylvie se mit entre eux pour prendre le bras de Rose* Oh je te cherchais justement, je dois absolument de présenter quelqu’un…* L’étudiante en philosophie regarda Benjamin et articula un « help me » en espérant qu’il comprenne.*
© MISE EN PAGE PAR [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] D'ARTSOUL


_________________
Lola <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les bonnes manières [RP entre Benjamin et Rose en cours]   Aujourd'hui à 18:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Les bonnes manières [RP entre Benjamin et Rose en cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Savoir Vivre] Les bonnes manières à table
» Les bonnes manières de table
» Politesse et bonnes manières [Tsumei]
» « Y’a pas de bonnes manières pour se dire adieu » | Feat Noam
» y a pas de bonnes manières pour se dire adieu ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyage dans le temps RPG :: Sex, Sixties and rock'n'roll (1968) :: Les rues de Paris-
Sauter vers: